À mi-chemin dans l’administration d’AMLO, le Mexique a un besoin urgent d’une politique migratoire digne et souveraine

0
59

C’est une scène bien connue dans le monde entier : les familles de migrants qui défilent dans les rues pour revendiquer leurs droits et chercher une vie meilleure sont brutalement réprimées par les forces de l’État. La police brandit des gourdins pour attaquer les hommes, les femmes et les enfants et fait respecter le message que les migrants et les réfugiés ont entendu partout : « Vous n’êtes pas les bienvenus ici ».

Mais cette fois, c’est arrivé au Mexique, sous un gouvernement qui a promis d’être gouverné par les droits de l’homme, la compassion et la souveraineté. Les vidéos de l’opération du 28 août 2021 de l’Institut national des migrations avec la Garde nationale contre une caravane de migrants, majoritairement haïtiens, sur l’autoroute Tapachula-Arriaga ont provoqué indignation et rage. Ils montrent des gardes nationaux habillés en tenue anti-émeute, poussant un Haïtien avec son enfant dans ses bras et en frappant un autre pendant que son jeune fils tente de le sauver. Un autre agent donne un coup de pied à un migrant à la tête alors qu’il est allongé impuissant sur le sol. Les scènes capturées sur vidéo ne sont qu’une petite partie de la violence contre la caravane de migrants – de nombreuses personnes auraient été blessées dans des actes qui n’ont pas été enregistrés.

Malgré la mauvaise image du Mexique générée par la brutalité révélée le 28 août, deux jours plus tard, la Migration et la Garde ont lancé une autre opération contre le groupe à Mapastepec, faisant encore plus de blessés et de détenus. Cette vidéo montre une chasse, des gens qui se dispersent, des cris, des hommes soumis à la force et des bébés qui pleurent.

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme et aux droits des réfugiés des Nations Unies et l’Organisation internationale pour les migrations ont publié un message appelant le gouvernement mexicain à « respecter les droits humains des migrants » et exigeant « la mise en œuvre de mesures immédiates de prévention, de non- répétition et responsabilisation » à la suite des actes « profondément préoccupants ».

Le Centre pour la dignité humaine AC a confirmé plus de 500 détenus dans le centre de détention pour immigrants de Huixtla. Les organisations de défense des droits de l’homme signalent qu’elles ont un accès limité aux centres et qu’il y a des personnes détenues et en procédure d’expulsion qui ont déjà déposé une demande d’asile.

Au cours des trois dernières années, 13 972 Haïtiens ont demandé refuge au Mexique, selon les données de la Commission mexicaine d’aide aux réfugiés (COMAR), avec une augmentation notable ces derniers mois. Ils arrivent fuyant un pays qui a connu une crise politique depuis l’assassinat du président Jovenel Moise le 7 juillet, suivi d’un fort tremblement de terre le 14 août qui a fait plus de 2 200 morts, 120 000 familles déplacées et 12 000 blessés. De plus, le pays porte en lui une histoire d’interventions américaines, de corruption, de pauvreté et de pillage.

Plus de 340 organisations américaines ont envoyé une lettre au président Biden, exigeant que les vols d’expulsion d’Haïtiens cessent et que les Haïtiens éligibles au statut de protection temporaire reviennent. La situation en Haïti mérite certainement un statut d’immigration humanitaire, comme l’Afghanistan. Cependant, le gouvernement mexicain a reçu des réfugiés afghans, mais ne semble pas écouter les demandes des Haïtiens. De nouvelles opérations contre la caravane continuent d’être signalées, dans lesquelles une composante de racisme est évidente.

À la suite des violences contre les migrants, ou probablement parce qu’elles sont devenues publiques, deux membres de l’Institut national de l’immigration ont été licenciés pour usage excessif de la force. Il est nécessaire d’enquêter et de punir les individus qui commettent des violations des droits de l’homme contre les migrants. Cependant, les groupes de défense des droits humains qui surveillent les droits des migrants signalent des violations si constantes qu’elles semblent provenir d’une cause structurelle, le résultat d’une politique qui privilégie l’endiguement par rapport aux droits internationalement établis et à la Constitution mexicaine. La politique de confinement, importée des États-Unis, traite les “flux de migrants” comme s’ils étaient une fuite dans le toit qu’il faut colmater, et non tels qu’ils sont : des gens avec des visages, des cœurs et des rêves.

L’Office pastoral de la mobilité humaine a appelé à “la régularisation de l’immigration, ainsi qu’au respect du droit au libre transit contenu dans l’article 11 de notre Magna Carta”. Une exigence constante a été d’augmenter le budget pour accroître la capacité du bureau des services aux réfugiés et accélérer les demandes. L’afflux de personnes en attente de paperasse – sans logement, sans emploi, sans médicaments, pratiquement sans les nécessités de base pour vivre – est un terrible dilemme non seulement pour les familles migrantes, mais aussi pour la société, qui ne peut pas prendre des mesures pour les intégrer dans une organisation ordonnée. et de manière sensible.

Après les opérations de la semaine dernière, le président a rencontré les forces de sécurité dans le sud pour définir une stratégie visant à limiter l’usage excessif de la force. Il a également annoncé qu’il écrivait une lettre à Biden lui demandant sa coopération avec “Sembrando Vida”, un programme de plantation d’arbres dans le sud du Mexique pour offrir des emplois aux migrants qui entrent par la frontière sud.

Ces mesures ne pourront pas réduire la violence, en raison des contradictions inhérentes à la politique d’immigration mexicaine. La militarisation des frontières, la détention et la déportation massives se poursuivent. De plus, le gouvernement mexicain a indiqué que le Mexique acceptait le rétablissement du programme violant les droits de l’homme connu sous le nom de “Rester au Mexique”, imposé au Mexique par le chantage économique de Donald Trump.

Le programme renvoie les demandeurs d’asile aux États-Unis au Mexique pour attendre leurs audiences. C’est un programme illégal dont le seul motif est de faire souffrir les demandeurs d’asile. Le Mexique n’a pas eu à l’accepter – en violation de ses propres lois – la première fois que Trump l’a imposé, encore moins la deuxième fois. Le président Biden a suspendu le programme le premier jour de son mandat et c’est le tribunal conservateur avec de nouveaux membres nommés par Trump qui l’a rétabli. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement mexicain, tout comme la vie de milliers de migrants vulnérables qui sont menacés dans les villes frontalières et dans leur pays d’origine.

Dans son troisième discours sur l’état de l’Union le 1er septembre, AMLO s’est vanté que les migrants mexicains aux États-Unis aient envoyé un montant record de transferts de fonds vers le pays, amortissant ainsi l’impact de la récession liée au COVID-19. Il a déclaré que grâce à eux et aux programmes sociaux “il a été possible d’éviter le manque de nourriture et d’autres biens essentiels”. Il n’est pas cohérent de louer les migrants qui ont quitté le pays à la recherche de meilleures conditions, la plupart d’entre eux en raison du manque d’options, et de criminaliser ceux qui entrent avec la même intention.

Le Mexique a une opportunité historique d’être un exemple de respect de la mobilité humaine et d’accueillir des personnes qui quittent leur foyer en quête de sécurité. Alors que le gouvernement López Obrador déclare rompre avec le passé autoritaire, avance contre la corruption et la privatisation, et se concentre sur les secteurs vulnérables, il a un besoin urgent d’une politique de dignité et d’une pratique de respect sur la question migratoire. L’immigration nationale et la garde nationale violent les droits de l’homme et les principes fondamentaux de la quatrième transformation. A mi-parcours de son administration, le président mexicain devrait rectifier le tir.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/06/at-midpoint-in-amlos-administration-mexico-urgently-needs-a-dignified-and-sovereign-migration-policy/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire