100 milliards de dollars distribués aux propriétaires

0
84

Il y a deux faces à la crise du logement en Australie.

D’un côté, les riches. Au cours des quatre prochaines années, le gouvernement travailliste fédéral va donner 100 milliards de dollars à de riches investisseurs. L’argent sera remis sous forme de réductions d’impôt sur le revenu résultant d’un engrenage négatif, qui a coûté 18 milliards de dollars l’année dernière et cette année devrait atteindre 24 milliards de dollars.

L’engrenage négatif permet aux investisseurs de déduire les pertes associées à leurs immeubles de placement de leur revenu imposable. Si les revenus tirés du loyer sont inférieurs aux intérêts payés sur les emprunts, à l’amortissement et aux autres frais, cette différence est déduite de leur revenu imposable. Combiné avec des réductions sur l’impôt sur les gains en capital (l’impôt sur l’argent que les investisseurs gagnent lorsqu’ils vendent une propriété), cela permet aux riches propriétaires d’acheter des propriétés, de réduire leur impôt sur le revenu, puis de vendre la propriété pour une mise à mort lorsque les prix augmentent.

Contrairement aux mythes véhiculés par les travaillistes, le Parti libéral et l’industrie immobilière sur les investisseurs “maman et papa”, les riches possèdent la plupart des propriétés d’investissement en Australie. Les investisseurs les plus courants sont les chirurgiens et les avocats, et la majorité des investisseurs possèdent deux propriétés ou plus.

De l’autre côté de la crise se trouvent les travailleurs, les étudiants et les pauvres, et c’est une toute autre histoire pour eux. Les loyers à travers l’Australie ont augmenté de 12,8% l’année dernière, la plus forte augmentation jamais enregistrée, et devraient encore augmenter de 11% en 2023. À Sydney, les loyers des logements ont augmenté de 18,6%, tandis qu’à Melbourne, ils ont augmenté de 20%. Pour vous permettre de payer le loyer médian de 575 $ à Sydney sans être en situation de stress locatif (payer plus de 30 % de vos revenus), vous devez gagner 100 000 $ par an. La flambée des loyers, les faibles taux d’inoccupation et la hausse du coût de la vie signifient qu’un nombre croissant de locataires sont confrontés à des expulsions, à des conditions de vie dangereuses et à l’itinérance.

Le logement public a été vidé alors que les gouvernements des États vendent les logements existants aux promoteurs et restreignent l’accès plutôt que de construire des propriétés. Au cours des 30 dernières années, l’offre de logements a été pratiquement divisée par deux, tandis qu’en Nouvelle-Galles du Sud seulement, le nombre de demandeurs ayant un besoin urgent a doublé en seulement trois ans. À l’échelle nationale, il y a 176 000 ménages sur les listes d’attente, et on estime que beaucoup d’autres ont besoin d’un logement.

Ce sont les deux faces de la crise du logement. Les riches s’enrichissent grâce aux investissements et aux dons du gouvernement, tandis que les travailleurs, les étudiants et les pauvres vont au mur.

Le gouvernement travailliste a clairement indiqué de quel côté il se trouvait. Lorsqu’on a demandé à Anthony Albanese, qui possède lui-même quelques immeubles de placement, si son gouvernement réduirait les réductions d’impôt sur les gains en capital accordées aux riches, sa réponse a été un “non” sans équivoque, avec un “point d’exclamation”.

Les 100 milliards de dollars allant aux riches pourraient plutôt être utilisés pour rendre le logement plus abordable. C’est suffisant pour construire 330 000 logements sociaux ou augmenter immédiatement l’allocation JobSeeker au-dessus des seuils de pauvreté. Ajoutez la réduction d’impôt de 256 milliards de dollars que le gouvernement accorde aux plus hauts revenus d’Australie et les 348 milliards de dollars à dépenser pour les sous-marins nucléaires, et pensez à quel point la vie des gens de la classe ouvrière pourrait être améliorée si l’argent était dépensé pour le logement, la santé publique et l’éducation. Mais au lieu de cela, le gouvernement travailliste s’est engagé à augmenter les profits des riches et à préparer la guerre.

Pour résoudre la crise du logement, commençons par prendre un peu d’argent aux riches et construisons une lutte contre leurs profits et les politiciens qui font leur offre.

Source: https://redflag.org.au/article/100-billion-handout-landlords

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire