Pakistan. Khan donne un délai de six jours au gouvernement pour annoncer les sondages | Nouvelles d’Imran Khan

0
66

L’ex-Premier ministre rebelle Imran Khan avertit le gouvernement d’organiser de nouvelles élections dans six jours, sinon il marchera à nouveau sur la capitale avec des millions de personnes.

L’ancien Premier ministre Imran Khan a averti le gouvernement pakistanais d’organiser de nouvelles élections dans les six prochains jours, sinon il marchera à nouveau sur la capitale avec des millions de personnes.

Khan a pris la parole lors d’un rassemblement de milliers de manifestants tôt jeudi matin à Islamabad, dans le but de faire tomber le gouvernement et de forcer des élections anticipées.

“J’avais décidé de siéger ici jusqu’à ce que le gouvernement dissolve les assemblées et annonce des élections, mais d’après ce que j’ai vu au cours des dernières 24 heures, ils (le gouvernement) conduisent la nation vers l’anarchie”, a déclaré l’homme de 69 ans. comme dit par le site d’actualités Dawn.

Auparavant, le gouvernement avait appelé des troupes pour garder des bâtiments importants, notamment le parlement et les bureaux du président et du Premier ministre Shehbaz Sharif. Les mesures sont intervenues à la suite d’affrontements entre les partisans de Khan et la police.

La police utilise des gaz lacrymogènes pour disperser les partisans de Khan dans la capitale Islamabad [Rahmat Gul/AP]

Khan dans son discours a affirmé que cinq de ses partisans avaient été tués dans les violences à travers le pays. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat du gouvernement sur la demande de Khan.

Plus tôt, Khan avait juré qu’il organiserait un sit-in prolongé pour faire accepter ses demandes.

Khan, une ancienne star du cricket devenue homme politique, a été Premier ministre pendant plus de trois ans et demi jusqu’à ce qu’il soit démis de ses fonctions le mois dernier par un vote de censure au Parlement.

Depuis lors, il a organisé des rassemblements à travers le pays, affirmant que sa destitution était le résultat d’un complot soutenu par les États-Unis et d’une collusion avec Sharif. Tous deux ont nié l’allégation.

Khan a commencé sa marche vers Islamabad depuis la ville de Peshawar, au nord-ouest.

Des affrontements ont d’abord éclaté dans la ville orientale de Lahore, lorsque la police anti-émeute a tiré des gaz lacrymogènes et repoussé des centaines de manifestants qui lançaient des pierres alors qu’ils tentaient de passer un pont bloqué près de la ville pour monter à bord d’autobus à destination d’Islamabad.

Des dizaines de partisans de Khan ont également brièvement affronté la police à Islamabad, où les manifestants ont incendié des buissons bordant un boulevard principal, envoyant de la fumée et des flammes monter dans le ciel.

Des altercations ont également été signalées ailleurs, notamment à Karachi, où des manifestants ont incendié un véhicule de police.

Au moins une douzaine de manifestants et plusieurs policiers ont été blessés.

Avant les marches de mercredi, les autorités ont utilisé des dizaines de conteneurs et de camions pour bloquer les routes principales vers Islamabad.

Politique pakistanaise
Les partisans de Khan retirent les conteneurs d’expédition placés par les autorités pour les arrêter sur une autoroute vers Islamabad, à Swabi, au Pakistan [Mohammad Zubair/AP]

Khan lui-même s’est rendu en hélicoptère sur une autoroute à environ 100 km (62 miles) au nord-ouest d’Islamabad, où il a condamné la répression policière et a exhorté les partisans à se joindre au rassemblement.

Le gouvernement a réagi mercredi en lançant une répression et en arrêtant plus de 1 700 partisans de Khan. Les mesures ont été annoncées après qu’un policier a été tué mardi lors d’un raid au domicile d’un partisan notable de Khan à Lahore.

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Shehbaz Sharif s’était engagé à empêcher les manifestants d’entrer dans la capitale, qualifiant le rassemblement de tentative de “diviser la nation et de promouvoir le chaos”.

“Politique de la dharna [sit-in] est préjudiciable au progrès et à la stabilité », a tweeté Sharif mercredi, critiquant le rassemblement de protestation de Khan.

Dans un développement séparé mercredi, des pourparlers de plusieurs jours entre Islamabad et le Fonds monétaire international se sont conclus au Qatar sans que le Pakistan n’obtienne la relance d’un plan de sauvetage de 6 milliards de dollars du prêteur mondial.

Après les pourparlers, le FMI a exhorté le Pakistan à supprimer les subventions sur le carburant et l’énergie. Les subventions ont été approuvées par le gouvernement de Khan en février, forçant le FMI à l’époque à retenir une tranche cruciale d’environ 1 milliard de dollars.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/26/pakistan-imran-khan-gives-six-day-deadline-to-govt-to-announce-polls

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire