Affreusement peur! – CounterPunch.org

0
231

J’ai rencontré le représentant américain Joe Courtney (D-CT) pour la première fois récemment. J’ai eu une conversation courte mais révélatrice avec lui.

Je ne sais pas ce qu’il a pensé en sortant de l’échange, mais je sais ce que j’ai ressenti. J’avais peur. J’ai vu quelqu’un qui était enthousiasmé par la guerre par procuration actuelle avec la Russie et la guerre potentielle avec la Chine, deux nations dotées de l’arme nucléaire. J’ai vu quelqu’un qui croit que les États-Unis ne se battent que pour la liberté et la démocratie, même si je me demande s’il pourrait me raconter cette dernière guerre qui a été menée pour la liberté ou qui a abouti à la démocratie.

J’admettrai que les fabricants d’armes – que Joe assiste résolument à chaque tournant – ont connu une plus grande liberté financière (lire « bénéfices ») grâce aux efforts de Joe.

J’ai vu quelqu’un qui n’avait aucune utilité pour la diplomatie parce qu’il croyait qu’on ne peut pas négocier avec des adversaires, une croyance qui a conduit à d’innombrables guerres au cours des millénaires et à des guerres continues au cours de ce siècle.

Cela me préoccupe profondément. Les conflits violents autour de la terre, des ressources, de l’idéologie, du pouvoir et de l’ego ont peut-être été le seul modèle auquel nous avons été exposés, mais nous ne pouvons plus nous permettre de continuer à travailler dans ce vieux paradigme où la force fait le bien, les jeux à somme nulle, et courses aux armements sans fin. Tout cela nous a conduit là où nous nous trouvons aujourd’hui, au bord de l’auto-annihilation.

La peur que j’ai ressentie à la suite de cette conversation découle de la prise de conscience que nombre de nos élus maintiennent catégoriquement que la violence est le seul moyen.

Nous devons trouver un moyen de parler, de négocier, d’instaurer la confiance et, en fin de compte, de coopérer avec toutes les nations. J’en arrive à cette conclusion en partant du principe que tous les peuples de toutes les nations sont désormais confrontés aux mêmes menaces existentielles de pandémies, d’effondrement climatique et de guerre dégénérant en annihilation nucléaire.

Pour la première fois dans l’histoire, toute l’espèce humaine a des intérêts communs évidents. La seule façon rationnelle d’avancer est de mettre de côté nos petits griefs et de nous unir pour faire face à ces menaces existentielles. Aucune nation ne peut résoudre seule ces menaces. Il n’y a pas d’autre moyen qu’ensemble en tant que communauté internationale.

Des gens comme Joe ne veulent pas donner une chance à la paix et, ce faisant, ils nous condamnent tous aux épreuves, à la souffrance et potentiellement à la mort. Ils ne connaissent que la pensée « nous contre eux ».

Ils ne peuvent pas dépasser le paradigme obsolète et barbare de la résolution des conflits par la violence ou la menace de violence. Ils ne réalisent pas que nous n’aurons la sûreté et la sécurité que lorsque toutes les nations auront la sûreté et la sécurité. Leur système de croyance est incompatible avec les réalités auxquelles nous sommes confrontés.

Ils pensent que se battre là-bas nous protège ici. Ils ne réalisent pas qu’il y a toujours des retours de flamme et des conséquences tragiques prévisibles de la guerre qui reviennent nous mordre de bien des façons. Nous avons maintenant des niveaux épidémiques de violence au sein d’une société qui a été montrée par son gouvernement que la violence est le meilleur moyen de régler les différends.

Le sang et les trésors que la guerre nous a volés nous ont laissé avec des infrastructures en ruine, de mauvais résultats en matière d’éducation et de santé et une démocratie défaillante. Le climat de la planète approche rapidement des points de basculement (points de non-retour) alors que les gens du monde entier subissent une escalade des catastrophes climatiques, notamment des vagues de chaleur mortelles, des inondations, des incendies de forêt, des sécheresses et des tempêtes.

Nous continuons à dépenser 1 000 milliards de dollars par an pour la guerre et le militarisme alors que nous savons par expérience que l’armée ne peut pas nous protéger des menaces réelles auxquelles nous sommes actuellement confrontés. En fait, la guerre exacerbe ces menaces. La guerre est le pire investissement de tous les temps.

Nous devons commencer par une réévaluation de la politique étrangère américaine et réduire notre armée débordante avec ses 750 bases coûteuses et inefficaces sur le sol souverain de quelque 80 pays étrangers.

Si nous voulons survivre et contribuer à diriger le monde dans la bonne direction, nous devons adhérer aux traités sur les armes nucléaires. Nous devons créer des institutions internationales démocratisées fortes.

L’horloge tourne.

Quelqu’un doit prendre les devants et briser le cycle de méfiance que nous avons contribué à créer. Il faut du courage pour faire ça. Nous devons réaliser que seule la paix sert nos intérêts et les intérêts de tous nos concitoyens de la terre.

Je crois que les gens peuvent changer. Les gens changent. Mais tout le monde ne changera pas. Il y avait des gens qui croyaient que posséder des esclaves était moralement acceptable même après l’interdiction de l’esclavage.

Il en sera de même avec la guerre et le militarisme. Même lorsqu’il devient assez évident pour la plupart d’entre nous que la seule façon de faire face aux menaces mondiales auxquelles nous sommes confrontés passe par la coopération internationale, je soupçonne que Joe croira que les guerres sont toujours le moyen préférable de résoudre nos différends. Je soupçonne qu’il croira toujours que toutes les guerres américaines sont bonnes et nobles, même si elles tuent des civils, créent des réfugiés, entraînent des crimes de guerre et créent de la pauvreté, des traumatismes et du désespoir, comme toutes les guerres.

Heureusement, nous n’avons pas à convaincre tout le monde que la guerre est barbare et destructrice. Nous n’avons qu’à convaincre suffisamment nos concitoyens. Lorsque nous atteindrons un point de basculement, l’ancien paradigme s’effondrera comme le mur de Berlin.

Joe préfère s’accrocher à ses jeux d’enfance où il jouait le “bon” cow-boy qui a tué les “mauvais sauvages”. J’ai aussi de mauvaises nouvelles pour lui à propos de cette histoire.

Joe a une peur bleue de la Russie, de la Chine, de l’Iran et de la Corée du Nord.

J’ai peur de la mort de Joe.

Joe pense que nous devrions continuer à nous battre pour des bouts de terre de l’autre côté de la planète.

Je pense que nous devrions nous battre pour sauver la planète et tous les êtres vivants.

Joe pense que la guerre nucléaire est sur la table.

Je pense que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire et finalement éliminer la menace d’anéantissement nucléaire.

La peur de Joe envers les autres nations nous rapproche de plus en plus de l’anéantissement nucléaire tout en nous empêchant de faire face à l’effondrement climatique imminent et aux futures pandémies.

Je crois que nous avons besoin d’une coopération internationale pour la sûreté, la sécurité et le bien-être de tous.

Les actions de Joe compromettent la santé et le bien-être de tous.

Je crois que nous devons envoyer un message sans équivoque à Joe et aux nombreux autres bellicistes du Congrès qu’ils doivent donner une chance à la paix, pas un jour, mais maintenant.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/07/31/scared-to-death/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire