La différence est frappante dans l’enseignement supérieur

0
259

Des milliers de membres de l’UCU ont fait trois jours de grève la semaine dernière pour reprendre leurs conflits de longue date avec les employeurs concernant les salaires, la précarité, la discrimination, la charge de travail et les retraites. Nick Cimini (membre de l’EIS-ULA, de l’UCU et de la rs21) rend compte de ce que font les autres syndicats de l’enseignement supérieur.

Les membres de l’UCU dans 58 universités (soit environ 50 000 membres) ont déclenché une grève de trois jours la semaine dernière dans le cadre de la reprise de leurs batailles avec les employeurs sur les salaires, les questions liées aux salaires et les retraites. Les trois jours d’action comprenaient des lignes de piquetage, des réunions de section, des réunions de département, des séances de formation, des marches et des rassemblements, et des expériences de piquetage virtuel. Il y a eu des marches et des rassemblements à Londres, Manchester, Édimbourg et dans d’autres villes du Royaume-Uni. Le premier jour de retour au travail après les grèves (lundi 6) a également marqué le début d’un projet de six mois d’action avant la grève (ASOS).

Malgré le temps hivernal, les lignes de piquetage étaient généralement très animées et très fréquentées. Cette série de photos de membres de rs21, qui ont assisté à divers piquets en tant que grévistes, étudiants et habitants solidaires, le démontre bien :

La photo montre une ligne de piquetage de membres de l'UCU à l'Open University sur un piquet à Édimbourg, en Écosse, lors des grèves de l'UCU en décembre 2021.
L’Université ouverte d’Écosse, Édimbourg
La photo montre des grévistes de l'Université de Sheffield lors des grèves de l'UCU en décembre 2021.
Université de Sheffield
La photo montre une ligne de piquetage à l'Université métropolitaine de Manchester pendant les grèves de l'UCU en décembre 2021. La bannière indique
Université métropolitaine de Manchester
La photo montre une ligne de piquetage à l'Université d'Édimbourg lors de la grève de l'UCU en décembre 2021.
Université d’Édimbourg

Le soutien des étudiants au personnel en grève a été important. Recherche menée par l’Union nationale des étudiants (NUS) suggère que 73% des étudiants ont soutenu les grèves, tandis que seulement 9% s’y sont opposés. Un membre de rs21 et de l’UCU basé à Manchester a fait état d’un “beaucoup de soutien” de la part des étudiants et a estimé que “sur notre ligne de piquetage, nous avons réussi à persuader environ 20% des étudiants entrant dans le bâtiment de ne pas y entrer”.

Qu’est-il arrivé à tous les autres syndicats?

L’UCU n’est pas seule dans ce combat. Il existe d’autres syndicats concernés : Unison, Unite, GMB et l’EIS-ULA en Écosse. Il se trouve que l’UCU est la seule prête à frapper.

Les autres ont été lents au départ (certains sont peut-être même réticents à se présenter) et ceux qui votent n’ont pas encore fini de le faire. Bien que ces autres syndicats de l’ES aient parlé d’adopter une approche régulière et mesurée, d’épuiser toutes les options et de consulter pleinement les membres, rien ne peut justifier le retard pris pour se rendre au scrutin.

Ce différend était tout à fait prévisible. Le personnel de SE est déjà venu ici. En effet, les syndicats et l’association patronale (UCEA) se disputent chaque année depuis 2009 sur les salaires et les questions connexes !

Il y a eu plusieurs mois de blocage et d’inaction entre le début du contentieux 2021-22 et le lancement des éventuels scrutins. Le nouveau processus de négociation JNCCHES pour 2021-22 a commencé en mars 2021 et l’UCEA a fait une soi-disant «offre finale» en mai. Des réunions de contentieux ont eu lieu en juillet sans conclusion satisfaisante et pourtant nous voici en décembre dans l’attente des autres syndicats, même en train de voter. La « majoration » salariale a été imposée sans accord le 1er août.

L’EIS-ULA a finalement décidé de suivre l’UCU en passant au scrutin statutaire à la mi-novembre – quatre mois entiers après la conclusion infructueuse des réunions de contentieux ! C’est l’un des plus petits des syndicats de l’ES et donc, peut-être inévitablement, il est souvent à la traîne ou n’est pas disposé à prendre des mesures indépendantes.

Le comité exécutif de l’EIS-ULA a dû être traîné, à coups de pied et de cris, jusqu’à un scrutin statutaire. Réunion après réunion, on a voté pour hésiter et retarder, en lançant scrutin consultatif après scrutin consultatif. Leur slogan de campagne accrocheur, #DifferenceIsStriking, est apparu pendant un certain temps légèrement ironique compte tenu des décisions prises par l’exécutif. Bien qu’ils n’aient jamais obtenu auparavant un mandat avec un scrutin agrégé à l’échelle de l’Écosse, c’était leur plan d’action décidé. Leur scrutin se termine le mercredi 8 décembre.

Unison, quant à lui, n’a aucune excuse. Il a bien plus de poids que l’EIS-ULA au niveau national et pourtant, il vient tout juste de commencer le scrutin. Leur le scrutin désagrégé d’un certain nombre de branches a commencé le lundi 6 décembre et se termine le 28 janvier (9 février en Irlande du Nord).

42 autres sections de l’UCU qui n’ont pas encore de mandat de grève, après avoir raté les seuils antisyndicaux une première fois, sont à nouveau votées du lundi 6 au 14 janvier.

Exercices de case à cocher en consultation

De nombreux syndicats organisent désormais des scrutins consultatifs, ostensiblement pour tester l’humeur des membres, avant de commencer tout processus de scrutin statutaire. L’EIS-ULA aime tellement les scrutins consultatifs qu’il en a organisé deux en succession rapide (avec des résultats très similaires). Les dirigeants syndicaux ont fait référence à ces scrutins consultatifs lorsqu’ils ont tenté d’expliquer/d’excuser les retards dans l’obtention d’un scrutin statutaire.

Un scrutin consultatif pourrait théoriquement être un outil utile dans l’arsenal syndical. Cela pourrait permettre un sondage rapide et facile des membres. Contrairement à un scrutin statutaire, dont le résultat est une information publique, les résultats d’un scrutin consultatif peuvent également être soigneusement organisés par les syndicats pour éviter tout résultat embarrassant.

Obtenir un faible taux de participation à un scrutin consultatif ? Aucun problème! Ne révélez pas le taux de participation.

Ces scrutins consultatifs peuvent donner l’impression que les dirigeants syndicaux sont à l’écoute des membres. En réalité, cependant, ce ne sont que de simples exercices de case à cocher qui privent les membres d’opportunités plus significatives de consulter. Le plus souvent, ces plébiscites sont contre-productifs et une perte de temps – en particulier lorsque les mêmes questions sont répétées plusieurs fois avec des résultats très similaires – ce qui peut induire une « fatigue du scrutin » parmi les membres. Il est également courant que les résultats de ces scrutins consultatifs restent secrets (ou seulement pour quelques privilégiés) et ainsi les militants de base sont rarement en mesure d’utiliser ces données pour cartographier et cartographier leurs lieux de travail.

Une série de réunions de base, avec des occasions de questionner et de débattre, serait en fin de compte une façon plus significative de consulter. Cela donnerait aux membres une meilleure occasion de partager, de discuter et d’apprendre les uns des autres.

Scab sur les grèves

L’EIS-ULA représente le personnel académique de toute l’Écosse, mais ses membres sont principalement concentrés dans les établissements post-92. Les membres se trouvent souvent dans des institutions travaillant aux côtés de membres de l’UCU, telles que l’Université Caledonian de Glasgow, l’Université de l’Ouest de l’Écosse et l’Université Napier d’Édimbourg.

En raison de retards tout à fait évitables pour se rendre aux urnes, la semaine dernière, alors que l’UCU était aux piquets de grève, les membres de l’EIS-ULA dans certaines branches se sont retrouvés assis sur la touche sans mandat légal de grève. Dans ce contexte, le premier jour des grèves, les responsables de l’EIS-ULA ont envoyé un e-mail étonnant aux membres avec l’instruction de briseurs de grève sur les lignes de piquetage de l’UCU. Le message disait :

… L’EIS fait également partie du conflit national sur les salaires, et nous votons actuellement des membres pour une action revendicative. L’EIS n’a donc pas de mandat d’action collective (pour une grève et/ou l’ASOS) contrairement à l’UCU dans certaines universités. Cela signifie que Les membres de l’EIS n’ont pas les indemnités associées à un mandat d’action collective et ne devraient pas participer à la grève de l’UCU. Les membres de l’EIS devront donc continuer à travailler pendant les jours de grève de l’UCU et, malheureusement, cela peut signifier traverser les lignes de piquetage de l’UCU si vous vous rendez sur votre lieu de travail. [emphasis included in original]

Il y a un certain nombre de choses à dire à ce sujet.

Tout d’abord, ces instructions de franchir une ligne de piquetage constituent un sombre acte d’accusation contre l’état du mouvement syndical aujourd’hui. Entravé par une législation répressive et des niveaux de combativité relativement faibles (malgré une reprise récente et peut-être légère, incarnée par les grèves de l’UCU), ce qui précède montre que certaines parties du mouvement syndical manquent de confiance ou de moyens pour défendre les valeurs traditionnelles du syndicalisme : ne franchissez jamais une ligne de piquetage !

Deuxièmement, l’instruction semble suggérer que l’EIS-ULA refuserait de défendre tout membre qui souhaiterait déclencher une grève : « Les membres de l’EIS n’ont pas les indemnités ». Ce refus apparent de soutenir les grévistes est étonnant puisque, dans tous les cas pertinents que nous connaissons, les employeurs eux-mêmes ont reconnu que le personnel académique avait un mandat légal de grève à la suite du vote de l’UCU. À certains égards, par conséquent, l’EIS-ULA semblait aller plus loin que les employeurs en implorant le personnel de franchir les lignes de piquetage.

Troisièmement, l’instruction de l’EIS « ne pas participer à la grève de l’UCU » montre comment les intérêts d’un syndicat – en tant qu’institution distincte et hautement bureaucratique – peuvent souvent différer des intérêts des travailleurs qu’il représente. Comme suggéré par Ray M. dans cet article récent:

« On dit souvent que « les membres sont le syndicat », mais il est important de reconnaître que les syndicats sont aussi une institution. Pour les travailleurs, le syndicat est un moyen d’atteindre une fin. Mais pour les officiers, cette situation est inversée, car les officiers se considéreront comme les gardiens de l’Union, de ses ressources et de ses biens.

Ordonner aux membres de l’EIS-ULA de franchir les lignes de piquetage était la preuve de ces intérêts divergents. Pour les grévistes, le syndicat est un moyen d’atteindre une fin. Pour les dirigeants syndicaux, cependant, le syndicat est une fin en soi. La différence à cette occasion était en effet frappante.

Sur le plan juridique, il n’était pas nécessaire de recommander le briseur de grève. Les membres du personnel qui voulaient faire grève auraient pu le faire. C’est après tout légal pour les membres non syndiqués de faire grève. Alternativement, le personnel en grève dans les institutions concernées pourrait rejoindre l’UCU et donc agir avec son plein soutien. Cependant, recommander l’une ou l’autre de ces mesures était contraire aux intérêts distincts de l’EIS-ULA en tant qu’institution. Compte tenu des revenus générés par les cotisations des membres, les responsables de l’EIS-ULA se sont sentis incapables de recommander l’une ou l’autre de ces pistes d’action – car cela risquerait de se rendre inutile.

Se battre pour gagner

Le personnel de l’enseignement supérieur a désespérément besoin d’un plan pour gagner.

La priorité immédiate et urgente devrait être d’aider les sections à atteindre les seuils de vote antisyndical. Tous les efforts doivent être faits et un soutien doit être fourni pour s’assurer que tout le personnel universitaire est en mesure de se joindre aux actions futures. Les directions générales qui ont déjà un mandat doivent s’associer à celles qui n’en ont pas.

Les succursales qui n’atteignent pas les seuils antisyndicaux doivent être immédiatement re-tournées. Si les scrutins agrégés échouent, nous devrions passer aux scrutins désagrégés sans hésiter.

Le personnel et leurs partisans doivent s’appuyer sur l’élan de la semaine dernière et se préparer à plus d’action. Ce n’est pas le moment de tergiverser et de retarder. Il est essentiel qu’il y ait une série d’actions de grève généralisées et croissantes au début de la nouvelle année. L’ASOS doit aussi aller plus loin et mettre encore plus de pression sur les employeurs.

Comme les travailleurs d’autres secteurs, cependant, le personnel de l’enseignement supérieur ne peut pas dépendre entièrement de son appareil syndical – puisque cet appareil vacille selon ses propres intérêts distincts. Au lieu de cela, il est urgent que les militants créent de véritables réseaux de base – au sein et entre les syndicats, sur chaque lieu de travail – pour garantir que le personnel lui-même puisse agir indépendamment des syndicats si nécessaire.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire