Assimilation ou génocide : révolution queer à l’ère de la déviation partisane

0
10

Image de Nikolas Gannon.

Le Parti républicain veut effacer les personnes trans. Au cours des deux dernières années, ils ont rendu cela d’une clarté écœurante, non seulement avec leur barrage colossal de législation effrontément sectaire ciblant massivement les enfants dans l’une des données démographiques les plus tragiquement suicidaires du pays, mais avec leur rhétorique de plus en plus déséquilibrée et délibérément déshumanisante. En fait, selon les rock stars du GOP comme Ron DeSantis et Gregg Abbott, les gens comme moi n’existent même pas. Nous avons été réduits à une idéologie complotiste connue sous le nom de transgendérisme, un culte pervers qui empoisonne le cerveau des jeunes enfants et les convainc de se mutiler avec des produits pharmaceutiques expérimentaux et des procédures chirurgicales draconiennes.

Peu importe les montagnes de preuves analytiques qui ont conduit un établissement médical typiquement sectaire à finalement admettre qu’être transgenre est un phénomène naturel. Peu importe les décennies de preuves exhaustives et concluantes que les enfants transgenres privés du droit à la transition ont choisi de se détruire en nombre alarmant. Peu importe le fait qu’il existe des documents historiques, même dans la putain de Bible, des troisièmes sexes qui existent depuis aussi longtemps que quelqu’un a pris la peine de les conserver. Peu importe les putains de faits parce que ces gens ne s’y intéressent pas. Ils ne sont intéressés qu’à obtenir l’approbation de la droite chrétienne sioniste et la droite chrétienne n’est intéressée qu’à utiliser un grand gouvernement pour effacer mon peuple comme les Palestiniens par tous les moyens nécessaires.

Ces moyens incluent des projets de loi qui font bien pire que d’interdire aux enfants trans de faire du sport. Ils comprennent des projets de loi qui violent de manière flagrante le premier amendement en faisant de la discussion sur leur existence même dans les écoles publiques obligatoires un crime. Ils comprennent des projets de loi privant les bibliothèques publiques de toute littérature qui reconnaît même notre histoire. Ils comprennent des projets de loi qui interdisent aux mineurs l’accès à des médicaments inoffensifs comme les bloqueurs de puberté qui ont fait leurs preuves au fil des décennies pour réduire les taux de suicide à deux chiffres. Ils incluent la poursuite des médecins qui fournissent même ces soins avec des crimes. Et peut-être le plus troublant de tous, ils incluent des enquêtes sur des parents qui permettent simplement à leurs enfants d’être eux-mêmes pour la maltraitance des enfants dans l’espoir d’arracher leurs enfants en hurlant de leurs bras avant de les placer dans des maisons qui les forceront à retourner dans le placard et les effaceront du public. existence. Il y a un mot pour ça et j’en ai marre d’éviter de le dire à haute voix de peur de me faire griller par mes amis hétéros. Ce mot est génocide.

J’ai toujours soutenu qu’être queer, c’est bien plus que la sexualité et le genre. Nous sommes une nation à nous-mêmes. Les personnes queer sont une race unique définie par notre incapacité biologique et spirituelle à se conformer aux limites rigides des valeurs puritaines colonialistes occidentales. Nous avons été violemment bannis de nos tribus païennes autrefois affirmées lors de leur conversion forcée au christianisme d’État et n’avons eu d’autre choix que de forger notre propre tribu à partir des cendres. Ce que nous avons construit à partir de ces cendres était une culture diversifiée et dynamique définie par nos valeurs communes d’individualité radicale et de résistance à la conformité au binaire de genre anglo-saxon blanc. Nous avons obstinément refusé de nous laisser définir par ce qu’un eugéniste progressiste ou un prêtre pédophile prétendait que nos organes génitaux étaient censés signifier.

Tous les homosexuels ont commencé comme des hors-la-loi d’un genre ou d’un autre. Il n’y a pas de « transgenrisme » divorcé de l’expérience queer, car il est fondamental dans notre mode de vie provocateur et transgressif. Les garçons baisent les filles parce que les filles portent des robes parce que les êtres humains ont besoin d’une catégorisation rigide pour être correctement gouvernés. Lorsque la base biologique construite du système de pouvoir patriarcal actuel devient fluide, tout devient possible et tout est à gagner. Peut-être que la race et la classe deviennent fluides aussi. L’ordre, le système des castes, diviser pour mieux régner, tout s’effondre dans une glorieuse anarchie. C’est pourquoi les personnes transgenres sont si dangereuses, même si nous sommes impuissants. Et c’est pourquoi nous devons être arrêtés, et le GOP ne sont pas les seuls à conspirer pour nous arrêter.

Les personnes transgenres, en particulier celles d’entre nous qui rejettent effrontément le binaire, sont la dernière avant-garde de la Queer Nation parce que nous sommes les plus résistants à l’assimilation et l’assimilation est la réponse préférée à la Queer Question proposée par nos supposés alliés du Parti démocrate. En surface, cela semble être une approche beaucoup plus douce et plus équitable de la diversité, mais sa conclusion reste identique à celle des républicains ouvertement génocidaires, l’effacement, et ce n’est pas le premier holocauste queer à prouver l’efficacité synergique de cette méthode bipartite. Soit.

Le virus du sida a offert à la droite chrétienne sa première opportunité viable de nous anéantir par une conspiration du silence. Une génération entière de révolutionnaires queer a été anéantie par ce fléau étrangement commode tandis que Ronald Reagan et George HW Bush ont utilisé le gouvernement fédéral pour tenir l’establishment médical à distance et ont divorcé de toute tentative viable de le contenir. Mais les pédés ont refusé de simplement mourir tranquillement. Même avec une bombe à retardement virale attachée à nos poitrines, la Queer Nation a utilisé les outils que nous avions aiguisés sur les épais crânes de cochons ressemblant à des rochers à Stonewall pour rendre notre souffrance trop visible pour être ignorée. Des groupes comme ACT-UP ont utilisé une campagne agressive d’action directe très médiatisée afin de provoquer l’empathie des meilleurs anges du monde hétéro. Ces martyrs sont sortis du placard pour mourir afin qu’une autre génération puisse vivre pour incendier des voitures de police.

Malheureusement, les démocrates avaient d’autres desseins. Ce n’est qu’après qu’il soit devenu viscéralement clair que les personnes queer avaient survécu à la peste et aux tentatives du parti républicain de l’armer pour des votes que le DNC nous a finalement ouvert ses portes, et de nombreuses personnes queer étaient simplement trop choquées de dire non à un tel accueil chaleureux, mais que nous offraient exactement ces alliés du beau temps ?

Ils nous ont offert le rituel hétérosexuel du mariage à condition que nous soyons attentifs à nos manières et que nous fermions la gueule à propos de la réparation d’un système d’assurance tordu qui laisse encore la plupart des personnes queer mourir de froid. Ils nous ont offert une protection contre les crimes haineux à condition que nous consentions à développer l’État policier où les plus grands criminels haineux prospèrent pour un chèque de paie du gouvernement ainsi que cette colossale ferme d’animaux hétérosexistes connue sous le nom de Prison Industrial Complex. Ils nous ont offert l’honneur de servir ouvertement dans l’armée de l’homme droit tant que nous renoncions à notre engagement de solidarité avec les autres cultures colonisées du tiers monde. Et bien sûr, ils nous ont offert l’accès à leurs systèmes médicaux et éducatifs totalitaires où nos enfants se retrouvent maintenant comme des cibles faciles pour le dernier djihad républicain contre notre existence. Le message est clair, se conformer à une moitié du duopole ou l’autre vous écrasera.

La solution du Parti démocrate au terrorisme républicain est d’utiliser notre terreur pour renforcer l’État que le GOP utilise pour nous terroriser et même ce cadeau piégé se fait au prix de notre autonomie. Ironiquement, ce sont aussi les mêmes jeux d’esprit tordus que le Parti républicain joue sur les conservateurs chrétiens. Ce qui était autrefois une minorité insulaire et largement autosuffisante a été assimilé avec succès dans l’appareil d’État qu’ils craignaient à juste titre avec la promesse d’une protection contre les boucs émissaires queer en échange de la conformité.

Les démocrates incendient un groupe de fous de Jésus à Waco et les républicains leur offrent une protection contre les pédés comme moi s’ils acceptent de financer les mêmes fédéraux qui ont cuisiné vivants les Davidiens de la Branche. Le CDC gouverné par le GOP se tourne les pouces tandis que Christopher Street devient une morgue à ciel ouvert, et les démocrates proposent de repousser les péquenauds tant que nous donnons une augmentation à Anthony Fauci pour avoir attendu si patiemment notre mort. Tout cela fait partie du même putain de jeu de division et de conquête qui a inspiré l’invention du genre binaire en premier lieu. Chaque Américain devient l’autre diabolisé d’un autre Américain afin de fabriquer tout notre consentement à être gouverné. Mais lorsque cet autre devient jetable, les enjeux augmentent.

Queers, Blacks et Chicanos font face à la menace constante de l’extinction parce que nous n’étions jamais censés durer aussi longtemps que nous l’avons fait. Nos races, nos nations, ont été conçues dans le but exprès de résister à notre anéantissement qui a rendu ces mêmes identités encore plus meurtrières que les corps qu’elles protègent car elles encouragent tout le monde à rejoindre notre résistance. C’est pourquoi les deux parties s’engagent à nous écraser par tous les moyens nécessaires. Les moyens républicains sont beaucoup plus grossiers mais beaucoup moins affectifs. Il s’avère que même votre yuppie américain blanc hétéro a du mal à regarder les transgirls noires se trancher les poignets pour éviter d’être déplacées de force. La solution des démocrates est de laisser nos corps tranquilles et de démanteler tranquillement les identités qui les renforcent. Nous n’avons nulle part où aller. Ou faisons-nous?

Ce queer se tourne vers Malcolm X. Malcolm a vu clair dans le canular de l’intégration libérale trafiqué par les démocrates pour réprimer des ghettos furieux comme Watts en conformité avec le pouvoir blanc. Malcolm savait que les seules personnes qui pouvaient sauver les Noirs de l’holocauste faustien d’extermination ou d’assimilation étaient les Noirs eux-mêmes. Avant que le gouvernement ne puisse le faire tuer, Malcolm a appelé son peuple à créer ses propres institutions qui pourraient fonctionner en toute autonomie par rapport à l’État. De nombreux imbéciles continuent de mal comprendre ce message comme étant celui du séparatisme racial comme si c’était la seule alternative à l’assujettissement du gouvernement, mais Malcolm avait jeté cette connerie dans le rétroviseur avec la Nation de l’Islam. Ce que Malcolm préconisait en fait était une vieille tradition africaine que les honkies en sont venus à appeler l’anarchisme, un système d’un million de minorités coexistant sans un système de caste massif et centralisé pour nous diviser les uns contre les autres.

C’est la seule façon pour la nation Queer de survivre. L’État est un système conçu pour détruire l’individualité et la diversité qu’elle inspire au nom de l’ordre. Cela ne laisse jamais une tribu avec trois options, l’assimilation, le génocide ou la révolution et la troisième option ne se présente pas dans une urne.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/assimilation-or-genocide-queer-revolution-in-an-age-of-partisan-misdirection/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire