Approfondissement de l’engagement du Golfe avec l’Afrique subsaharienne

0
302

Au cours des deux dernières décennies, l’engagement des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avec l’Afrique a été façonné en grande partie par un ensemble restreint d’intérêts économiques et de sécurité entre les États du Golfe plutôt que par un engagement à long terme en faveur d’une coopération approfondie avec l’Afrique. Dans le sillage de la pandémie de COVID-19, cependant, il y a des signes d’un changement dans les relations qui signalent un élargissement des liens diplomatiques et économiques mutuels et des partenariats émergents qui profiteront à la fois au Golfe et à l’Afrique subsaharienne à l’avenir. Ce changement est motivé par la récession pandémique et un nouvel environnement géopolitique auquel le CCG est confronté.

Les pays du Golfe ont été particulièrement touchés par la nature prolongée de la pandémie de COVID-19, qui a conduit les prix du pétrole à des niveaux historiquement bas et a exposé leur vulnérabilité aux perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales et à leur dépendance excessive à l’égard des importations alimentaires. En conséquence, la diversification économique et la sécurité alimentaire sont devenues des priorités politiques du CCG qui pourraient servir de leviers pour approfondir les relations économiques avec l’Afrique. Une coopération accrue dans l’agriculture et l’agro-industrie, par exemple, répondrait aux problèmes de sécurité alimentaire dans le Golfe tout en augmentant la productivité agricole et en créant des chaînes de valeur en Afrique dans le sens du développement de produits, de l’emballage et de la fabrication légère.

Alors que la coopération militaire pourrait bien se poursuivre, les intérêts des États du Golfe en Afrique se concentreront de plus en plus sur la promotion économique et les investissements qui élargissent les marchés et permettent une diversification à plus long terme.

De même, à mesure que les pays du Golfe étendent leurs investissements dans les infrastructures de transport et de logistique africaines pour tirer parti de leurs atouts nationaux et des actifs existants en Afrique, ils renforceront les flux commerciaux entre les deux régions tout en intégrant plus profondément l’Afrique dans les chaînes d’approvisionnement mondiales via les hubs du Golfe. Conformément aux tendances passées, ces investissements stratégiques coïncideront avec une expansion des investissements privés du Golfe dans un éventail plus large d’industries et d’activités économiques africaines, notamment la construction, les télécommunications et les services financiers. La récente hausse des prix internationaux du pétrole devrait raviver l’appétit d’investissement des fonds souverains du Golfe et des sociétés privées.

Les perspectives d’approfondissement des relations économiques entre le Golfe et l’Afrique sont encore renforcées par l’évolution en cours de la géopolitique régionale. Les rivalités entre les États du Golfe au cours de la dernière décennie, en particulier les Émirats arabes unis et le Qatar, ont étayé l’assistance militaire croissante et les alliances de sécurité dans la Corne de l’Afrique. Ces interventions ont été liées à une concurrence plus large entre les puissances régionales à la suite des révolutions du printemps arabe. Les impasses géopolitiques, la récession pandémique et le pivot américain vers l’Indo-Pacifique ont poussé les pays du Golfe à déprioriser leur posture de sécurité à l’étranger. Alors que la coopération militaire pourrait bien se poursuivre, les intérêts des États du Golfe en Afrique se concentreront de plus en plus sur la promotion économique et les investissements qui élargissent les marchés et permettent une diversification à plus long terme.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire