Comment l’exclusion russe menace l’Occident

0
96

Source photo : Kremlin.ru – CC BY 4.0

L’exclusion a été l’une des principales politiques utilisées contre la Fédération de Russie pour son invasion de l’Ukraine. Le 7 avril, la Russie a été suspendue du Conseil des droits de l’homme des Nations unies (UNHRC) par un vote écrasant à l’Assemblée générale des Nations unies. “Les actions barbares du régime de Poutine en Ukraine et les preuves croissantes de crimes de guerre signifient que la Russie ne peut plus avoir de siège au CDH”, a déclaré l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield à New York.

Son argument a deux niveaux : Premièrement, il dit que la Russie ne mérite plus une place au Conseil. Elle a déclaré que la Russie ne faisait que “faire semblant” de respecter les droits de l’homme et devait être mise en garde contre le fait de continuer à agir avec “une telle impunité”. La deuxième hypothèse est que la suspension de la Russie mettra la pression sur le président Poutine pour qu’il arrête l’agression. Tout comme la suspension actuelle de la Fédération de Russie de l’Organisation mondiale du tourisme ou de la Banque des règlements internationaux, ou l’exclusion des Russes du Forum économique mondial ou de Wimbledon, on espère que la pression croissante obligera le président Poutine à changer de comportement.

Mais ces actions peuvent avoir des conséquences imprévues. Un billet récent dans politique a rapporté que «le gouvernement russe entame le processus de retrait unilatéral d’une série d’organismes internationaux, y compris l’Organisation mondiale du commerce [WTO] et l’Organisation mondiale de la santé [WHO]a déclaré le vice-président de la Douma russe, Piotr Tolstoï.

Tolstoï a ajouté : “Nous avons du travail pour réviser nos obligations internationales, des traités qui aujourd’hui n’apportent aucun avantage, mais qui nuisent directement à notre pays.”

L’Occident s’est longtemps senti en position de force dans le multilatéralisme. Suspendre ou exclure la Russie et les Russes, pense-t-on, nuira à la Fédération de Russie et forcera Poutine à abandonner ses tactiques agressives et à venir à la table des négociations. Tolstoï suggère qu’un retrait russe des organisations internationales nuira au système ; un renversement de la domination de l’Occident dans le rapport de force et un terrible avertissement au multilatéralisme en général.

“Si vous pensez que vous nous punissez, nous pouvons vous punir”, a laissé entendre Tolstoï, faisant écho à une menace de ces pays qui estiment que le système multilatéral initié par l’Occident ne répond plus à leurs besoins. À cet égard, une attention particulière doit être accordée aux 35 pays qui se sont abstenus lors du vote de l’Assemblée générale des Nations unies condamnant la Russie.

Le rôle de la Russie dans le multilatéralisme ne doit pas être minimisé. La Russie n’est pas la Libye, qui a été suspendue du CDH en 2011. Si un rappel est nécessaire : la Russie a une population d’environ 150 millions d’habitants ; c’est le plus grand pays du monde et s’étend sur onze fuseaux horaires. C’est l’un des trois premiers producteurs mondiaux de pétrole brut et son plus grand exportateur de gaz. Géopolitiquement, la Russie est bordée par 14 pays ; Azerbaïdjan, Biélorussie, Chine, Estonie, Finlande, Géorgie, Kazakhstan, Corée du Nord, Lettonie, Lituanie, Mongolie, Norvège, Pologne et Ukraine. Il partage également des frontières maritimes avec le Japon, la Suède, la Turquie et les États-Unis. La Russie est une grande puissance nucléaire et un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Aucune mention de suspension ou d’exclusion de la Russie ne doit ignorer ces faits. Peut-on imaginer un système mondial fonctionnel qui n’inclurait pas la Russie ?

L’entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce en 2011 a été considérée comme une avancée importante dans le commerce mondial. (Ce fut également un succès diplomatique important pour la Suisse en surmontant les objections de la Géorgie.) L’argument en faveur de l’inclusion de la Russie était que le fait d’avoir la Russie dans l’agence spécialisée aiderait à réduire les tarifs mondiaux et à étendre l’inclusion de la Russie dans la diplomatie multilatérale. On espérait, pour reprendre l’expression élégante du juriste finlandais Martti Koskenniemi sur le rôle général du droit international, qu’une inclusion accrue de la Russie dans le système juridique international serait un « civilisateur doux ».

Renforcer l’inclusion de la Russie dans les organisations internationales a été considéré comme une victoire pour la Russie ainsi qu’une étape positive pour la paix et la sécurité internationales – un excellent exemple de gagnant-gagnant.

Peut-on imaginer que la Russie ne soit pas membre de l’OMC ? Ou l’OMS ? Le retrait de ces institutions spécialisées présagerait-il d’autres retraits, y compris à terme des Nations Unies ? Comme s’il fallait plus de rappels, il ne faut pas oublier les images du retrait du Japon, de l’Allemagne et de l’Italie de la Société des Nations et leurs conséquences.

L’ONU n’a pas été en mesure d’arrêter les combats en Ukraine. Le Conseil de sécurité n’a eu aucun effet pour rétablir la paix et garantir la sécurité de l’Ukraine. L’exclusion, les sanctions et la suspension n’ont pas fonctionné, du moins pour le moment.

Les propos du vice-président de la Douma russe, Piotr Tolstoï, qu’ils soient graves ou non, devraient néanmoins conduire à une réflexion sur les politiques multilatérales actuelles. Le système était en difficulté avant l’invasion russe. Il y avait eu l’espoir que le travail dans le cadre des procédures légales acceptées – crimes de guerre, crimes contre l’humanité, crimes d’agression – et la pression politique des sanctions, de l’exclusion et de la suspension allègeraient la crise.

Les sanctions n’ont pas réussi à changer le comportement des dirigeants à Cuba et en Corée du Nord. (L’Afrique du Sud est peut-être l’exception ici.) Comme l’écrivait l’économiste Paul Krugman, lauréat du prix Nobel, “les exportations russes se sont maintenues et le pays semble se diriger vers un excédent commercial record”.

La crise continue sans fin en vue. Ses horreurs sont devenues routinières dans notre actualité quotidienne. Les pressions juridiques et politiques ne fonctionnent pas. Il est temps de repenser la stratégie de l’Occident ? Sinon, la menace de Tolstoï, si elle est mise à exécution, pourrait être le dernier clou dans le cercueil du système multilatéral, l’ultime perdant-perdant.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/26/how-russian-exclusion-threatens-the-west/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire