Arrêtez d’essayer de faire advenir la social-démocratie de droite. Ca ne va pas arriver.

0
96

Lorsque Compact magazine lancé hier, son site Internet comportait une « Note des fondateurs » exposant la vision politique commune des trois rédacteurs fondateurs du magazine. Ils sont prêts à publier un éventail d’écrivains idéologiquement divers, disent-ils, mais leurs “choix éditoriaux sont façonnés” par un “désir d’un État social-démocrate fort qui défend la communauté – locale et nationale, familiale et religieuse – contre un libertinage”. gauche et une droite libertaire.

Il y a deux problèmes avec cette vision de la social-démocratie et du conservatisme social fusionnant pour remodeler la société américaine. La première est que, du point de vue de la stratégie politique, cela n’arrivera jamais. La seconde est que, pour des raisons de justice, il ne devrait pas arriver.

La social-démocratie n’est pas un terme que les Américains utilisent très souvent, mais nous, à jacobin publier sur les politiques sociales-démocrates tout le temps. L’assurance-maladie pour tous, l’enseignement supérieur public gratuit, la prématernelle universelle sont tous des biens sociaux-démocrates, ainsi que d’autres politiques favorables aux travailleurs comme l’augmentation du salaire minimum et la réduction de la tyrannie sur le lieu de travail. Si nos horizons à long terme impliquent d’aller au-delà de ce genre de politiques qui peuvent être menées dans capitalisme (« social-démocratie ») et envisageant une manière plus égalitaire et démocratique d’organiser l’économie (« socialisme »), nous sommes enthousiastes à l’égard de tout pas qui nous mène dans la bonne direction. C’est pourquoi nous passons aussi beaucoup de temps à parler de ce que nous devrons faire pour espérer parvenir à la social-démocratie en Amérique, comme reconstruire le mouvement ouvrier.

Il est moins clair, cependant, à quoi ressemblerait réellement un «État fort» défendant la communauté «familiale et religieuse». Un regard sur les opinions exprimées par les trois fondateurs nous donne quelques indices.

Sohrab Ahmari s’est engagé dans un débat très médiatisé en 2019 avec son collègue expert conservateur David French, alimenté par le dégoût d’Ahmari pour les bibliothèques publiques qui laissent les drag queens lire aux enfants et sa suspicion que des conservateurs plus modérés comme David French sont trop investis dans les idées libérales sur l’individu l’autonomie d’être prêt à utiliser le pouvoir de l’État pour interdire de telles transgressions contre la loi de Dieu. Un deuxième des trois cofondateurs, Matthew Schmitz, consacre une grande partie de sa chronique initiale à Compact se moquer des néoconservateurs de “Never Trump” comme William Kristol pour ne pas vouloir interdire l’avortement et déplorer l’affaire de la Cour suprême Oberfelfell contre Hodgesqui a légalisé le mariage homosexuel, comme ayant privé la politique socialement conservatrice, “déjà chassée des hauteurs de la culture”, du “peu de soutien juridique dont elle bénéficiait”.

Le troisième membre du trio, Edwin Aponte, est le seul à ne pas être un traditionaliste catholique d’extrême droite. Sa propre contribution initiale concerne les débats sur la liberté d’expression. Offrant une étrange sorte d’analyse quasi-marxiste, il dit essentiellement qu’il n’est pas très intéressé par les détails de tels débats puisque « quelle que soit l’aile du capital libéral qui est en ascension » censurera inévitablement l’autre. Il donne deux exemples de tels débats auxquels il se dit indifférent : « Est-ce que Drag Queen Story Hour dans les bibliothèques locales va trop loin ? et “Les écritures bibliques devraient-elles être étudiées comme divinement inspirées dans les écoles publiques?”

Alors que le reste de la tête de mât du magazine a probablement des opinions divergentes (je doute que Slavoj Žižek signerait cela), parmi le personnel, il semble qu’il y ait deux votes pour abattre le mur de séparation entre l’Église et l’État, et une abstention. Et l’abstentionniste est toujours disposé à signer une déclaration de soutien à son “État social-démocrate fort” quelque chose défendre la foi et la famille contre les menaces « libertines » et « libertaires ».

Comment exactement ce programme serait-il mis en œuvre dans le monde réel ? CompactLes fondateurs semblent croire que la classe dirigeante impose le libéralisme social à une majorité réticente. Mais la majorité de notre société est sauvagement socialement libéral selon les normes historiques et mondiales – ou même selon les normes américaines récentes.

Selon un récent sondage Pew, moins de 10 % des Américains pensent que la marijuana devrait être illégale, par exemple. Près des trois quarts sont d’accord avec la décision de la Cour suprême sur le mariage homosexuel attaqué par Schmitz. Les deux tiers s’opposent aux lois qui limitent les droits des trans. Comme l’a récemment reconnu le jeune conservateur Nate Hochman, les sondages montrent que même les jeunes Républicains sont “plus libéraux que leurs homologues plus âgés sur tout, de la diversité aux droits des LGBT en passant par l’immigration et le changement climatique”.

Peu de pays européens ont été historiquement aussi favorables au type de lois que Schmitz ou Ahmari pourraient soutenir pour défendre les communautés “familiales et religieuses” contre les empiétements “libertins” que la République d’Irlande – et au cours de la dernière décennie, l’avortement et le mariage homosexuel ont été tous deux légalisés là-bas par référendum populaire. Et ils jouaient au rattrapage. Au moins jusqu’à ce qu’un changement culturel imprévu réaligne radicalement les attitudes du public, tout scénario par lequel les traditionalistes néo-médiévaux réussissent à exercer le pouvoir de l’État pour frapper les homosexuels qui veulent se marier et les femmes qui veulent contrôler leur propre corps et les drag queens qui veulent lire aux enfants à la bibliothèque est un scénario par lequel le conservatisme social est imposé contre la volonté d’une grande majorité de la population américaine.

Et pour rendre les choses plus difficiles, les poches de soutien que les conservateurs sociaux voudrais ont dans ces efforts se trouveraient de manière disproportionnée parmi les parties de la population les plus susceptibles de s’opposer un « État social-démocrate » de quelque nature que ce soit, fort ou faible : des républicains fortement partisans qui peuvent être plus disposés que l’establishment républicain à soutenir les soins de santé universels ou un salaire minimum plus élevé, mais qui sont beaucoup plus moins susceptibles de soutenir ces politiques que les démocrates ou les indépendants.

Il est vrai que le quadrant des Américains qui ont des opinions que l’on peut qualifier de « progressistes » économiquement mais pas socialement est beaucoup moins représenté dans les couloirs du pouvoir que dans les sondages. Mais c’est une minorité relativement petite de la population dans son ensemble. Et c’est le moins des problèmes d’essayer réellement de parvenir à une version de la social-démocratie craignant Dieu et défendant le « patriarcat ».

Il y a, après tout, un raison pourquoi la partie socialement mais pas économiquement conservatrice du public obtient si peu de représentation politique significative. Pensez à la différence entre quelqu’un comme Bernie Sanders, qui manifestement vit, mange, dort et respire l’assurance-maladie pour tous et la lutte contre l’inégalité des revenus, et Marco Rubio, qui débite beaucoup de populisme économique rhétorique mais dans la pratique, il a des vues économiques reaganiennes et anti-ouvrières standard.

Les deux partis politiques américains sont contrôlés par la classe dirigeante. Les particularités des lois électorales antidémocratiques américaines rendent presque impossible la formation d’un parti travailliste ou socialiste séparé avec sa propre ligne de vote. Mais le Parti démocrate a tendance à absorber les forces qui feraient autrement partie d’un tel parti. Même Bernie, bien que techniquement indépendant, caucus avec des démocrates au Sénat, et les socialistes démocrates à la Chambre ont tous été élus démocrates. Le peu d’influence politique que les travailleurs organisés exercent sur l’un ou l’autre des partis est également exercé au sein du Parti démocrate.

Cela fait du Parti républicain le foyer politique de l’aile la plus militante et intransigeante de la classe dirigeante – et un territoire qui ne sera jamais un foyer pour quiconque défend un programme même modérément social-démocrate. Trump a gouverné comme un déréglementateur enthousiaste et son Conseil national des relations de travail était farouchement antisyndical. Même Steve Bannon était incapable d’expliquer pourquoi, s’il était un tel « populiste », il n’était même pas disposé à soutenir Medicare for All.

Bien sûr, si Bernie Sanders avait été élu président en 2020 et qu’une vague de berniecrates avait été élue au Congrès, transformer son programme social-démocrate en réalité politique aurait toujours été une bataille difficile. La résistance du capital, dans le Parti démocrate et dans toutes les autres institutions américaines, aurait été féroce. Le seul espoir à long terme de surmonter cette résistance serait un mouvement ouvrier reconstruit, revitalisé et militant. Dans un scénario où des politiciens «populistes de droite» dont le populisme n’est pas un prétexte hilarant et maigre ont été effectivement élus, il y a non force sociale équivalente qui pourrait faire contrepoids au capital.

Il est raisonnable de critiquer les excès loufoques du « réveil » performatif ou la censure d’éléments du progressisme américain. Toutes les personnes devrait passer moins de temps à discuter de la culture et plus de temps à se mobiliser autour de problèmes essentiels qui peuvent couper à travers des formes inutiles de polarisation politique. Mais tout cela est cohérent avec le fait de tracer une ligne dans le sable autour des principes démocratiques fondamentaux comme la protection des membres de chaque groupe contre la discrimination injuste et le fait de laisser chacun vivre sa vie comme il l’entend, sans que les sensibilités culturelles ou religieuses de quelqu’un d’autre ne lui soient imposées par la force. .

Je veux un État social-démocrate fort. Mais je ne le veux pas pour qu’il puisse défendre les « communautés » « familiales et religieuses » contre une « gauche libertine ». Je le veux pour qu’il puisse libérer les gens ordinaires des pressions économiques qui les empêchent de vivre leur vie pourtant ils veulent les vivre.

Si vous et un partenaire consentant voulez avoir une famille catholique géante, assistez à la messe de 5 heures du matin tous les matins et lisez Premières choses chaque après-midi, tu fais toi. Mais si vous voulez rester dehors toute la nuit à faire de la drogue de synthèse dans une boîte de nuit et passer respectueusement devant les participants de masse de 5 heures du matin pendant que vous rentrez chez vous pour dormir dans votre complexe Wiccan polyamour pansexuel, c’est bien aussi. C’est ta vie. Je veux juste que vous ayez les ressources matérielles dont vous avez besoin pour que vous puissiez le vivre comme vous le souhaitez.

je suppose que tu pouvait veulent éliminer la pauvreté et autonomiser les travailleurs sans se soucier des homosexuels qui vivent et meurent dans le placard ou des femmes qui meurent d’avortements bâclés ou des membres de minorités religieuses qui vivent le genre de vie misérable qu’ils finiraient par vivre dans l’idéal de Sohrab Ahmari Etat. Je suis assez sceptique quant au fait qu’Ahmari lui-même se soucie beaucoup de la première partie, mais je suppose que c’est possible.

Je dois dire, cependant, que je ne vois pas l’intérêt de cette combinaison. Si vous n’avez pas le genre d’impulsions égalitaires qui vous conduiraient à soutenir les droits fondamentaux et l’égale dignité de chaque être humain, pourquoi vous souciez-vous des politiques pro-travailleurs en premier lieu ? Quel diable serait le point?



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire