Au Zimbabwe, la condamnation d’un journaliste fait craindre de nouveaux abus | Actualités sur la liberté de la presse

0
64

Harare, Zimbabwé – Pour la première fois depuis plus d’un an, Jeffrey Moyo, journaliste du New York Times au Zimbabwe, respire plutôt facilement.

En mai dernier, il a été arrêté et emprisonné pendant 21 jours sous l’accusation d’avoir obtenu de fausses références de presse pour deux journalistes du New York Times qui sont entrés dans son pays d’origine l’année dernière lors d’un voyage de reportage. Depuis lors, il a fréquemment fait la navette entre Harare, la capitale où il vit, et un tribunal de Bulawayo, la deuxième ville du pays, à quelque 500 km (310 miles) au sud.

“Je suis heureux de ne pas avoir été jeté en prison”, a déclaré Moyo à Al Jazeera mercredi, un jour après avoir été reconnu coupable d’avoir enfreint les lois sur l’immigration du pays.

Mais la perspective de finir en prison plane toujours sur le journaliste de 37 ans qui a écopé d’une peine de deux ans de prison avec sursis, qui peut être prononcée s’il est reconnu coupable d’un crime similaire dans les cinq prochaines années. Il a été condamné à payer une amende de 200 000 dollars zimbabwéens (environ 450 dollars).

“Cela aurait pu être pire”, a déclaré Moyo, tout en qualifiant la décision de “scandaleuse et irrationnelle”.

Le Zimbabwe, qui est aux prises avec une crise économique caractérisée par une hyperinflation, une monnaie locale qui se dévalue rapidement, un chômage à 90 % et une production manufacturière en baisse, a une histoire notoire de lois répressives sur les médias et de sape de la liberté de la presse.

L’assaut contre les journalistes a commencé avec la promulgation de la tristement célèbre loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée, promulguée alors que l’État d’Afrique australe sombrait davantage dans l’autoritarisme sous Robert Mugabe, son premier président.

En vertu de la loi draconienne, un quotidien indépendant populaire, le Daily News, a été fermé pendant des années et de nombreux journalistes ont été arrêtés.

“Semblable à appliquer du rouge à lèvres sur une grenouille”

Après avoir soutenu les manifestations anti-gouvernementales en juillet 2020, le journaliste d’investigation et critique du gouvernement Hopewell Chin’ono a été détenu à trois reprises et a passé deux mois en prison.

Cette année, plusieurs journalistes ont été arrêtés pour diverses infractions alors qu’ils faisaient leur travail.

Il y a deux semaines, des détectives de la police ont fait une descente au domicile de l’éditeur et rédacteur en chef de ZimLive.com, Mduduzi Mathuthu, à Bulawayo. Il s’est livré à la police en une semaine et a été accusé d’insulte et d’atteinte à l’autorité du président dans un tweet.

S’il est reconnu coupable, Mathuthu encourt un an de prison ou une amende pouvant aller jusqu’à 4 800 dollars zimbabwéens (12 dollars) ou les deux, conformément à la loi.

Début mai, la police a arrêté Blessed Mhlanga et Chengeto Chidi, journalistes indépendants de la chaîne de télévision en ligne Heart & Soul TV, après avoir photographié des officiers tentant d’arrêter un député de l’opposition à Chitungwiza, au sud de Harare. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à un an de prison et une amende pouvant aller jusqu’à 70 000 dollars zimbabwéens (155 dollars), selon le code pénal.

Au cours des dernières années, le classement du Zimbabwe sur l’Indice mondial de la liberté de la presse 2022 de Reporters sans frontières (RSF) a connu une baisse soutenue alors que le pays craignait d’annuler les gains qu’il avait réalisés après la destitution de Mugabe.

Au lendemain du coup d’État, le Zimbabwe a d’abord augmenté sur l’indice, mais a diminué au cours des deux dernières années.

En 2022, le Zimbabwe était classé 137e, sept places de moins que l’année précédente. Le rapport de RSF qui l’accompagne note que des lois extrêmement sévères sont toujours en vigueur et que, lorsque de nouvelles lois sont adoptées, leurs dispositions sont tout aussi sévères que celles qu’elles ont remplacées.

“Le code pénal modifié et la loi sur les secrets officiels et la nouvelle loi sur la cybersécurité et la protection des données continuent de paralyser le journalisme”, a-t-il déclaré. “En théorie, la confidentialité des sources est protégée par la loi, mais cela n’a pas été le cas dans la pratique.”

Dans un pays où le journalisme est de plus en plus criminalisé, la condamnation de Moyo a fait frissonner de nombreux praticiens.

“Que Jeffrey Moyo ait été trouvé du mauvais côté de la ‘loi’ n’est pas une surprise car un tel exploit n’est pas très difficile dans un État policier virtuel comme le Zimbabwe”, a déclaré un journaliste chevronné, qui a requis l’anonymat par crainte d’être pris pour cible par les autorités, a déclaré à Al Jazeera. “C’est une confirmation que ce que [President] Emmerson Mnangagwa a dit au monde à travers son article du New York Times [a 2018 op-ed on ‘a new Zimbabwe’] est un mensonge. Au contraire, il est pire que Mugabe.

Nyasha Chingono, pigiste pour The Guardian et CNN, a déclaré à Al Jazeera qu’il craignait désormais de travailler avec des médias étrangers par “crainte d’être retrouvé une fois les journalistes étrangers partis”.

Angela Quintal, coordinatrice pour l’Afrique du Comité américain pour la protection des journalistes (CPJ), a déclaré que la décision du tribunal montrait que la liberté de la presse au Zimbabwe s’était aggravée sous Mnangagwa, qui avait promis la démocratie après avoir pris le pouvoir lors d’un coup d’État au palais de son ami Mugabe en novembre. 2017.

“Le fait que la peine de prison de Moyo ait été suspendue n’en fait pas moins une parodie de justice”, a déclaré Quintal. “Les autorités ne doivent pas contester l’appel de Moyo et veiller à ce que lui et d’autres journalistes puissent travailler librement au Zimbabwe, en particulier avec des élections générales prévues l’année prochaine.”

En août 2023, des élections présidentielles sont prévues au Zimbabwe et on craint maintenant qu’à l’approche des urnes, il n’y ait une intensification de l’attaque contre ses médias.

« La condamnation de Jeffrey Moyo donne du crédit aux affirmations selon lesquelles les réformes des médias sous la soi-disant Seconde République s’apparentent à appliquer du rouge à lèvres sur une grenouille ; essayant d’embellir le cochon. Cela reste toujours moche », a déclaré à Al Jazeera Njabulo Ncube, coordinateur du Zimbabwe National Editors Forum.

“Cela a pour effet négatif d’instiller la peur chez nos journalistes, ce qui entraîne l’autocensure et la peur d’aider nos collègues régionaux et internationaux à suivre l’histoire du Zimbabwe”, a-t-il déclaré.

Et l’homme au centre du débat est presque certain que sa condamnation est un signe avant-coureur de pires choses à venir pour les médias au Zimbabwe.

« Je vis maintenant dans la peur, surtout après cette condamnation, sachant que le régime peut se précipiter sur moi ou sur tout autre journaliste essayant de faire son travail avec des collègues étrangers perçus comme des « saboteurs » », a déclaré Moyo.

Et il craint que même s’il n’ira pas en prison, il portera l’étiquette du condamné. Il veut donc changer cela. “Mon équipe de défense déposera une demande d’annulation de la condamnation et de la peine”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2022/6/16/in-zimbabwe-reporters-conviction-sparks-fears-of-renewed-abuse

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire