Appel à une action urgente alors que l’Australie fait face à une crise de la biodiversité | Actualités Environnement

0
179

L’écologiste Gregory Andrews a averti que la biodiversité de l’Australie était «la pire qu’elle ait jamais été» et que le nouveau gouvernement travailliste devra travailler dur pour remédier aux dommages causés à l’environnement.

En tant qu’aborigène australien du pays D’harawal, Andrews se sent poussé à prendre soin de la terre et de la biodiversité de son pays.

Il a été nommé premier commissaire australien aux espèces menacées en 2014 et a occupé ce poste pendant un peu plus de trois ans, se concentrant sur la mobilisation de la sensibilisation et des ressources, et sur l’élaboration de politiques de lutte contre l’extinction en Australie.

Depuis, il a enchaîné les rôles. Il a été ambassadeur et haut-commissaire d’Australie dans neuf pays d’Afrique de l’Ouest à partir de 2019. Puis, fin 2021, il a décidé de rentrer chez lui et d’embrasser la vie de père et de défenseur de l’environnement à plein temps.

Dans la perspective des élections de mai, Andrews a appelé à une action sur la protection de l’environnement en Australie. Les principaux partis politiques considèrent le changement climatique et l’environnement comme des “problèmes mous” plutôt que comme des points focaux, a-t-il dit, mais la situation est urgente.

Dans une interview avec Al Jazeera, il a discuté de l’état de la biodiversité australienne et de la trajectoire du pays en termes de conservation et de politique climatique.

Al Jazeera: Quelles espèces indigènes sont particulièrement vulnérables à l’extinction ?

Andrews : La liste des espèces menacées compte environ 2 500 espèces. Mais pour vous donner une idée de la gravité de la situation, l’Australie compte 12 mammifères plus rares que le panda géant de Chine.

Gregory Andrew est fier d’être un homme autochtone et dit que l’Australie a beaucoup à apprendre du lien des peuples autochtones avec la terre et la nature

Nous parlons donc de choses comme le Mala Hare Wallaby, le Numbat, par exemple, et nous avons déjà perdu huit espèces de wallaby à cause de l’extinction, et 16 autres sont en danger.

L’histoire de la biodiversité en Australie est différente de celle d’autres parties du monde. Parce que nous sommes un vaste continent insulaire et que nous avons dérivé du Gondwanaland pendant des millions d’années, les animaux et les plantes ici ont évolué de manière tout à fait unique.

Nous avons 78 espèces de vertébrés envahissants en Australie… et les plantes envahissantes. [They] causent des dommages irréparables à notre faune indigène.

Par exemple, nous sommes le seul continent sur Terre, à part l’Antarctique, où il n’y a pas de chats. Il n’y a pas de chats indigènes en Australie. Donc, à la suite de cela, nos animaux indigènes sont ce que les scientifiques appellent des “prédateurs naïfs”, parce qu’ils n’ont pas eu à évoluer pour apprendre à vivre avec des chats, comme tous les petits mammifères et reptiles l’ont fait en Europe, en Afrique et les Amériques et l’Asie.

Al Jazeera: Quels autres facteurs ont conduit l’Australie à la situation d’urgence dans laquelle elle se trouve actuellement ?

André : Je pense que quatre choses essentielles se sont produites. La première est que nous constatons des impacts directs du changement climatique en Australie, et nous avons également traversé une période de déni politique du changement climatique en tant que problème. Le changement climatique est une menace énorme, et vous savez que les feux de brousse causés par le changement climatique il y a deux ans ont anéanti près d’un tiers des koalas d’Australie.

La seconde est la dégradation de l’habitat… Nous avons déjà dégradé, déboisé et réduit l’habitat de notre faune de manière significative pour l’agriculture et le développement urbain. Si nous voulons conserver notre faune… nous devons arrêter l’exploitation forestière des forêts indigènes et nous devons arrêter le défrichage. Nous pouvons nous permettre de le faire parce que nous sommes un grand pays et que nous sommes un pays riche, et nous avons beaucoup de terres que nous pouvons partager avec leurs animaux indigènes.

Troisièmement, nos institutions n’ont pas vraiment été assez solides. Particulièrement sous la coalition nationale libérale, il y a eu beaucoup de “blanchiment vert” [the process of conveying a false impression about how environmentally sound an organisation’s policies are] et le commissaire aux espèces menacées, pourrait-on dire, en est un exemple.

Bien que je sois fier de tout ce que j’ai accompli en tant que commissaire, je n’étais pas un commissaire indépendant avec le pouvoir de critiquer le gouvernement… L’une des pierres de touche clés des élections [in the lead-up to the election was] avoir une commission indépendante contre la corruption. De même, le commissaire aux espèces menacées doit être indépendant, afin qu’il puisse réellement critiquer la politique et les résultats du gouvernement…

Un koala mâche des feuilles d'eucalyptus.
Un audit des populations de koala est en cours avec les animaux emblématiques menacés par la destruction de leur habitat et le changement climatique [File: Lukas Coch/EPA]

Aussi le rapport quinquennal sur l’état de l’environnement, ce rapport a été finalisé en 2021, mais le gouvernement s’est assis dessus tout au long de cette année, nous ne l’avons toujours pas vu… Ils ne voulaient pas que les gens voient à quel point la situation était vraiment grave est. Mais si nous avions des institutions plus fortes, cela aurait un délai obligatoire et… le rapport devrait être publié à des dates fixes.

Puis le dernier point… nous avons besoin de plus d’argent [for conservation]… Je sais par exemple que le parti travailliste a promis 224,5 millions de dollars australiens [$155m] depuis plusieurs années pour ses politiques sur les espèces menacées.

Mais en fait, le professeur Hugh Possingham, qui est le plus grand scientifique australien de la conservation de la biodiversité, [has] élaboré… [that] avec les bons cadres de priorisation, 200 millions de dollars australiens (138 millions de dollars) par an suffisent pour arrêter l’extinction en Australie. C’est moins de 2 % des subventions aux combustibles fossiles que le gouvernement australien accorde… 2 % de cela suffiraient à arrêter l’extinction.

Al Jazeera: À votre avis, le Parti travailliste apportera-t-il les changements nécessaires pour remédier aux dommages subis par l’environnement australien ?

André : Le travail a certainement des plates-formes politiques plus solides, mais pas assez fortes pour empêcher l’extinction et protéger la nature dans la mesure où cela est nécessaire.

C’est donc un grand pas dans la bonne direction, mais l’une des choses qui me passionne est le fait que nous aurons des indépendants au Sénat comme David Pocock et à la Chambre basse comme Zoe Daniel et Zali Steggall et Allegra Spender, la soi-disant Teal Independents, et ils ont des normes assez élevées pour l’action climatique, mais aussi la conservation de la biodiversité.

Je m’attends donc à ce que la combinaison des indépendants progressistes et des Verts et la nécessité pour les travaillistes de négocier avec eux renforcent la protection de la biodiversité en Australie.

Al Jazeera: Une grande partie de ce que les travaillistes ont promis en matière d’environnement est financée, avec des centaines de millions de dollars australiens promis aux espèces menacées et à la Grande Barrière de Corail. Comment le financement se traduit-il en protection de l’environnement ?

André : Le financement est vraiment important, mais il a été utilisé comme un exercice de «blanchiment vert» par les gouvernements, et en particulier par l’ancien gouvernement. Chaque fois qu’on leur posait des questions, par exemple, sur une espèce particulière, ils répondaient simplement “Oh, nous avons fourni 50 millions de dollars pour les koalas”. … Le financement seul ne résoudra pas le problème, nous devons également faire face au changement climatique et à la dégradation de l’habitat, et avoir des institutions plus solides.

Un bébé échidné, connu sous le nom de puggle.
Un bébé échidné, connu sous le nom de puggle. Andrews affirme que sauver les espèces menacées d’Australie nécessite une approche à plusieurs volets comprenant des initiatives environnementales telles que la protection de l’habitat ainsi qu’une meilleure compréhension des besoins de la faune. [File: Bianca de March/EPA]

Par exemple, avec les koalas, nous fournissons des fonds pour planter plus d’arbres, mais nous abattons les arbres en premier lieu… c’est une opportunité gâchée car si nous protégions l’habitat des koalas, le financement irait dans des choses comme la chlamydia – les koalas attrapent en fait la chlamydia et deviennent aveugles… et stériles – et nous utiliserions également le financement pour éduquer les communautés à garder leurs chiens en laisse lorsqu’ils sont dans l’habitat des koalas, plutôt que d’utiliser le financement pour planter des arbres qui ont été coupés vers le bas ailleurs.

Al Jazeera: Vous êtes un homme D’harawal. Quelle est l’importance de la biodiversité et de l’environnement pour les Australiens autochtones ?

André : Les Australiens indigènes sont ici depuis 60 000 ans. Ainsi, l’Australie possède ce que nous appelons les plus anciennes cultures autochtones continuellement pratiquées au monde, et une partie intégrante de cela est que pour nous, comme les peuples autochtones du monde entier, le lien avec le pays (un terme autochtone pour décrire la terre et l’environnement australiens ) est vraiment important.

Notre terre et notre pays, c’est notre vie et nous en faisons partie, et nous ne nous considérons pas comme des propriétaires de terre. Nous nous considérons comme faisant partie de celui-ci et comme des gardiens. Nous sommes intégrés à la nature.

Al Jazeera: Compte tenu de ce lien avec la terre, comment les Australiens autochtones sont-ils impliqués dans les efforts de conservation en Australie ?

André : Les Australiens aborigènes possèdent ou gèrent environ 11% de la superficie de l’Australie, ce qui est une zone immense… Au quotidien, il y a environ 800 rangers indigènes.

Ces terres, dont beaucoup sont des aires protégées autochtones, ont donc le même statut que les parcs nationaux en termes de responsabilités auxquelles l’Australie s’est engagée, par l’intermédiaire des Nations Unies, pour protéger [them].

Bon nombre des populations les plus saines de nos espèces les plus menacées se trouvent sur des terres autochtones. Par exemple, les bilbies, qui sont presque aussi rares que le panda géant de Chine, 80 % des bilbies du monde se trouvent en fait sur des terres aborigènes. Donc, les Autochtones sont là tous les jours, prenant soin de leur pays, et cela fait partie de notre culture, cela fait partie de qui nous sommes en tant qu’Autochtones.

Par exemple, la communauté aborigène Kiwirrkurra en Australie-Occidentale… Ils s’occupent de 42 000 kilomètres carrés (16 200 miles carrés) de terres, soit environ deux fois la taille du parc national de Kakadu et plus grand que de nombreux pays d’Europe. Ils le font vraiment sur l’odeur d’un chiffon d’huile avec un peu de soutien du gouvernement australien par le biais de programmes de gardes forestiers autochtones, et ils ont la population de bilbies la plus saine au monde – les bilbies sauvages survivent et prospèrent dans leur pays, merci à leur incendie indigène, ainsi qu’à leurs efforts pour chasser les chats sauvages.

Al Jazeera: Quelle est l’importance de la conservation de l’environnement pour la société australienne dans son ensemble ?

André : Je pense que le fait que les candidats Teal et des candidats comme David Pocock aient fait campagne plus fortement sur les questions environnementales et aient si bien réussi, est un exemple de la façon dont les gens se soucient de l’environnement, et la protection de l’environnement peut gagner des votes dans les démocraties.

Nous avons un kangourou sur la queue de notre compagnie aérienne nationale Qantas, et nous avons nommé notre équipe de rugby les Wallabies, notre équipe de football les Socceroos, nous avons nos animaux sur notre argent et sur nos armoiries. Nos animaux et nos plantes ici nous définissent vraiment, et je pense qu’il y a un très fort soutien communautaire pour sauver les espèces.

Nos animaux et nos plantes sont uniques, on ne les trouve nulle part ailleurs sur terre.

Mais en réalité, à un niveau beaucoup plus pragmatique, pratique et économique, notre agriculture dépend de l’environnement, et notre sécurité humaine dépend de l’environnement, et notre santé dépend de l’environnement.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/15/australias-first-threatened-species-commissioner

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire