La guerre contre l’Iran est maintenant au coin de la rue

0
166

Une Iranienne passe devant une peinture murale du drapeau national de la République islamique dans le centre de Téhéran le 7 novembre 2019.

Photo : STR/AFP via Getty Images

Les États Unis va faire la guerre à l’Iran.

Cette conclusion semble inévitable lorsque le président Joe Biden ne parvient pas à relancer l’accord sur le nucléaire iranien dont l’administration Trump s’est retirée unilatéralement en 2018. La partie iranienne a exigé la suppression des sanctions imposées par l’ancien président Donald Trump, ainsi qu’une garantie qu’un futur américain l’administration ne se retirera pas une fois de plus brusquement de l’accord nucléaire, connu sous le nom de JCPOA. Alors que l’Iran a continué à respecter les conditions minimales de l’accord afin de préserver la possibilité de le ramener à la vie, la réticence ou l’incapacité de Biden à respecter ses conditions a laissé les observateurs avertir d’un scénario du «pire des cas» dans lequel l’Iran procède à la militarisation de son programme nucléaire et les deux pays en viennent à un conflit armé à part entière.

Cela vaut la peine de réfléchir à la façon dont les deux parties en sont arrivées là. L’accord nucléaire négocié par l’administration Obama était un moyen d’éviter la guerre en plaçant le programme nucléaire iranien sous surveillance internationale en échange d’une intégration économique avec l’Occident. Cet accord a été brutalement déchiré par Trump, apparemment dans une crise personnelle contre le président Barack Obama, avec les encouragements de conseillers bellicistes et de l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Au lieu d’un arrangement diplomatique, l’administration Trump a mené une campagne de pression économique, de sabotage et d’assassinats ciblant les dirigeants iraniens.

Ces efforts ont fait beaucoup de mal aux Iraniens innocents ainsi qu’à la position diplomatique des États-Unis. Ils n’ont pas fait ce que l’accord diplomatique a fait : en fait freiner le programme nucléaire de l’Iran. L’Iran reste aujourd’hui sous les sanctions américaines qui ont gravement nui à son économie et plongé son peuple dans le désespoir. Son programme nucléaire, cependant, a continué de progresser. L’échec ou l’incapacité de l’administration Biden à faire le minimum pour annuler les sanctions économiques de Trump a probablement mis fin à l’ancien accord. En l’absence de l’accord nucléaire de 2015, les deux seules options qui restent sur la table sont que la communauté internationale accepte un Iran doté d’armes nucléaires ou entre en guerre pour l’arrêter.

Ce qui est vraiment déprimant, c’est que même si Biden ne traînait pas des pieds, il n’est pas clair si l’accord initial était même réactivable après que Trump a montré que les États-Unis pouvaient se retourner contre lui sans préavis. Les entreprises occidentales qui avaient manifesté leur intérêt à investir sur le marché iranien lors de la première négociation de l’accord ont été effrayées, probablement pour de bon. « Même si le JCPOA était rétabli, aucune entreprise occidentale n’oserait investir un centime en Iran, aucune banque occidentale ne financerait un accord en Iran avec la menace du retour des sanctions américaines en 2025. Une fois, c’était suffisant. Les Iraniens le savent », l’ancien diplomate français Gérard Araud observé dans un tweet.

En plus de sa réticence à lever les sanctions de l’ère Trump et de son incapacité à faire des promesses exécutives qui lient les futures administrations, l’administration Biden n’a probablement pas la majorité des voix dont elle aurait besoin au Sénat américain pour ratifier l’accord en tant que traité. Cela signifie que les chances d’un autre tirage au sort en 2025 sont élevées si une administration républicaine arrive au pouvoir. Sans la capacité de garantir la demande non déraisonnable qu’un accord signé soit respecté, les États-Unis sont confrontés à la perspective d’être structurellement incapables de mener le type de diplomatie complexe nécessaire pour éviter la guerre ou la prolifération nucléaire.

Les puissances régionales envoient déjà des signaux forts indiquant qu’elles se préparent à un conflit majeur sur la question.

Ces derniers jours, de hauts responsables militaires israéliens se sont rendus au siège du commandement central de l’armée américaine pour des réunions qui porteraient sur la détérioration de la situation avec l’Iran. L’establishment israélien de la défense a été divisé dans ses opinions sur la question nucléaire iranienne, certains responsables contredisant la position de Netanyahu selon laquelle l’accord est une menace inacceptable pour la sécurité israélienne. Mais même les responsables israéliens qui ont déclaré que l’Iran n’était pas sur le point de fabriquer une bombe ont commencé à signaler que des frappes aériennes sont désormais envisagées, d’autant plus qu’il semble que le programme nucléaire pourrait bientôt être libéré de la surveillance imposée par l’accord initial. En plus de discuter des frappes contre des cibles nucléaires en Iran, des articles de presse israéliens cette semaine ont affirmé que des responsables poussaient même leurs homologues américains à mener des frappes contre des cibles iraniennes ailleurs au Moyen-Orient.

Dans l’ensemble, l’Iran n’est pas complètement exempt de blâme pour cette situation difficile. Sa décision de faire d’Israël son principal méchant dans sa rhétorique publique malgré l’absence de tout différend territorial concret entre les deux pays l’a embourbé dans un grave conflit qu’il aurait pu éviter autrement. Mais il n’en reste pas moins que l’accord nucléaire de 2015, que les diplomates iraniens à l’époque qualifiaient de premier pas vers des conversations plus larges sur les domaines de désaccord avec les États-Unis, était maintenu de leur côté au moment où Trump a décidé de le déchirer et que l’administration Biden n’a pas réussi à inverser les mesures prises par Trump. La réponse à la question « Et maintenant ? » n’a pas de réponses faciles ou réconfortantes.

La nature sclérosée du débat sur la politique étrangère signifie que si et quand une guerre majeure avec l’Iran éclate, y compris des frappes aériennes, un conflit naval et d’éventuelles opérations au sol impliquant des troupes américaines, la plupart des Américains auront oublié les événements déclencheurs qui ont amené les deux pays à ce point, ainsi que les personnes responsables de la destruction d’un accord diplomatique destiné à empêcher l’effusion de sang. Après 20 ans de conflit au Moyen-Orient et en Asie centrale, les Américains sont clairement fatigués et désireux d’éviter de nouvelles guerres dans la région. Malgré leur fatigue de la confrontation, leurs dirigeants semblent déterminés à en avoir un de plus – peut-être le plus grand de tous.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire