100 secondes à minuit | Drapeau rouge

0
60

Il est 100 secondes avant minuit et la menace d’une catastrophe nucléaire est plus grande aujourd’hui que pendant la guerre froide, selon le comité scientifique et de sécurité du Bulletin of the Atomic Scientists. Lorsque le conseil d’administration a déplacé il y a deux ans les paramètres de l’horloge de la fin du monde – un dispositif métaphorique pour transmettre les niveaux de menace à l’humanité – il a noté que le monde était “plus proche de l’apocalypse que jamais”.

Jusqu’à ces dernières années, nous n’avons atteint qu’une seule fois minuit moins deux (l’apocalypse). C’était en 1953, lorsque l’Union soviétique, après les États-Unis, a fait exploser une bombe thermonucléaire et le Bulletin a conclu qu’il n’y avait plus aucune chance d’éviter une course aux armements nucléaires entre l’Est et l’Ouest.

Il y a maintenant neuf États dotés d’armes nucléaires, et il ne fait aucun doute qu’il existe une menace accrue de guerre entre deux ou plusieurs d’entre eux. Les conséquences d’un tel conflit sont presque insondables. Estimations récentes publiées dans la revue Nourriture naturelle chiffrent les décès directs à 27 millions, plus 250 millions de personnes dans le monde sans accès à la nourriture dans les deux ans en raison de perturbations de la production résultant d’un hiver nucléaire.

C’est le moins mauvais scénario que les scientifiques ont modélisé. En cas de guerre totale entre les États-Unis et la Russie, ils estiment que plus de 5 milliards de personnes mourraient.

Il va donc sans dire que tout doit être fait pour éviter un tel conflit. Pourtant, les mécanismes de contrôle des armements ont été progressivement démantelés ces dernières années et une nouvelle course aux armements est en cours. Les États-Unis et la Russie ont tous deux mis en place de vastes programmes de modernisation nucléaire pour moderniser les ogives, les installations de production d’armes et les systèmes de lancement de missiles. La Chine aussi modernise et étend ses stocks d’armes nucléaires.

Il y a six autres États dotés d’armes nucléaires. Tous sont en train d’acquérir ou d’installer de nouveaux systèmes d’armes nucléaires ou ont déclaré qu’ils le feraient bientôt, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

La Russie est clairement l’agresseur dans sa guerre criminelle contre l’Ukraine. Et tandis que le gouvernement ukrainien et le peuple ukrainien plaident pour toujours plus de soutien, la réalité est que toute intervention sérieuse des États-Unis – ou des États impérialistes européens dotés de l’arme nucléaire, la France et la Grande-Bretagne – pourrait rapidement se transformer en une guerre inter-impérialiste désastreuse qui serait bien pire que tout ce que nous avons vu jusqu’à présent en Ukraine.

Dans cette région, la Chine est de plus en plus affirmée et expansionniste. Mais la menace d’une guerre nucléaire impliquant la Chine est, mis à part la possibilité lointaine d’une guerre totale avec l’Inde, carrément le résultat de la présence de l’impérialisme américain dans le Pacifique occidental. Les États-Unis ont environ 90 000 soldats déployés dans plus de 200 bases en Asie de l’Est et du Sud-Est, au Japon, en Corée du Sud, à Guam, en Australie, à Singapour, aux Philippines et en Thaïlande. Il effectue régulièrement des exercices militaires dans la région.

Le point de départ, pour quiconque s’inquiète de la possibilité d’un holocauste nucléaire résultant des tensions croissantes entre Pékin et Washington, est d’exiger que l’armée américaine quitte l’Asie. Il ne serait pas question d’une éventuelle troisième guerre mondiale dans notre région si les forces militaires américaines n’étaient stationnées qu’aux États-Unis.

Un deuxième point est que la politique diplomatique et la course à l’accumulation d’armes de destruction massive doivent cesser. Des pays comme l’Australie, par exemple, ne devraient pas participer à la préparation de la guerre en augmentant leurs propres dépenses militaires, en hébergeant des bases américaines ou en menant des exercices conjoints provocateurs avec l’armée américaine. La position de la classe dirigeante australienne, cependant, semble être que rompre l’alliance américaine serait pire qu’Armageddon.

Alors que de nombreuses personnes à Taïwan sont naturellement nerveuses face aux desseins du Parti communiste chinois sur leur avenir, le pire des mondes possibles serait une occupation chinoise combinée à une guerre menée par les États-Unis sous prétexte de « défendre la démocratie », qui, si elle devenu nucléaire, pourrait anéantir la moitié de la population en âge de voter de la région.

Aucun pays ne devrait posséder un tel armement qui pourrait mettre en péril l’avenir de toute l’humanité. Mais la logique de la concurrence capitaliste signifie que chaque menace est confrontée à une contre-menace, chaque nouvelle arme de destruction massive dans un État correspond à une prolifération dans d’autres États.

Chaque gouvernement dit à ses populations que la menace vient d’ailleurs et qu’il n’y a pas d’autre choix que de se préparer militairement à un conflit potentiel. Mais dans tous les cas, ce sont les gouvernements et les États qui sont en conflit, pas les travailleurs. Nous avons intérêt à arrêter la marche vers la guerre, pas à y participer.

Source: https://redflag.org.au/article/100-seconds-midnight

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire