Les travailleuses et travailleurs de l’éducation de l’Ontario sont en grève

0
11

Vendredi, cinquante-cinq mille travailleurs de l’éducation de l’Ontario du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont débrayé lors d’une grève «illégale». Ils ont été rejoints par des travailleurs de l’éducation du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), qui ont également quitté le travail « illégalement ». Plus de 2,1 millions d’élèves n’étaient pas scolarisés lorsque les conseils scolaires ont été contraints de fermer des écoles.

Des lignes de piquetage étaient dressées devant les bureaux des députés conservateurs du parlement provincial et ailleurs dans la province. À Toronto, une énorme ligne de piquetage et un rassemblement ont eu lieu toute la journée à Queen’s Park, ce qui, selon les médias, a atteint dix mille personnes. Mais il n’y avait pas que les travailleurs en grève – un grand nombre de parents, d’étudiants, de syndicalistes et d’autres travailleurs se sont présentés. L’ambiance était électrique et provocante, et il était clair que la lutte était bien plus large que les seules revendications des travailleurs de l’éducation. Leur grève s’est transformée en une lutte de classe pour les droits fondamentaux des travailleurs et le droit de se battre pour une vie meilleure.

Les travailleurs de l’éducation sont confrontés à une suppression législative des salaires depuis plus d’une décennie. Cette suppression des salaires a été rendue possible par l’adoption des projets de loi 115 et 124, issus respectivement d’un gouvernement libéral et d’un gouvernement conservateur. Au plus fort de la pandémie, les travailleurs de l’éducation se sont fait dire qu’ils étaient essentiels, mais leurs chèques de paie ne reflétaient pas ce fait.

Entre 2011 et 2021, les travailleurs de l’éducation ont subi une réduction de salaire effective de plus de 11 %. Leur salaire annuel moyen est de 39 000 $. Plus de la moitié des travailleurs de l’éducation de l’Ontario sont obligés d’occuper un deuxième emploi (ou plus) pour joindre les deux bouts et plus de 25 % utilisent régulièrement une banque alimentaire.

Avec une aggravation de la crise du coût de la vie en cours, il était clair qu’il y avait une forte demande pour des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail comme approche de négociation – une stratégie qui a profondément résonné chez les autres travailleurs. Le syndicat demandait une augmentation de 3,25 $ l’heure pour rattraper l’inflation. Après des mois d’organisation intensive et systématique et littéralement des dizaines de milliers de conversations entre membres, les membres ont donné un mandat retentissant en votant à plus de 96,5 % pour la grève, avec un taux de participation de 82,6 %. Cette approche par le bas, centrée sur la base et la base, a créé un mouvement massif au sein du syndicat et a renforcé la confiance des grévistes.

Le gouvernement a joué dur pendant les négociations, arrivant avec une législation anti-grève en main. Lorsqu’ils sont finalement arrivés à la table, ils ont offert aux travailleurs une augmentation de salaire bien inférieure à l’inflation de 1,5 % (certains obtenant 2 %). Au milieu des négociations, le gouvernement a annoncé qu’il prélevait de l’argent sur l’éducation publique en émettant des chèques de 200 $ à 250 $ par enfant aux parents à dépenser pour les services éducatifs. Ces soi-disant « paiements de rattrapage » étaient une tentative ouverte de soudoyer le public et, pire, d’accélérer la privatisation de l’éducation publique. Tout cet argent aurait pu être utilisé pour répondre aux revendications des travailleurs et améliorer considérablement les conditions d’apprentissage des élèves.

Après la publication du rapport « sans conseil », le 3 novembre est devenu la première date possible à laquelle les travailleurs pourraient se mettre en grève. Les négociations et la médiation étaient en cours, mais il était clair que le gouvernement n’avait aucune intention de négocier. Le SCFP se préparait à une grève, tenait des réunions régionales et discutait avec ses membres de la réponse potentielle du gouvernement à leur grève.

Le Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario (OSBCU) a publié son préavis de grève mercredi dernier, déclenchant une date limite de grève en novembre. En quelques heures, le gouvernement a répondu en déclarant qu’il présenterait une législation imposant un contrat de concession aux travailleurs de l’éducation et leur enlevant le droit de grève.

Le lendemain, lorsque le gouvernement a présenté le projet de loi 28 (la soi-disant « Loi sur le maintien des élèves en classe »), il a inséré la clause dérogatoire dans la législation. Le gouvernement savait que sa législation était une violation sans précédent de la Charte canadienne des droits et libertés, mais s’en fichait. Il visait à jeter de l’huile sur le feu en attaquant tous les droits du travail, pas seulement les travailleurs de l’éducation.

Mais leur plan semble s’être retourné contre eux de façon spectaculaire. Le mois dernier, il y a eu une campagne de solidarité en plein essor avec les travailleurs de l’éducation, les enseignants de base et les militants du travail, menée par la campagne Justice pour les travailleurs. Les travailleurs de l’éducation eux-mêmes ont été extrêmement organisés et ont tendu la main au niveau de la base aux membres de la communauté et à leurs collègues syndicalistes. Leur campagne #39KIsNotEnough a dynamisé et organisé leurs membres et inspiré le grand public.

Justice for Workers a lancé une campagne « Paint the Province Purple » et a commencé à coordonner des journées de solidarité à l’extérieur des écoles. Les supporters ont affiché des affiches dans les écoles, noué des rubans violets sur les clôtures et les lampadaires, affiché des messages de solidarité en ligne (tels que cette vidéo inspirante de l’Alliance des travailleurs migrants pour le changement), et engagé les parents à signer des feuilles d’engagement pour soutenir les travailleurs de l’éducation.

Tout au long du mois d’octobre, ces actions se sont répétées et se sont multipliées. L’OSBCU a fourni des dépliants et des affiches Justice for Workers « Support Education Workers » ont commencé à apparaître dans toute la province. Les enseignants de base et les groupes de parents, comme l’Ontario Parent Action Network (OPAN), ont joué un rôle clé dans l’élaboration et l’amplification de ces actions, tout comme la Fédération du travail de l’Ontario (OFL), l’organisme syndical central de l’Ontario. Ces actions ont permis de créer un réseau de sympathisants prêts et disposés à agir pour soutenir les travailleurs de l’éducation.

Lorsque les conservateurs ont doublé avec l’introduction du projet de loi 28, il y avait déjà une couche de militants au-delà des cinquante-cinq mille travailleurs de l’éducation du syndicat prêts à se mobiliser et à tirer parti des mois de syndicalisation précédents. Lundi, la FTO a organisé un rassemblement d’urgence à Toronto en réponse au projet de loi 28, et plus de 3 500 personnes sont descendues dans la rue en moins d’un jour. Ce nombre a largement dépassé les attentes de chacun, mais a rapidement montré qu’il y avait un grand appétit pour l’action.

Mercredi, le lendemain de la manifestation d’urgence, alors que le projet de loi 28 était imposé à l’Assemblée législative, les députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) ont été expulsés de l’Assemblée législative pour avoir traité le premier ministre Doug Ford de menteur. L’ambiance était provocante et a contribué à renforcer la confiance des membres et des électeurs du NPD pour résister aux attaques contre les travailleurs de l’éducation et les droits des travailleurs. Cette nuit-là, plus de cinq cents personnes ont rejoint le zap téléphonique de Justice for Workers, passant plus de deux mille appels aux députés conservateurs.

Jeudi, le SEFPO a également annoncé qu’il soutiendrait ses travailleurs de l’éducation quittant le travail vendredi. C’était un message clair de défi et une véritable escalade de la lutte. La veille de la grève, l’OPAN a organisé un rassemblement de parents et de familles qui se sont rassemblés devant un hôtel du centre-ville de Toronto où des négociations étaient en cours. Des centaines de parents et d’enfants se sont présentés, dépassant encore une fois les attentes des organisateurs.

L’OPAN a joué un rôle crucial en aidant à repousser le discours selon lequel les parents s’opposent à la grève des travailleurs de l’éducation. Jeudi soir, il était clair que la médiation s’était complètement effondrée et que les travailleurs de l’éducation seraient sortis d’une grève «illégale».

Les commissions scolaires ont annoncé leurs fermetures. L’affirmation de Ford et du ministre de l’Éducation Stephen Lecce selon laquelle ils feraient n’importe quoi pour garder les enfants à l’école leur avait complètement explosé au visage. L’élan était clairement avec les travailleurs de l’éducation et leurs partisans.

Vendredi, les travailleurs de l’éducation sont sortis au mépris de la loi de Ford. À Toronto, la grande ligne de piquetage à Queen’s Park a attiré des dizaines de milliers de personnes. Les travailleurs de l’éducation ont dressé des lignes de piquetage dans toute la province dans une démonstration de force époustouflante. Partout, les chiffres ont largement dépassé les attentes, car les travailleurs de l’éducation ont été rejoints par des parents, des étudiants, des membres de la communauté et des collègues syndicalistes. Samedi, un autre rassemblement d’urgence a été appelé par l’OFL avec un préavis de quelques heures seulement. Ce rassemblement de dernière minute a fermé la principale intersection de Yonge et Dundas à Toronto.

La semaine d’actions a contribué à renforcer la confiance des gens pour agir et a mis les conservateurs sur la défensive. Vote anticipé a montré un large soutien public aux travailleurs de l’éducation. Cela a renforcé la détermination de ceux à l’intérieur du mouvement ouvrier qui voulaient mener le combat contre les conservateurs. Les syndicats qui soutenaient auparavant les conservateurs, comme l’Union internationale des travailleurs d’Amérique du Nord (LIUNA), ont commencé à prendre publiquement leurs distances avec le gouvernement Ford. Les enseignants du primaire qui négociaient avec le gouvernement ont quitté la table.

Quelles que soient les réserves de certains dirigeants syndicaux quant au soutien public des travailleurs de l’éducation, la pression croissante d’en bas, y compris de leurs propres membres qui mènent l’appel à la lutte, les a poussés plus près de l’action. Une section importante de la direction syndicale en Ontario – l’OSBCU du SCFP, le SCFP Ontario, le SEFPO et UNIFOR – a mené et soutenu la lutte pour les travailleuses et travailleurs de l’éducation et poussé d’autres syndicats à les suivre. L’effusion massive de soutien de leurs membres, d’autres travailleurs et du grand public a justifié leur approche de principe.

Les choses vont extrêmement vite et pourraient dégénérer dans les prochains jours. La section locale 1587 du Syndicat amalgamé du transport en commun, qui représente les travailleurs de GO Transit dans la province, a rejeté leur accord de principe à 81 % et devrait faire la grève lundi à 00 h 01. Cette grève, provoquée par le rejet d’une offre de contrat inférieure à la moyenne, pourrait paralyser les transports en commun de Toronto. Une telle perturbation ajouterait au sentiment que les conservateurs perdent le contrôle de la province. Des discussions sont en cours dans tout le SCFP-Ontario — pas seulement les travailleuses et travailleurs de l’éducation — sur ce qu’ils peuvent faire pour se joindre à cette lutte. Si l’ensemble du syndicat prend des mesures, cela pourrait déclencher une réponse massive du reste du travail.

Pour les socialistes et les militants, la tâche principale est d’approfondir et d’étendre la solidarité de base dans tous les syndicats et parmi les travailleurs non syndiqués et le grand public. C’est cette énergie qui a poussé les dirigeants réticents à l’action et qui a construit un soutien et un soutien pour les dirigeants progressistes de gauche qui étaient déjà prêts à se battre.

La grève massive « illégale » des travailleuses et travailleurs de l’éducation du SCFP et le débrayage « illégal » des travailleuses et travailleurs de l’éducation du SEFPO ont préparé le terrain pour un énorme combat. La grève du transport en commun GO de l’ATU lundi l’aggravera davantage.

Ce n’est que quelques jours après le début de la grève inspirante des travailleurs de l’éducation, mais il semble qu’elle pourrait devenir un combat beaucoup plus important – pas seulement pour un règlement équitable pour ces travailleurs – mais pour abroger le projet de loi 28 et lutter pour un travail décent pour tous travailleurs de la province.

Les conservateurs vacillent. Les scissions au sein du parti conservateur sont réelles, mais jusqu’à présent, elles ne se produisent que dans les coulisses. Nous devons garder la chaleur pour casser la fête. Cela signifie soutenir une action accrue des travailleurs, des manifestations publiques et continuer à renforcer la solidarité partout. Nous devons élargir la lutte. Nous pouvons gagner cela, mais nous ne pouvons pas lâcher prise même une seconde.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire