Alors même que la reprise économique américaine rebondit, la demande stagne | Nouvelles des affaires et de l’économie

0
18

La croissance économique américaine a fortement rebondi au troisième trimestre dans un contexte de réduction du déficit commercial, mais cela surestime la santé de l’économie, la demande intérieure étant la plus faible en deux ans en raison des hausses agressives des taux d’intérêt de la Réserve fédérale.

Le rapport préliminaire sur le produit intérieur brut du troisième trimestre du département du Commerce publié jeudi a également montré que l’investissement résidentiel se contracte pour un sixième trimestre consécutif alors que le marché du logement s’effondre sous le poids de la flambée des taux hypothécaires. Alors que l’inflation globale a considérablement ralenti à partir du deuxième trimestre, les pressions sur les prix ont continué de gonfler.

Pourtant, le rebond de la croissance après deux baisses trimestrielles consécutives du produit intérieur brut (PIB) était une preuve supplémentaire que l’économie n’était pas en récession, bien que les risques de ralentissement aient augmenté alors que la Fed double ses hausses de taux pour lutter le plus rapidement -la hausse de l’inflation en 40 ans.

“Malgré le chiffre brillant, un coup d’œil sous le capot montre une image beaucoup plus sombre de l’économie américaine, qui est clairement en perte de vitesse”, a déclaré Sal Guatieri, économiste principal chez BMO Capital Markets à Toronto. “Avec le plein effet des hausses de taux passées et futures de la Fed qui ne se font pas encore sentir, l’économie semble prête pour un léger ralentissement au premier semestre de l’année prochaine.”

Le PIB a augmenté à un taux annualisé de 2,6 % au dernier trimestre après s’être contracté à un rythme de 0,6 % au deuxième trimestre. Les économistes interrogés par Reuters avaient prévu un rebond de la croissance du PIB à un taux de 2,4 %. Les estimations allaient d’un taux aussi bas que 0,8% à un rythme aussi élevé que 3,7%.

Le déficit commercial s’est fortement réduit, en partie parce que le ralentissement de la demande a réduit la facture des importations. Les exportations ont également augmenté pendant la majeure partie du trimestre. Le plus petit écart commercial a ajouté 2,77 points de pourcentage à la croissance du PIB, le plus depuis le troisième trimestre de 1980.

Les ventes finales aux acheteurs nationaux privés, qui excluent le commerce, les stocks et les dépenses publiques, ont légèrement augmenté à un taux de 0,1 %, signe que la hausse des coûts d’emprunt commençait à éroder la demande. Il s’agit de la hausse la plus lente de cette mesure de la demande intérieure depuis le deuxième trimestre 2020 et fait suite à une augmentation de taux de 0,5 % au deuxième trimestre.

Gardant un œil sur les prochaines élections de mi-mandat le mois prochain, le président américain Joe Biden a déclaré dans un communiqué “aujourd’hui, nous avons obtenu de nouvelles preuves que notre reprise économique continue d’aller de l’avant”, ajoutant que “les républicains du Congrès ont un programme très différent – un qui conduirait augmenter l’inflation et aggraver le déficit en réduisant les impôts des Américains les plus riches et des grandes entreprises.

Les données de jeudi auront probablement peu d’impact sur la politique monétaire, même si les responsables de la Fed pourraient tirer un certain réconfort de la baisse de la demande. Les données sur les prix des dépenses de consommation personnelle de septembre et les chiffres du coût de la main-d’œuvre du troisième trimestre attendus vendredi pourraient avoir plus de poids avant la réunion politique de la Fed des 1er et 2 novembre.

le déficit commercial s’est fortement réduit, en partie parce que le ralentissement de la demande a réduit la facture des importations [File: Elijah Nouvelage/Reuters]

La Fed, qui est la banque centrale américaine, a relevé son taux directeur au jour le jour de près de zéro en mars à la fourchette actuelle de 3% à 3,25%, le rythme le plus rapide de resserrement politique depuis une génération ou plus.

Les actions américaines ont ouvert en hausse. Le dollar s’est apprécié face à un panier de devises. Les prix du Trésor américain étaient plus élevés.

Les dépenses de consommation ralentissent

La croissance des dépenses de consommation, qui représente plus des deux tiers de l’activité économique américaine, a ralenti à un taux de 1,4% par rapport au rythme de 2% du trimestre d’avril à juin. Les dépenses des entreprises en équipement ont rebondi solidement, tandis que les dépenses gouvernementales ont terminé cinq trimestres consécutifs de baisse.

Les dépenses de consommation sont soutenues par un marché du travail vigoureux, qui fait grimper les salaires. Le ministère du Travail a fait état jeudi d’une légère augmentation du nombre de personnes déposant de nouvelles demandes d’allocations de chômage la semaine dernière.

Les demandes initiales d’allocations de chômage ont augmenté de 3 000 pour atteindre 217 000 désaisonnalisées pour la semaine terminée le 22 octobre. Les demandes sont restées très faibles malgré les informations selon lesquelles des entreprises, principalement dans les secteurs de l’économie sensibles aux taux d’intérêt, auraient licencié des travailleurs.

Il y a eu des nouvelles encourageantes sur le front de l’inflation. Une mesure de l’inflation dans l’économie a augmenté à un taux de 4,6%, décélérant par rapport à un rythme de croissance de 8,5% au deuxième trimestre.

En conséquence, les revenus à la disposition des ménages après prise en compte de l’inflation ont rebondi à un rythme de 1,7% après avoir diminué à un rythme de 1,5% au deuxième trimestre.

Mais l’inflation reste inconfortablement élevée. L’indice des prix des dépenses de consommation personnelle excluant les composants volatils de l’alimentation et de l’énergie a augmenté à un taux de 4,5% après avoir augmenté à un taux de 4,7% au trimestre précédent.

Les stocks sont restés un frein à la croissance. Les économistes craignent qu’un stock croissant de biens invendus ne déclenche une récession.

Les détaillants se retrouvent aux prises avec des marchandises excédentaires, en raison de l’atténuation des goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement et de la baisse de la demande de biens, les obligeant à offrir des remises, ce qui, selon les économistes, pourrait ne pas suffire.

Source: https://www.aljazeera.com/economy/2022/10/27/even-as-us-economic-recovery-rebounds-demand-stalls

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire