Armes à feu aux États-Unis : le cauchemar chronique

0
193

Source photo : Andjam79 – CC BY 2.0

En 1968, au cours de ma première année d’enseignement dans le South Bronx, Raymond, souvent absent, est entré dans ma classe d’anglais au collège en tenant un pistolet, m’a regardé et a annoncé : « Enfoiré ; Je vais te faire sauter la tête.

Avec toute ma sagesse de 22 ans, six semaines de formation d’enseignant et trois mois d’expérience réelle, j’ai répondu : « Mon homme, j’ai trois options. Premièrement, je peux aller chercher l’arme et l’un de nous se fera probablement tirer dessus. Deux, je peux essayer d’atteindre derrière moi pour le téléphone et appeler la police au cours de laquelle vous pouvez me tirer dessus. Ou, trois, je pourrais vous demander de quitter la pièce et de sortir pour prendre votre dose. Je vais continuer à enseigner la classe pendant cinq minutes et vous laisser le choix. C’est à vous.” Donnez-leur toujours des options, m’avait-on dit, au cours de la très courte leçon que nous, enseignants novices, avions reçue sur des situations similaires au cours de notre bref apprentissage.

Je suis ensuite retourné à l’enseignement de la classe. Il n’y avait pas de panique dans les yeux des élèves. La scène leur était familière, peut-être pas à l’école, mais certainement dans leur vie quotidienne.

Lors de l’un de mes premiers jours d’enseignement dans le South Bronx, alors que je me rendais à l’école depuis le métro, un homme était assis sur un trottoir et tirait des coups de fusil de l’autre côté de la rue. (Aujourd’hui, je saurais exactement de quel type de fusil il s’agissait, un 22 ou un A-15. Ensuite, je n’avais aucune idée de ce que c’était, sauf que c’était mortel.) Les gens marchaient calmement autour de lui et évitaient sa ligne de tir. En y regardant de plus près, j’ai vu qu’il tirait sur des rats alors qu’ils sortaient d’un égout de l’autre côté de la rue. Personne ne s’y est opposé. Personne n’a paniqué ou n’a essayé d’interférer; il accomplissait, après tout, un service civil. La scène faisait partie des routines des gens. Le tireur était calme, visait les rongeurs, pas les gens, mais il tirait avec une arme mortelle au milieu d’une rue animée.

Après cinq minutes d’enseignement, je me tournai vers le garçon qui tenait le pistolet dans sa main tremblante : « C’est une belle journée dehors. Pourquoi tu n’irais pas dans le parc et tu ferais tout ce que tu as à faire et je continuerai à enseigner ? Passe un bon moment.”

Il a réfléchi une seconde, s’est retourné et est sorti en criant: “Yo Warner.”

J’ai continué à enseigner à la classe sans aucun commentaire sur l’incident de ma part ou des élèves. Je n’ai jamais signalé ce qui s’était passé aux responsables de l’école ou à la police. Tout semblait faire partie de l’écosystème du South Bronx. Les armes à feu étaient partout. Pourquoi faire tout un plat avec rien d’extraordinaire ?

Quand je suis arrivé en Suisse il y a une cinquantaine d’années, je fumais de petits cigares. C’était ma phase Clint Eastwood. Quand j’ai fini de fumer et que j’ai jeté le mégot par terre, j’ai été régulièrement réprimandé. « Ramasse ça », m’a-t-on grondé. Je ne comprenais pas que laisser les mégots par terre ne se faisait pas, du moins pas alors en Suisse.

Toutes les sociétés ont des écosystèmes, des habitudes culturelles qui se forment au fil du temps et qui sont acceptées comme faisant partie des normes de la société. Ce sont les habitudes de la société que les gens comprennent et acceptent. Les armes à feu dans le South Bronx ont été acceptées. C’était ainsi que les choses fonctionnaient. Les lycées publics de New York ont ​​maintenant des détecteurs de métaux dans leurs entrées, me dit-on.

Je ne peux pas expliquer aux Suisses comment les armes sont acceptées dans la société américaine. Les armes à feu font, ont fait et feront probablement partie de la culture. Comment cette norme se joue dans les fusillades dans les écoles me dépasse. Le seul incident dont j’ai été témoin, il y a des années, n’était pas une tentative de tirer sur des étudiants. Raymond était en colère contre moi, le professeur, probablement parce qu’il manquait de drogue à l’époque. Nous nous sommes bien entendus après l’incident, chaque fois qu’il s’est présenté en classe.

La liste des fusillades dans les écoles continue. Newtown, Parkdale, Uvalde, etc. etc. Il y a déjà eu vingt-sept fusillades dans des écoles aux États-Unis cette année. Après chacun, il y a un deuil national, des promesses de changer les lois et la répétition par la National Rifle Association (NRA) et ses partisans que “les armes ne tuent pas, les gens oui” ou “la seule chose qui arrête un mauvais un gars avec une arme à feu est un bon gars avec une arme à feu. Les fusillades dans les écoles font désormais partie de l’écosystème américain, un dérivé de la culture des armes à feu. Il y a environ 330 millions de personnes vivant aux États-Unis ; il y a environ 400 millions d’armes à feu aux États-Unis

Pourquoi l’écosystème américain des armes à feu ne peut-il pas changer pour le mieux ? Il ne s’agit pas seulement de la NRA ou du deuxième amendement. C’est aussi l’image du cow-boy et de la liberté. Un professeur de sciences politiques à l’université a souligné que la campagne publicitaire la plus réussie de l’histoire était l’homme de Marlboro, le cow-boy viril du Far West avec son cheval et son fusil. L’image du cow-boy en tant qu’icône américaine persiste.

Il a fallu des centaines d’années aux États-Unis pour interdire l’esclavage. Le changement de paradigme a été long et finalement accéléré par une terrible guerre civile. Des pays comme la Nouvelle-Zélande ont pris des mesures drastiques pour réduire la possession d’armes à feu. Les horreurs d’Uvalde, de Newtown et de Parkdale choquent, mais rien de plus ne se produit. L’expression du discours radiophonique de Bill Clinton en 1998 “pensées et prières” après une fusillade de masse fait désormais partie du vocabulaire de tous les présidents récents. Les fusillades dans les écoles n’ont pas affecté la culture américaine des armes à feu. Cet écosystème semble immunisé contre le changement.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/02/guns-in-the-u-s-the-chronic-nightmare/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire