Au milieu d’inondations dévastatrices, le Pakistan et la Chine s’associent pour renforcer la résilience climatique

0
30

Dans le cadre d’une initiative ambitieuse visant à renforcer la résilience climatique à la suite d’inondations catastrophiques, le Pakistan a, avec l’aide de la Chine, mis en place une station d’observation environnementale de haute technologie pour anticiper les conditions météorologiques et étudier le changement climatique. Des catastrophes telles que des inondations, des sécheresses et des cyclones ont frappé le Pakistan ces dernières années, provoquant des destructions généralisées. Depuis le début de la saison de la mousson à la mi-juin, le Pakistan a connu des pluies extrêmement abondantes, environ trois fois plus élevées que la moyenne sur 30 ans du pays. En conséquence, le Pakistan fait face à ses pires inondations de ce siècle, avec des rivières débordant de leur lit, des crues soudaines et des lacs glaciaires éclatant.

Le ministre du climat du Pakistan a déclaré que les eaux de crue se sont propagées sur un tiers du pays, ce qui en fait la pire inondation de l’histoire du pays.

Le ministre du climat du Pakistan a déclaré que les eaux de crue se sont propagées sur un tiers du pays, ce qui en fait la pire inondation de l’histoire du pays. Des milliers de vies ont été perdues, des communautés entières ont été anéanties et les moyens de subsistance et les infrastructures ont été détruits à cause de ces calamités.

De plus, les estimations des dégâts augmentent rapidement et sont assez alarmantes. Au moins 1 730 personnes sont mortes directement des inondations et des glissements de terrain au Pakistan, et un million d’habitations supplémentaires ont été endommagées, affectant un total de 33 millions de personnes. Les pertes économiques et les dommages causés par les inondations ont dépassé 30 milliards de dollars, et davantage de ravages seront causés à l’économie et à la capacité du pays à produire de la nourriture et d’autres cultures en raison de la destruction généralisée.

Notamment, l’un des plus grands défis de l’humanité est de s’adapter à un climat en évolution rapide. L’initiative “la Ceinture et la Route” (BRI) est une politique et un programme d’investissement à l’échelle du continent lancés par le gouvernement chinois sur plusieurs décennies. Il vise à accroître le développement des infrastructures dans les pays situés le long de la route commerciale historique de la Route de la Soie afin d’accélérer l’intégration économique entre eux. Plusieurs nations le long de la route sont des points chauds climatiques et écologiques. Les conditions météorologiques extrêmes génèrent des pertes économiques et de la misère en Asie du Sud et en Europe du Sud. Des recherches plus claires aideront ces pays à gérer le changement climatique. Ainsi, les pays de la BRI coopèrent également pour renforcer la résilience climatique.

Plus important encore, les relations entre le Pakistan et la Chine sont uniques et peut-être sans parallèle dans l’histoire diplomatique internationale récente. L’initiative massive “la Ceinture et la Route” a encore renforcé les liens économiques entre les alliés de longue date par le biais du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC) de plusieurs milliards de dollars. Avec le lancement du CPEC en 2015, la relation bilatérale est passée de sa focalisation traditionnelle sur la coopération en matière de défense et de sécurité à un partenariat économique majeur. Le CPEC fait partie des six corridors de l’initiative chinoise Belt and Road visant à relier la Chine au Pakistan par un réseau de routes, de trains et de pipelines pour le transport du pétrole, du gaz et des marchandises.

Le Pakistan est l’un des pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique. Les inondations et autres catastrophes naturelles devraient augmenter en fréquence et en intensité au cours des prochaines décennies.

Le Pakistan est l’un des pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique. Les inondations et autres catastrophes naturelles devraient augmenter en fréquence et en intensité au cours des prochaines décennies. La seule façon de lutter efficacement contre ces risques est de tenir compte du changement climatique dans la stratégie et la politique nationales et d’investir dans les infrastructures, les entreprises et le capital humain pour s’adapter à un environnement changeant. Les experts ont recommandé au gouvernement pakistanais d’améliorer la prévision des inondations en accélérant l’alerte précoce et la surveillance, et en renforçant la formation du personnel. Ils ont également souligné l’importance de la collaboration régionale et internationale pour renforcer les capacités d’alerte précoce.

Dans cet esprit, l’initiative “la Ceinture et la Route” entre le Pakistan et la Chine a installé la première station lidar du Pakistan pour l’observation du climat. La station est l’une des huit stations lidar de la Ceinture et de la Route en cours de construction par la Chine. Ce réseau lidar permettra aux scientifiques et aux chercheurs de collaborer sur un système de surveillance météorologique régional, qui sera essentiel au développement d’un système d’alerte précoce fiable et efficace pour les catastrophes liées aux conditions météorologiques. De plus, le CPEC et les études sur le changement climatique et la pollution peuvent bénéficier de l’utilisation par le réseau lidar des nuages ​​atmosphériques, de la température, de l’humidité et d’autres données.

L’Université de Lanzhou en Chine a joué un rôle déterminant dans la création de cette station d’observation lidar atmosphérique, et ses données seront utilisées dans la prévision des catastrophes et les études sur le changement climatique. L’Université de Lanzhou aide à faire fonctionner la station lidar pour prévoir le temps. En outre, selon Bi Jianrong de l’Université de Lanzhou, l’université construit un réseau lidar et surveille et étudie la composition atmosphérique avec des partenaires pour aider les régions de l’initiative “la Ceinture et la Route”.

En outre, Bi Jianrong a exhorté le Pakistan à accélérer l’alerte et la surveillance avancées et à accroître la formation du personnel pour davantage de prévisions et de prédictions. Bi Jianrong a déclaré que les pays et les régions devraient collaborer pour améliorer les capacités d’alerte précoce. Il a également souligné que la collaboration est nécessaire pour une analyse et une prévision plus précises. La lutte contre le changement climatique nécessite des efforts concertés du monde entier.

« Les relations Pakistan-Chine ont contribué à la stabilité régionale. La force de ces partenariats vient de la confiance mutuelle, du respect et d’une attitude gagnant-gagnant.

Selon Khalid Rahman, président de l’Institut d’études politiques basé à Islamabad, « les relations entre le Pakistan et la Chine ont contribué à la stabilité régionale. La force de ces partenariats vient de la confiance mutuelle, du respect et d’une attitude gagnant-gagnant. Le CPEC et la BRI ont créé de nouveaux horizons pour la collaboration bilatérale, régionale et mondiale.

Huang Zhongwei, professeur à l’Université de Lanzhou, affirme que les scientifiques ont développé un système complet de surveillance de la température régionale en combinant le réseau lidar avec des satellites météorologiques. Avec l’aide de ce système, ils seront en mesure de créer une base de données fiable, de mettre en œuvre un système d’alerte aux catastrophes naturelles et de répondre aux besoins en énergie, transport et autres infrastructures nécessaires.

Cette année, il est devenu encore plus évident que l’un des défis les plus sérieux auxquels le monde est actuellement confronté est le changement climatique. Pourtant, alors que les pays riches entreprennent des plans complets d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques aux niveaux national et régional, les pays en développement tardent à créer des plans intégrés de coopération Sud-Sud et de développement durable et d’adaptation au changement climatique.

Les pays du Sud doivent développer des stratégies institutionnalisées et systémiques d’adaptation au climat aux niveaux national et régional. L’établissement d’un secrétariat interrégional au sein du système des Nations Unies dans les pays du Sud pour renforcer la collaboration Sud-Sud sur l’adaptation au changement climatique et le développement durable est un pas possible dans la bonne direction. Cette plate-forme peut offrir un forum de collaboration entre les centres de collaboration régionaux pour se soutenir mutuellement dans l’élaboration de plans régionaux d’adaptation au climat qui complètent les plans nationaux.

Par conséquent, ce forum a le potentiel d’aider à la création d’un programme systémique, évolutif et réalisable pour l’adaptation au climat et le développement durable dans les pays du Sud, qui est soutenu par les pays en développement. Renforcer la résilience climatique nécessite une collaboration et une intégration économique Sud-Sud, et développer des positions communes dans les discussions et pourparlers internationaux sur le climat nécessite une solidarité et une coordination Sud-Sud. Toutes les options doivent être explorées si le Sud global veut relever le défi climatique en constante évolution et renforcer ses capacités d’adaptation.

Source: https://therealnews.com/amid-devastating-floods-pakistan-and-china-partner-to-build-climate-resilience

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire