Accepter notre chagrin pour le monde

0
125

Peinture d’August Friedrich Albrecht Schenck – Angoisse (1878) – Domaine public

Je pouvais à peine regarder les photos de mères pleurant de douleur à la mort de leurs enfants au profit du tireur à Uvalde, au Texas. En tant que parent et ayant perdu un frère à cause de la violence ces dernières années, je pouvais commencer à saisir la profondeur de leur chagrin. Élever un enfant avec tout l’espoir et la promesse implicites dans l’acte, puis le perdre alors qu’il vient à peine de commencer sa vie, est le pire.

Uvalde m’a mis au courant d’un sentiment qui s’est amplifié ces derniers mois, m’a aidé à l’identifier. Douleur. Le sentiment qui accompagne la perte et l’échec. D’un monde en deuil. Car il ne fait aucun doute que nous laissons à nos enfants un monde blessé, ravagé par la catastrophe climatique et la détérioration écologique générale. J’ai longtemps ressenti de la peine à ce sujet.

Mais la guerre d’Ukraine et l’intensification des conflits entre grandes puissances ont énormément approfondi ce sentiment. C’est la décennie où nous étions censés entreprendre une vaste transformation des infrastructures pour réduire au moins de moitié la pollution qui déforme le climat. Pour laisser à nos enfants un monde auquel ils peuvent faire face. Un New Deal vert. Une nouvelle Seconde Guerre mondiale avec cette ampleur d’investissement. Au lieu de cela, nous semblons nous préparer à la troisième guerre mondiale, les nations augmentant leurs dépenses d’armement, tandis que l’industrie des combustibles fossiles gagne en puissance pour renverser les interdictions de forage. Le remplacement des combustibles fossiles russes par des énergies renouvelables est marginal, tandis que l’augmentation de la production de pétrole et de gaz est le principal spectacle.

Michael Klare, spécialiste du climat et de l’énergie, écrit dans un article intitulé “Les dommages collatéraux de la guerre d’Ukraine”, “Tout cela – et ce n’est que la pointe de l’iceberg qui fond – conduit à une conclusion : les élites dirigeantes du monde ont choisi de placer leurs rivalités géopolitiques au-dessus toutes les autres préoccupations critiques, y compris le salut planétaire. En conséquence, le réchauffement climatique est en effet susceptible de dépasser 2 degrés Celsius au cours de ce siècle. Il est certain que des calamités presque inimaginables s’ensuivront, notamment l’inondation des grandes villes, des incendies de forêt monstrueux et l’effondrement de l’agriculture dans de nombreuses régions du monde.

La réponse humaine naturelle est le chagrin, le sentiment que nous perdons de précieuses années et que les échecs collectifs des personnes qui dirigent le système mondial mènent à un enfer mondial. Pendant ce temps, la société semble se désintégrer, les fusillades de masse de Buffalo à Uvalde, les droits humains des femmes et autres reculés, la politique réactionnaire en hausse, avec de bonnes chances de consolider le pouvoir aux États-Unis et ailleurs dans les années à venir.

Je dois avouer que sur le plan personnel, je suis souvent submergé par tout cela d’une manière qui rend le fonctionnement difficile certains jours. Je sens que beaucoup d’entre vous sont dans la même situation, alors permettez-moi de partager la façon dont je gère cela, du mieux que je peux. Je suis une sorte de bouddhiste de cafétéria, sans pratique formelle, mais avec quelques pensées clés. L’une est d’être présent dans l’instant, d’être ici maintenant, avec ce que je ressens. Il est très important de ne pas nier ou ignorer nos sentiments, ou de « résister » en affichant une fausse façade de force lorsque nous tremblons à l’intérieur. Je ne suis pas une machine, mais un être humain qui pense et ressent, et malgré le besoin d’action, je dois parfois m’arrêter et laisser les sentiments couler comme de l’eau jusqu’à ce que le ruisseau se dégage. La vraie force est de ressentir pleinement notre chagrin, de reconnaître sa réalité, qu’il y a des pertes que nous ne pouvons pas éviter et des échecs collectifs au-delà de notre pouvoir de surmonter. Et continuer avec la vie, faire ce que nous pouvons faire.

Le bouddhisme, comme d’autres voies de sagesse, enseigne que l’un des grands objectifs est la compassion. Cela aide profondément à regarder profondément dans notre chagrin pour le monde et à comprendre qu’il s’enracine dans la compassion, le meilleur en nous. Cette identification à la douleur du monde renforce notre compassion et augmente notre perspicacité, un autre des grands objectifs. La perception d’un système mondial en profond échec collectif, aussi grave soit-il, peut accroître notre détermination à construire un monde fondé sur la compassion. Où le principe fondamental est de prendre soin des autres comme nous prenons soin de nous-mêmes. Le chagrin, compris comme la compassion pour un monde en détresse, peut nous pousser à l’action.

Dans les années à venir, il y aura des pertes et des déchirements. C’est désormais incontournable. Les tendances dans notre monde vont trop dans la mauvaise direction. Il y aura beaucoup de mères qui pleureront les enfants perdus dans les nombreuses horreurs du monde et beaucoup de chagrin causé par les pannes à venir. Nous aurons un grand travail de reconstruction devant nous dans les années à venir, en commençant dans les communautés et les régions où nous vivons. Si nous sommes assez courageux pour ressentir notre chagrin pour le monde et comprendre ses racines dans la compassion, nous comprendrons comment faire cette reconstruction. Nous connaîtrons notre direction.

Cela est apparu pour la première fois sur la page Substack de Patrick Mazza, The Raven.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/31/coming-to-terms-with-our-grief-for-the-world/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire