Au jour le jour – CounterPunch.org

0
56

L’AR-15 est une arme de guerre. Il ne devrait pas être vendu aux civils. Il tue ou blesse en infligeant de graves blessures balistiques à l’ennemi. Cependant, lors de ma tournée en tant que médecin grogneur au Vietnam en 1970, où j’ai rencontré – de près et personnellement – ma part de VC et de NVA morts, je n’ai vu qu’un seul NVA – un homme plus âgé – “explosé” par un AR-15. Lui et la fille à côté de lui avaient survécu d’une manière ou d’une autre à une embuscade automatique. Cette nuit-là, vers 2h du matin. cinq Claymores enchaînés en guirlande ont explosé lorsque le fil-piège placé sur un sentier bien utilisé, poussé par un pied errant, a fait exploser les mines. Nous nous sommes allongés alors qu’un chœur de cris épouvantables remplissait l’air, et nous sommes restés silencieux alors que les blessés légers passaient en trombe. Pendant des heures, nous avons écouté les gémissements affaiblis de ceux qui restaient.

A l’aube, deux pelotons cernent les huit ennemis qui gisaient sans vie les uns sur les autres, soufflés, troués par les milliers de roulements d’acier des mines, les dix kilos de C4 équivalant à une douzaine de bâtons de dynamite. Lorsque le vieil homme a bougé, mon lieutenant s’est approché de lui et a crié “Chieu Hoi!” Mais la NVA inconditionnelle ne s’est pas rendue ; il leva son AK pour tirer. À bout portant, le lieutenant lui a tiré dessus avec son AR-15, incitant le mitrailleur et tous les autres à s’ouvrir. Quand la fumée de cordite s’est dissipée, l’homme n’avait plus de tête – on s’attendrait à ce que vingt soldats tirent à bout portant – mais la fille à côté de lui – qui paraissait intacte, bougeait. Je l’ai approchée. Elle avait été touchée par les Claymore et était maintenant abattue par des tirs de fusil et de mitrailleuse. Elle était déshydratée; ses deux jambes ont été brisées par des balles. Je lui ai donné de l’eau, j’ai essayé de l’atteller avec du bambou pourri. Elle a été évacuée. Probablement “interrogé”. Si des M16 ou des AR15 faisaient exploser des gens, ça ne lui arrivait pas.

Cela n’est pas arrivé à Red non plus. J’étais à une centaine de mètres quand je l’ai finalement atteint. Il était allongé sur le sol, face de pierre, entouré par le peloton, qui était exceptionnellement calme. Red avait reçu six balles, dans les bras et le ventre. J’ai pansé les petites blessures par balle. Nous avons appelé une évacuation sanitaire. Je n’ai plus jamais entendu parler de lui. Vingt-huit ans plus tard, le RTO m’a dit que Red avait été averti à plusieurs reprises de se déplacer pendant le contact avec l’ennemi. Cette fois, lorsque Red n’a pas réussi à avancer, le RTO lui a tiré dessus à bout portant.

J’ai aidé à enterrer des sapeurs de la NVA au Ranch LZ le matin après qu’il ait été envahi. Chacun avait été abattu à bout portant. Contrairement aux GI détruits par les grenades Chicom et les charges explosives lancées dans les bunkers, les corps des sapeurs n’avaient que de petites taches violettes là où les balles entraient.

Les balles à grande vitesse causent de terribles blessures, mais les balles en expansion font des dégâts terribles. Les Rangers ou les forces spéciales ou les sceaux auraient pu porter des têtes creuses; nous ne l’avons pas fait. Une fois, après une embuscade, lorsque nous avons récupéré l’ennemi mort et trouvé plusieurs petites boîtes de munitions AK à tête creuse, notre réaction a été la peur et la colère.

En ce qui concerne les AR-15 faisant exploser des corps humains, je m’interroge sur le rapport du DTIC cité dans un récent article de Gawker cité sur l’Intercept. Les rapports de terrain, comme le décompte des corps américains au Vietnam, étaient-ils exacts ? Ou étaient-ils au mieux exagérés, et peut-être faux ? Il se trouve que la photo accompagnant l’article de Gawker du sergent de première classe John Volitis brandissant un AR-15 est sous-titrée. Il n’est pas au Vietnam. Il est aux États-Unis à Fort Bragg. Vous pouvez dire par ses fatigues amidonnées.

SFC Jean. B Volitis, Compagnie A, 5e Forces spéciales, se prépare à tirer avec le fusil AR15 dans le village de démonstration vietnamien à Fort Bragg, Caroline du Nord (photo Signal Corps par IC Rapoport).

Les armes automatiques n’ont qu’un seul but : infliger autant de morts ou de graves blessures balistiques que possible. Ils ne doivent pas être vendus à des civils. Les Australiens et les Kiwis ont réussi à retirer ces armes de leurs rues. Je ne suis pas optimiste pour les États-Unis. Jour après jour, nous implosons.

Légende photo : Army Magazine, août 1963, page 4.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/15/day-by-day/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire