Arrêter la guerre! Non à l’OTAN !

0
72

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a provoqué une indignation généralisée, mais aussi des débats à gauche sur la meilleure façon de répondre aux problèmes politiques plus larges que la guerre soulève. Colin Wilson, membre de rs21, plaide pour une opposition à la guerre qui évite de se ranger du côté des dirigeants occidentaux.

Manifestation anti-guerre, centre de Londres 6 mars 2022. Photo de Steve Eason.

Dans les semaines qui ont suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des millions de personnes ont été consternées par les pertes en vies humaines et autres souffrances humaines. Des milliers de personnes ont accueilli des Ukrainiens chez eux. Mais nous voyons également les conservateurs essayer d’utiliser la guerre pour faire avancer leur propre programme, et certains à gauche prendre des positions qui ne nous aident pas à résister à cette offensive conservatrice. Ainsi, en plus d’exiger la fin de la violence, nous devons prendre du recul par rapport à la guerre et regarder comment fonctionne la politique mondiale en général.

Le capitalisme est basé sur la concurrence, et nous avons atteint un stade de développement du capitalisme où la concurrence économique entre les capitalistes pour les marchés s’est entremêlée avec la concurrence militaire entre les États pour le territoire et les ressources. C’est ce que nous entendons par impérialisme. Le monde entier est partagé entre des États capitalistes dont un petit nombre domine les autres.

Comme Pete Cannell l’a récemment soutenu sur ce site Web, l’Amérique est la plus grande puissance impérialiste, bien qu’elle soit en déclin économique depuis des décennies. La Chine est une puissance en plein essor. La Russie est une puissance de second niveau, avec une économie plus petite que celle de l’Italie mais possédant toujours des armes nucléaires. Le gouvernement russe a envahi l’Ukraine dans le but de s’affirmer comme une grande puissance après son déclin politique et économique dans les années 1990.

Les médias occidentaux et russes se concentrent sur la personnalité de Poutine, qui a manifestement une certaine importance, mais n’est pas le problème principal ici. Beaucoup plus important est le processus historique décrit par Tony Wood dans son livre La Russie sans Poutine. Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les gouvernements d’Europe de l’Est étaient désireux de rejoindre l’ordre néolibéral, dont ils supposaient qu’il conduirait à la prospérité, et cela signifiait rejoindre l’OTAN et l’UE. En 2013, dix pays étaient membres des deux.

La classe dirigeante russe avait supposé qu’elle rejoindrait également l’OTAN – pas plus tard qu’en 2013, une déclaration de politique étrangère russe décrivait le pays comme “une partie intégrante et inséparable de la civilisation européenne” et soulignait l’importance des “relations avec l’Europe”. États de l’Atlantique ». Mais la présence d’un grand pays doté d’armes nucléaires comme la Russie dans l’OTAN menacerait la domination américaine de l’alliance, donc ce n’était pas quelque chose que le gouvernement américain pouvait envisager.

Le gouvernement russe s’est ainsi retrouvé isolé, avec quatre pays de l’OTAN à ses frontières, et la possibilité que l’Ukraine, un pays beaucoup plus grand, devienne également membre de l’OTAN. Pas plus tard que le mois dernier, les dirigeants occidentaux soulignaient qu’il s’agissait d’une issue possible : « L’Ukraine peut rejoindre l’OTAN si elle le souhaite », selon les mots de Boris Johnson. (Johnson, toujours l’opportuniste éhonté, a depuis changé sa position en “il n’y a aucun moyen que l’Ukraine rejoigne l’OTAN de sitôt”.) N’ayant pas la capacité d’exercer une pression économique sur le gouvernement ukrainien, le régime russe a envahi dans l’espoir de installer des dirigeants ukrainiens qui rejetteraient toute tentative de devenir membre de l’OTAN.

Le point de départ d’une réponse socialiste à cela doit être de rejeter l’impérialisme et le capitalisme en tant que système. Nous n’acceptons pas que les États impérialistes rivaux aient le droit de se battre pour les ressources et d’utiliser les travailleurs comme chair à canon pour le faire. Nous n’essayons pas de déterminer quel impérialiste est légèrement moins mauvais que les autres. Nous adoptons une position internationaliste qui veut voir les classes dirigeantes impérialistes de tous bords sortir affaiblies et discréditées de leurs aventures guerrières, et qui tisse des liens entre les travailleurs à l’échelle internationale.

Manifestation anti-guerre, centre de Londres 6 mars 2022. Photo de Steve Eason.

Il est simple d’appliquer ces principes lorsque les puissances impérialistes se combattent directement. Mais dans de nombreux conflits depuis la Seconde Guerre mondiale, le risque de guerre nucléaire a fait que les superpuissances se sont battues par procuration, dans des pays plus petits, parfois des colonies ou d’anciennes colonies. Parce que nous voulons voir les classes dirigeantes impérialistes affaiblies, nous soutenons les luttes anticoloniales – et plus généralement, nous accueillons les pays qui refusent d’accepter la domination impérialiste. Nous n’oublions pas que le petit pays est aussi une puissance capitaliste – nous soutenons que plus la démocratie authentique existe dans ce pays, plus les travailleurs contrôlent cette lutte, plus elle a de chances de réussir.

Comment cela s’applique-t-il à l’Ukraine ? Il y a deux aspects à la guerre. Premièrement, l’invasion de la Russie est un acte d’agression impérialiste. Nous le condamnons, nous exigeons le retrait des forces russes et nous espérons que l’échec des forces armées russes en Ukraine affaiblira un régime autoritaire qui opprime des millions de personnes en Russie. Nous sommes solidaires du peuple courageux du mouvement pacifiste russe. Le peuple ukrainien a le droit de décider de son avenir.

Mais deuxièmement, plus la guerre dure, plus elle devient un conflit par procuration entre impérialistes rivaux. Après tout, les pays de l’OTAN fournissent des armes aux forces ukrainiennes à grande échelle, allant aussi loin qu’ils le peuvent sans provoquer la Russie dans une guerre ouverte – peut-être nucléaire. Ainsi, en plus de condamner la Russie, nous devons condamner l’OTAN. Lorsque nous voyons des informations télévisées sur les souffrances en Ukraine, les journalistes ne replacent pas ces horreurs dans le contexte de la politique internationale des trente dernières années – nous devons être conscients à la fois des souffrances actuelles et du contexte qui les a provoquées. Nous ne pouvons pas non plus accepter le soutien inconditionnel au gouvernement ukrainien que nous constatons de la part de nombreux politiciens et d’une grande partie des médias.

Si nous voulons prendre l’Ukraine au sérieux, nous devons apprécier la complexité de son histoire, son instabilité depuis l’effondrement de l’Union soviétique et la nature répressive de certaines initiatives récentes, telles que la fermeture de chaînes de télévision et l’interdiction des partis d’opposition – l’organisation de gauche ukrainienne Sotsialnyi Rukh (le mouvement social) a publié une déclaration exprimant ses inquiétudes à ce sujet. Et, s’il ne faut pas exagérer l’influence des fascistes sur la société ukrainienne et le gouvernement, il est également clair que nous ne pouvons pas non plus l’ignorer.

Ici en Grande-Bretagne, nous devons nous méfier des tentatives de nos dirigeants d’utiliser la guerre pour faire avancer leurs propres agendas. Certaines de ces tentatives sont si rudimentaires qu’elles sont contre-productives, comme lorsque Johnson a comparé samedi ceux qui combattaient l’invasion russe en Ukraine à ceux qui avaient voté pour le congé lors du référendum sur le Brexit. Liz Truss a fait valoir que la guerre devrait nous faire oublier les luttes contre le racisme ou la transphobie – ou, comme elle l’a dit, «les débats ridicules sur les langues, les statues et les pronoms». Les conservateurs seront heureux de voir la guerre détourner l’attention du «partygate» ou de Covid, d’autant plus que les niveaux d’infection et d’hospitalisation augmentent.

A plus long terme, les Tories espèrent réhabiliter « l’intervention humanitaire » comme prétexte de guerre. Les dirigeants occidentaux ont régulièrement affirmé que leurs guerres étaient motivées par des préoccupations humanitaires – par exemple, pour libérer les femmes afghanes. Après les catastrophes causées par l’intervention occidentale en Afghanistan et en Irak, ces affirmations ont perdu leur crédibilité, de sorte que la tentative d’intervention de Cameron en Syrie en 2013 a été rejetée au parlement. Aujourd’hui, le soutien à l’OTAN et à l’intervention occidentale est de retour à l’ordre du jour – et dans le cadre de leur tentative de reconquérir le terrain qu’ils ont perdu en 2003, le gouvernement et la presse conservatrice ont lancé des attaques contre la coalition Stop the War, qui a condamné l’invasion russe de L’Ukraine depuis le début.

Ces attaques ont été aidées, bien sûr, par Keir Starmer, désireux de démontrer à l’État britannique qu’on peut lui faire confiance avec ses forces armées. Quiconque est tenté de croire les expressions de préoccupation humanitaire des conservateurs pour le peuple ukrainien devrait se rappeler que, trois semaines après le début de la guerre, les dispositions prises pour les réfugiés ukrainiens venant en Grande-Bretagne sont toujours un gâchis. Ce qui est encore plus alarmant, c’est que cette réhabilitation de la guerre – dont l’Allemagne double ses dépenses militaires – se déroule dans le contexte d’une rivalité inter-impérialiste croissante entre les États-Unis, ainsi que la Grande-Bretagne et les membres de l’UE, et la Chine.

La gauche devrait donc adopter la position selon laquelle nous condamnons à la fois l’invasion de l’Ukraine par la Russie et l’isolement de longue date de la Russie par l’OTAN, qui a fourni le contexte de cette invasion. La dernière chose que nous devrions faire est de faire confiance à un narcissique menteur comme Johnson ou de croire qu’il s’intéresse au bien-être du peuple ukrainien. Notre slogan doit être “la Russie hors de l’Ukraine – la Grande-Bretagne hors de l’OTAN”.

Cela signifie que nous ne pouvons pas être d’accord avec les positions de certaines autres organisations et commentateurs de gauche. Par exemple, des auteurs tels que Paul Mason et George Monbiot ont à plusieurs reprises confondu toute critique de l’OTAN avec un soutien à la Russie. Les chiffres à gauche soutenant réellement la Russie, explicitement ou non, sont en fait minuscules. Leur logique est qu’il faut prendre parti et ne pas soutenir ses propres gouvernants, donc on soutient plutôt l’autre classe dirigeante – c’est pourquoi les partisans de la Russie sont malheureusement plus nombreux dans la gauche américaine qu’ici.

Mason est allé encore plus loin en apportant un soutien sans réserve à l’Otan. Il soutient que, si elle n’est pas vaincue en Ukraine, la Russie cherchera à occuper « la Moldavie, la Pologne, les pays baltes et peut-être la Finlande ». Lorsque l’armée russe est suffisamment en difficulté en Ukraine, il est difficile de voir comment cela peut arriver. Mason affirme également que la gauche a une chance de remodeler l’OTAN en une « alliance démocratisée » – mais, encore une fois, ne fournit aucune explication sur la façon dont un mouvement démocratique peut prendre le contrôle de forces, y compris l’armée américaine.

Enfin, si l’on s’oppose à la fois à l’invasion russe et à l’Otan, qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Si nous nous prononçons contre une zone d’exclusion aérienne, si nous ne voulons pas voir des bases de l’Otan dans les États baltes aux frontières de la Russie, quelle solution militaire concrète proposons-nous à la place ? Nous devons répondre que nous ne commandons pas d’États ou d’armées, et il serait absurde de répondre comme si nous le faisions, ou comme si nous jouions à un jeu informatique impliquant un scénario fantastique où nous commandons des forces de l’OTAN ou de la Russie. Nous ne proposons pas une solution militaire, mais une solution politique.

  • Nous appelons à la fin de la guerre et aux forces russes de quitter l’Ukraine.
  • Nous sommes aux côtés du peuple courageux de Russie qui s’est publiquement opposé à la guerre.
  • Nous espérons que l’issue de la guerre affaiblira Poutine et encouragera le peuple russe à s’organiser contre sa classe dirigeante corrompue et néolibérale.
  • Nous exigeons que les réfugiés ukrainiens soient autorisés à entrer en Grande-Bretagne sans visa – et que les réfugiés de n’importe quel autre pays puissent faire de même.
  • Nous appelons à l’annulation de la dette de l’Ukraine afin que les ressources puissent être affectées à la reconstruction du pays.
  • Nous ne faisons pas un instant confiance au gouvernement de Johnson alors qu’il a accepté les dons des milliardaires russes et donné à Evgeny Lebedev un siège à la Chambre des lords.
  • Nous ne comptons pas sur les forces de l’OTAN pour arrêter la guerre alors que la Grande-Bretagne et l’Amérique ont tué des milliers de personnes en Afghanistan depuis 2001 et ont maintenant laissé le pays mourir de faim. Nous appelons la Grande-Bretagne à quitter l’OTAN et à abolir l’OTAN.
  • Nous devrions de toute urgence augmenter la part de l’approvisionnement énergétique de la Grande-Bretagne que nous obtenons des énergies renouvelables, en gardant le carbone dans le sol et en réduisant les conflits impérialistes sur l’accès au gaz et au pétrole, et nous opposer à toute tentative de rétablir la fracturation hydraulique ou de redémarrer le forage pétrolier ou gazier en mer du Nord.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire