Yémen : enfin la paix ?

0
224

Par Bruce Riedel

Le cessez-le-feu négocié par les Nations Unies au Yémen semble tenir, mettant fin à sept années de guerre. La trêve reflète l’équilibre des pouvoirs sur le terrain : les rebelles Zaydi Shia Houthi contrôlent Sanaa et la majeure partie du nord du Yémen ; ils sont dans l’ensemble les vainqueurs. Le reste du pays est divisé en mini-états. L’Iran a pris pied dans la péninsule arabique.

Les Houthis et l’Arabie saoudite ont convenu à la fin de la semaine dernière d’un cessez-le-feu de deux mois coïncidant avec le mois sacré musulman du Ramadan. La trêve peut être prolongée par consentement mutuel. Le blocus saoudien des importations de carburant est levé. Le premier navire a déchargé dans le port de Hodeida. Cela facilitera la livraison de nourriture, de médicaments et d’autres formes d’assistance au peuple yéménite. Le blocus de l’aéroport de Sanaa est levé pour permettre une poignée de vols commerciaux par semaine, apparemment vers Le Caire et Amman.

Les négociateurs des Nations Unies, dirigés par l’Envoyé spécial Hans Grundberg de Suède, méritent d’être félicités pour le premier accord de cessez-le-feu depuis la deuxième année du conflit en 2016. Grundberg a développé un « cadre » pour les discussions qui ignore effectivement les résolutions existantes du Conseil de sécurité des Nations Unies. qui appellent au désarmement des Houthis et à la reddition territoriale. Les Houthis avaient déclaré un bref cessez-le-feu unilatéral avant l’accord de l’ONU. Ils semblent plus ouverts à une trêve avec levée partielle du blocus que par le passé.

Le président américain Joe Biden a publiquement salué l’accord. Sa déclaration donne du crédit à l’ONU et à Oman, ainsi qu’aux Saoudiens et au gouvernement yéménite. Les Omanais ont facilité le contact avec les rebelles. Le sultan omanais Haitham suit les traces de son illustre prédécesseur Qaboos en tant que diplomate habile cherchant à réduire les tensions régionales.

L’administration Biden a renversé la politique de l’administration Trump de soutien complet et sans réserve à l’intervention de l’Arabie saoudite au Yémen, qui avait été une erreur délirante. Il y a un an, Biden a publiquement appelé à la fin de la guerre et suspendu une partie de l’aide militaire offensive aux Saoudiens, mais pas assez pour satisfaire les critiques au Congrès. L’opposition sur Capitol Hill à la poursuite de l’aide américaine au royaume a résonné puissamment à Riyad et a aidé à obtenir le cessez-le-feu. Le refus de Biden de traiter avec le prince héritier Mohammed bin Salman a eu plus d’impact sur les Saoudiens qu’on ne le décrit souvent ; cela met clairement en colère le prince qui est l’architecte de la guerre désastreuse au Yémen. Biden devrait rester ferme sur sa position.

Le cessez-le-feu laisse les Houthis en possession des missiles et des drones qu’ils ont utilisés pour bombarder les villes et les infrastructures énergétiques saoudiennes et émiraties. Les Saoudiens ont tardivement accepté qu’ils ne pouvaient pas empêcher les grèves et qu’ils minaient la confiance des investisseurs dans le royaume. Les Emiratis sont déjà parvenus à cette conclusion plus tôt cette année.

L’Iran est bénéficiaire de la trêve. Téhéran a un pied sur la péninsule arabique surplombant le détroit stratégique de Bab el-Mandab entre la mer Rouge et l’océan Indien. Les Houthis sont farouchement indépendants et ne sont pas contrôlés par l’Iran. Mais ils sont beaucoup plus proches de Téhéran et surtout du Corps des gardiens de la révolution islamique qu’ils ne l’étaient il y a sept ans au début de l’intervention saoudienne.

Le cessez-le-feu est fragile. Il pourrait s’effondrer avec peu ou pas d’avertissement. Il y a plusieurs spoilers dans le pays, dont al-Qaida, des seigneurs de guerre indépendants et d’autres qui veulent que la guerre continue. Le défi de convertir la trêve en un processus politique est énorme. Il peut être plus sage de se concentrer sur des étapes courtes, par exemple plus de vols depuis Sanaa pour les évacuations médicales. La priorité absolue est de prolonger indéfiniment le cessez-le-feu.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire