Analyse de la liste d’invitation au Sommet pour la démocratie

0
166

Le président Joe Biden a préparé le terrain pour le tout premier sommet mondial consacré à la construction d’une volonté politique nationale et internationale pour le renouveau démocratique. Compte tenu du recul de la gouvernance démocratique, des droits de l’homme et de l’état de droit dans le monde, et de la menace croissante posée par les dirigeants autoritaires en Chine et en Russie, le moment est propice, voire tardif.

Mais comme pour tout bon dîner, qui est invité détermine généralement la qualité de la soirée et l’ambiance de ces futurs rassemblements. Dans le cas du Sommet pour la démocratie, si les chefs d’État et de gouvernement de quelque 112 pays (dont les États-Unis) apportent au repas une honnête reconnaissance de leurs lacunes (humble tarte), accompagnée d’engagements concrets de réforme et de coopération ( le plat principal), la convocation en aurait valu la peine.

Les visionnaires de la politique étrangère ont depuis longtemps des ambitions plus élevées d’une grande alliance de démocraties qui rééquilibreraient l’ordre international pour favoriser la gouvernance démocratique libérale sur l’autocratie. La tâche la plus urgente, cependant — et indispensable à un tel projet — est de construire des démocraties saines et fortes caractérisées par une gouvernance responsable et ouverte, le respect des droits fondamentaux en droit et en pratique, et des mécanismes de règlement des différends impartiaux et accessibles — en bref, la règle de la loi plutôt que le règne d’un seul parti ou d’un homme fort. Ce n’est qu’avec des systèmes démocratiques fonctionnels qui répondent aux besoins fondamentaux et la promesse de la dignité humaine au niveau national que nous pouvons espérer construire une structure d’action collective par des acteurs partageant les mêmes idées sur la scène mondiale, et offrir au monde une alternative convaincante au régime autoritaire de la Chine. maquette.

La liste d’invitation

Bien que la Maison Blanche ait soigneusement évité de publier des critères formels pour les pays à inviter, il n’est pas surprenant que l’administration Biden ait invité des démocraties telles que le Danemark, la Nouvelle-Zélande et l’Uruguay. Classés systématiquement parmi les pays les plus performants de leur région, ces pays et bien d’autres peuvent offrir de bons exemples et des conseils amicaux à leurs voisins. De même, il est clair pourquoi certains pays ont été ne pas invité, alors que les autocraties telles que le Venezuela, le Myanmar et la Biélorussie continuent de se dégrader en termes de droits fondamentaux, de gouvernance ouverte et responsable et de corruption.

Plus intéressants sont les cas où des pays ont reçu une invitation malgré des performances médiocres par rapport aux trois thèmes principaux du sommet : la défense contre l’autoritarisme, la lutte contre la corruption et la promotion du respect des droits de l’homme. Les considérations géopolitiques ont naturellement influencé lequel de ces États swing a fait la coupe.

Une évaluation objective fondée sur la gouvernance démocratique, les droits de l’homme et l’état de droit mérite néanmoins d’être examinée de plus près. L’indice de l’état de droit du World Justice Project (WJP) a collecté des données auprès de milliers d’experts et de ménages dans le pays pendant plus d’une décennie. À l’aide de sa dernière édition publiée en octobre, qui compte 138 pays plus Hong Kong, j’ai analysé la liste d’invitation en fonction des performances sur les trois facteurs d’état de droit qui représentent les thèmes du sommet.

Asie : Philippines, Pakistan et Inde entrants, Bangladesh sortant

En Asie, où l’influence de la Chine se fait le plus sentir, certains invités étaient des choix évidents, tandis que d’autres étaient plus surprenants. Les Philippines, un allié invité des États-Unis, se classent au troisième rang des indices les plus bas sur 15 pays de la région Asie de l’Est et Pacifique, juste au-dessus du Myanmar. Il a également connu la plus forte baisse de son score en 2020-2021 dans la région (-2,9 %), à l’exception du Myanmar, avec ses plus fortes baisses des facteurs d’état de droit qui s’alignent sur les thèmes du sommet de Biden : les contraintes sur les pouvoirs du gouvernement (- 5%), droits fondamentaux (-5%) et absence de corruption (-4%).

En Asie du Sud, le Pakistan, classé 130e sur 139 pour les scores mondiaux d’état de droit et cinquième sur six pays régionaux, a été invité, tandis que le Bangladesh, qui obtient un score légèrement supérieur, ne l’a pas été. Ici, les lignes de tendance peuvent expliquer en partie l’écart. Depuis 2015, le score du Pakistan s’est légèrement amélioré, tandis que celui du Bangladesh s’est détérioré, entraîné par des baisses significatives des contraintes sur les pouvoirs gouvernementaux (-6%), l’absence de corruption (-3%) et les droits fondamentaux (-5%). Un autre facteur probable pour l’invitation du Pakistan était le désir d’équilibrer l’inclusion de l’Inde avec un rival démocratique régional, bien qu’aspirant. Alors que l’Inde se classe au milieu de tous les pays de l’indice WJP, elle a enregistré des baisses significatives (-4%) de ses scores sur les contraintes sur les pouvoirs du gouvernement, l’absence de corruption et les droits fondamentaux de 2020 à 2021.

Europe et Amérique du Nord : Pologne en entrée, Hongrie et Turquie en sortie

L’Europe et l’Amérique du Nord ont historiquement obtenu de bons résultats en termes de démocratie et d’État de droit. Cela dit, au cours des dernières années, des pays démocratiques encore plus stables de la région transatlantique ont connu un recul démocratique, faisant partie d’une tendance mondiale croissante à l’autoritarisme. La Pologne se distingue à cet égard ; depuis 2015, son indice global a baissé d’environ 10 %. Néanmoins, la Maison Blanche a invité Varsovie au sommet, peut-être un clin d’œil à son rôle important au sein de l’OTAN en tant que rempart contre la Russie. En revanche, la Hongrie, confrontée à sa cinquième année consécutive de déclin, a été exclue, et la Turquie, qui est en grande partie sortie du camp démocrate sous la direction de Recep Tayyip Erdoğan, a également été refusée.

Un défi particulier pour les États-Unis en tant qu’hôte du sommet est de savoir comment concilier ses performances en baisse en matière de démocratie et d’état de droit au cours des dernières années avec son rôle présumé de leader en tant que « phare de la liberté ». En 2021, le score global de l’État de droit aux États-Unis a chuté de 2,9%, plus que tout autre pays à revenu élevé ou tout autre pays d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord. La détérioration a été particulièrement prononcée dans les facteurs mesurant les contraintes sur les pouvoirs du gouvernement, l’absence de corruption, le gouvernement ouvert, le respect des droits fondamentaux et la justice pénale. Les efforts hésitants de Washington pour mettre de l’ordre dans sa propre maison par le biais d’un programme de réformes politiques nationales indispensables ont brisé son engagement par ailleurs bienvenu à promouvoir la démocratie en tant que priorité de politique étrangère.

Afrique : Nigeria et RDC dedans, Rwanda dehors

Sur 16 invités africains, l’Afrique du Sud n’est pas une surprise, malgré de sérieux problèmes persistants liés à la corruption, à l’ordre et à la sécurité. Cependant, le Rwanda, qui se classe premier en Afrique subsaharienne sur l’indice WSP mais faible en termes de liberté d’expression et d’espace civique, n’a pas fait la coupe. Le Nigeria, un autre invité, a enregistré la plus forte baisse de score globale dans la région l’année dernière, principalement en raison d’une détérioration des contraintes sur les pouvoirs du gouvernement et les droits fondamentaux, tandis que la corruption continue d’être son plus grand défi. La République démocratique du Congo (RDC), classée 137e sur 139 au niveau mondial pour le score global de l’état de droit et la pire performance en Afrique, est un autre invité surprenant sur la liste. Abuja et Kinshasa auront du mal à démontrer leur engagement sérieux à éliminer les faiblesses chroniques de la lutte contre la corruption.

Amérique latine : Brésil et Mexique en entrée, El Salvador en sortie

En Amérique latine, l’Uruguay, le Costa Rica et le Chili sont les plus performants de l’indice, et leurs invitations ne sont pas surprenantes. Les deux poids lourds de la région, le Mexique et le Brésil, étaient à la limite mais ont fait la coupe. Le score global du Mexique, en baisse constante depuis 2015, a baissé de 2,9 % l’année dernière. Le Brésil a connu un déclin similaire de l’état de droit depuis 2020, faisant partie d’une tendance négative au cours des six dernières années.

El Salvador, le Honduras et le Guatemala, qui sont des nœuds essentiels dans les efforts de l’administration Biden pour s’attaquer aux causes profondes de la crise migratoire, sont notamment et à juste titre absents de la liste du sommet. Tous trois ont baissé dans leur score global d’état de droit et dans les contraintes sur les pouvoirs du gouvernement, l’absence de corruption et les droits fondamentaux. Parmi eux, le Salvador a connu la plus forte baisse, principalement en raison de la montée de l’autoritarisme et des restrictions aux libertés fondamentales sous l’administration Bukele.

Comment la liste d’invitation se compare à l’Index 2021 sur l’état de droit du WSJ

Pays Invité? Classement mondial (sur 139) Rang régional Score global 2020-21 % de variation du score
États Unis Hôte 27 20/31 0,69 -2,9%
Pologne Oui 36 26/31 0,64 -2,4%
Rwanda Non 42 1/33 0,62 0,5%
Afrique du Sud Oui 52 5/33 0,58 -0,4%
Hongrie Non 69 31/31 0,52 -1,4%
Brésil Oui 77 16/32 0,50 -2,9%
Inde Oui 79 3/6 0,50 -1,9%
Le sauveur Non 95 24/32 0,48 -3,3%
Philippines Oui 102 13/15 0,46 -2,9%
Mexique Oui 113 27/32 0,43 -2,9%
Turquie Non 117 14/14 0,42 -2,5%
Nigeria Oui 121 26/33 0,41 -3,7%
Bangladesh Non 124 4/6 0,40 -2,8%
Pakistan Oui 130 5/6 0,39 -0,4%
RDC Oui 137 33/33 0,35 1,2%

Pourquoi est-ce important

Un club de démocraties qui fonctionne, aussi bien intentionné et nécessaire soit-il, dépend de membres qui répondent à une norme minimale de gouvernance démocratique et d’un intérêt partagé dans l’action collective pour la défendre. Décider qui inclure dans le premier critère devrait relever davantage de la science que de l’art. Nous avons des traités, des déclarations, des protocoles et des constitutions qui articulent un ensemble de principes universels et laissent également beaucoup de place à diverses formes de pluralisme démocratique. Nous avons également des tonnes de rapports, d’études empiriques et d’indices qui comparent les progrès et la régression à ces normes. Ce qui manque, c’est la volonté politique des dirigeants et de leurs alliés de partager le pouvoir et de gouverner pour le plus grand nombre, plutôt que pour quelques-uns, au pays et à l’étranger.

Le Sommet pour la démocratie, et l’année d’action qui suivra, prouvera sa valeur s’il peut contribuer à mobiliser une telle volonté politique, à commencer par des États-Unis démocratiquement dysfonctionnels. Il offre un test opportun de la proposition de base selon laquelle les démocraties ont la capacité d’autocorrection et peuvent apprendre les unes des autres en cours de route. Il donne à la société civile l’opportunité de tirer parti des engagements pris lors du sommet pour faire avancer les réformes dans son pays. Cela peut même graisser les roues pour une coopération internationale plus significative pour contrôler la corruption, détoxifier notre écosystème d’information et contenir les autoritaires, tous des objectifs louables. La table est mise, que le festin commence.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire