Aleida Guevara, fille du Che, sur le pouvoir de l’internationalisme cubain

0
40

La solidarité est l’une des plus belles choses du peuple cubain.

Tous les Cubains ont vécu leur propre expérience de la solidarité. Certains en tant qu’enseignants, certains en tant que médecins, d’autres en tant qu’instructeurs. Par exemple, nous avons tous eu une certaine expérience dans des missions internationalistes. Et même si on n’a pas été personnellement en mission, il y a toujours un membre de la famille qui l’a fait.

L’une des plus belles choses que la révolution a enseignées au peuple cubain est de se sentir solidaire de tout être humain dans n’importe quelle partie du monde. Il peut être difficile de saisir à quel point c’est incroyable quand, par exemple, je vois un de mes anciens camarades de classe à l’université qui est allé lutter contre Ebola dans un autre pays. Je me souviens d’avoir été à mon hôpital — je suis pédiatre — et un professeur m’a dit : « Tu verras, ils vont venir demander de l’aide à Cuba dans la lutte contre Ebola. Et j’ai répondu: “Mais nous ne savons rien sur Ebola!” “Ce n’est pas grave,” dit-il, “ils viendront, tu verras.”

Et il en fut ainsi : peu de temps après, l’OMS [World Health Organization] est venu à Cuba pour demander de l’aide dans la lutte contre Ebola. Il est venu parce qu’il savait que nous, les Cubains, accepterions de l’aider. Non seulement nous avons dit oui, mais nous avons envoyé les meilleures personnes du pays : professionnels de la santé, infirmières, médecins et techniciens, tous sont allés combattre Ebola. Et ils ont réussi.

Cette expérience de solidarité vous donne un sentiment extraordinaire de pouvoir en tant que peuple, car vous pouvez dire : « Nous sommes capables d’aller partout dans le monde où notre aide est nécessaire et d’aider vraiment d’autres êtres humains là-bas. Leur couleur de peau et leur religion n’ont pas d’importance. Il suffit d’être utile à d’autres êtres humains.

C’est aussi l’une des plus belles choses de la révolution socialiste : le sentiment que le développement humain est quelque chose qui peut se réaliser au quotidien. Dans mon cas personnel, en tant que médecin, allergologue et pédiatre, j’en ai fait l’expérience pour la première fois lors d’une mission au Nicaragua. Je commençais tout juste comme médecin – j’avais environ vingt-trois ans et c’était la dernière année de la faculté de médecine.

La révolution au Nicaragua venait de triompher. Cuba n’avait pas autant de médecins qu’aujourd’hui. Par conséquent, le commandant en chef Fidel Castro a rencontré les étudiants de dernière année de la faculté de médecine et leur a demandé qui voulait faire un stage internationaliste – c’est ce que nous appelons la dernière année à la faculté de médecine de Cuba, un “stage”.

Quatre cent quatre-vingts élèves de ma classe se sont avancés et je suis allé avec eux au Nicaragua. Ce fut une expérience extraordinaire pour moi, car je suis né au sein de la Révolution cubaine. Je suis né avec toutes ses garanties – santé, éducation, dignité – et vous ne savez pas à quoi ressemble un autre monde tant que vous n’en avez pas fait l’expérience et pris contact avec lui.

L’expérience du Nicaragua a été dure : en tant que processus révolutionnaire naissant, il a fait face à une grande adversité de la part d’une puissante force catholique qui a fondamentalement divisé la société nicaraguayenne en deux.

À Cuba, j’avais l’habitude d’avoir un système de santé entièrement public et gratuit qui servait tout le monde. Du coup j’ai été confronté à des médecins qui travaillaient à mi-temps à l’hôpital public puis allaient travailler dans une clinique privée. Sans arrière-pensée, ils laisseraient les patients entre les mains de non-experts. Entre nos mains. Nous devions être créatifs et nous devions grandir en tant qu’êtres humains.

C’était une expérience difficile, mais en même temps, c’était très instructif. Je me souviens qu’à mon arrivée au Nicaragua, j’ai dû assister à deux accouchements. Je suis arrivé avec ma petite combinaison de médecin à la porte de l’hôpital et j’ai demandé à quelqu’un : “Docteur, dites-moi, que dois-je faire ?” « ¡Doctorcita ! » quelqu’un a répondu: “entre ici tout de suite, il y a une femme qui accouche!”

Par la suite, j’ai fini par assister une centaine d’accouchements toute seule. Je suis devenu un quasi-maître dans l’assistance aux accouchements. Le Nicaragua nous a façonnés, nous a beaucoup appris et fait de nous des professionnels plus forts et plus capables.

Plus tard, on m’a demandé de retourner à Cuba avec les autres femmes de la mission. Les États-Unis menaçaient le Nicaragua d’une invasion, et le commandant en chef [Fidel Castro] toujours protégé les femmes cubaines. Pourtant, je faisais partie de ceux qui n’étaient pas d’accord. J’ai dit : « Tonton » — j’ai appelé Fidel « Tonton » — « tu comprends le problème, les jeunes hommes vont être laissés seuls puisque la plupart d’entre nous en mission sont des femmes.

Pourtant, je suis retourné à La Havane et j’ai commencé à travailler à Pedro Borrás, mon hôpital, jusqu’à ce que j’apprenne qu’une autre mission était en cours d’organisation, cette fois pour être envoyée dans une autre partie du monde. À cette époque, j’étais la seule à pouvoir y aller – je n’avais pas de petit ami, pas de mari, pas d’enfants ou quoi que ce soit. Alors, j’ai dit: “Oui, j’irai.”

Je suis allé en Angola et j’y ai passé les deux années peut-être les plus difficiles de ma vie. En tant que pédiatre, ce fut peut-être la période la plus difficile dont je me souvienne. Il y a eu deux épidémies de choléra, et c’était tout simplement formidable. Des parents sont venus avec leurs enfants morts à l’hôpital, et nous n’avons rien pu faire pour les sauver.

Mais en Angola, j’ai appris des choses fondamentalement importantes sur les êtres humains. J’ai appris qu’il faut lutter contre tout ce qui a à voir avec le racisme et le colonialisme. Les gens doivent avoir le droit de vivre leur propre histoire et leur propre vie.

Le continent africain a été pillé et exploité ; ses habitants ont été emmenés sur un autre continent comme des bêtes de somme. Ces choses horribles, qui font partie de l’histoire humaine, doivent être effacées. Et nous le faisons en construisant chaque jour la solidarité entre les gens. Nous ne pouvons pas le faire en imposant notre culture aux autres ; nous pouvons aider en apprenant d’eux.

Par exemple, les sages-femmes kichwa du nord de l’Équateur m’ont appris toutes sortes de choses qui ne sont écrites dans aucun livre. Si vous apprenez la solidarité, vous apprenez à écouter, ce qui vous permet non seulement de vous sentir utile en tant qu’être humain, mais aussi de grandir en puisant dans différentes formes de sagesse, même ancienne.

La quantité de connaissances que nous avons accumulées durant toutes ces années à travers nos missions de solidarité est extraordinaire. Être un médecin internationaliste est juste quelque chose que nous faisons qui aide à rembourser un peu de la dette que nous devons à l’humanité pour tout ce que nous avons appris en cours de route.

Plus tard, j’ai continué à travailler avec le Movimento Sem Terra (Mouvement des travailleurs sans terre, MST) au Brésil. J’ai aussi travaillé avec une fondation en Argentine qui s’appelle « Un mundo mejor es posible » (« Un monde meilleur est possible »). C’est grâce à cette fondation que j’ai connu la ville d’origine de mon père, qui était argentin. [Rosario].

J’ai vraiment appris des choses de cette ville. J’y ai passé du temps avec les peuples Mapuche et Guarani. J’y étais avec les étudiants en médecine formés au LAM [Escuela Latinoamericana de Medicina, in Cuba]. L’une des belles choses que la révolution a faites ces dernières années est la formation de médecins et de professionnels de la santé du monde entier dans une université latino-américaine totalement gratuite.

D’un point de vue économique, offrir une formation médicale gratuite signifiait un sacrifice économique pour le peuple cubain, mais c’est vraiment une belle chose, et cela rend très fier d’être cubain.

Nous sommes fiers d’avoir travaillé dans tant de parties différentes du monde, portant toujours notre message de solidarité tout en apprenant davantage sur le besoin d’amour, de compréhension et de respect entre nous tous.

Si ces choses n’existent pas, nous ne pouvons pas changer ce monde. Et nous devons changer ce monde, parce que nous ne pouvons pas continuer à vivre comme ça.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire