Aucun policier israélien ne sera puni pour avoir attaqué les funérailles d’Abu Akleh | Nouvelles

0
432

Le journal israélien Haaretz a rapporté qu’une enquête interne a trouvé des preuves d’inconduite policière, mais n’ira pas plus loin.

Une enquête de la police israélienne sur l’attaque par ses officiers contre des personnes en deuil lors des funérailles de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh a conclu que personne ne devrait être puni, malgré la conclusion qu’il y avait eu des fautes policières, ont déclaré des sources au journal israélien Haaretz.

L’attaque contre les porteurs lors des funérailles, qui les a presque fait tomber le cercueil d’Abu Akleh, a été diffusée en direct dans le monde entier et a provoqué l’indignation internationale face à ce qui semblait être une agression non provoquée.

La division des opérations de police a présenté ses conclusions mercredi soir au commissaire de police Kobi Shabtai, qui avait initialement ordonné l’enquête en mai.

L’enquête était censée clarifier la série d’événements qui ont conduit la police à attaquer les personnes en deuil. Le chef de la police a refusé de divulguer les conclusions du rapport au public.

Abu Akleh, un correspondant de télévision de longue date d’Al Jazeera Arabic, a été tué alors qu’il couvrait les raids de l’armée israélienne dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Des milliers de Palestiniens ont assisté à ses funérailles le mois dernier. Plusieurs policiers ont foncé sur les participants et les ont dispersés à coups de matraque.

Les forces israéliennes ont saisi les drapeaux palestiniens des personnes en deuil et ont ensuite brisé la vitre du corbillard transportant le corps d’Abu Akleh et enlevé un drapeau palestinien.

Le Croissant-Rouge de Jérusalem a déclaré que 33 personnes avaient été blessées dans les attaques et six avaient été hospitalisées. Les autorités israéliennes ont déclaré que six personnes avaient été arrêtées après que des personnes en deuil aient jeté « des pierres et des bouteilles en verre ».

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit “profondément troublé” par les violences, selon un porte-parole.

L’Union européenne s’est dite “consternée par la violence dans l’enceinte de l’hôpital St Joseph et le niveau de force inutile exercé par la police israélienne tout au long du cortège funèbre”.

Le frère d’Abu Akleh, Anton, a précédemment contesté une affirmation israélienne selon laquelle les personnes en deuil à l’enterrement avaient pris le cercueil sans le consentement de la famille, la qualifiant d’« illogique et fausse ».

Haaretz a déclaré que le cercueil d’Abou Akleh devait initialement être transporté par un véhicule tout au long du cortège, en accord avec la police, mais qu’il a plutôt été transporté par des porteurs à pied sans l’autorisation de la police.

Des sources policières ont déclaré à Haaretz au moment du lancement de l’enquête le mois dernier qu’elles soutenaient la conduite des policiers lors des funérailles.

“De toute évidence, les images qui sont ressorties étaient désagréables et auraient pu être différentes, mais dans l’ensemble, la police a bien agi lors d’un incident complexe et violent”, a déclaré un officier supérieur de la police.

Le journal a déclaré que le commandant supervisant l’événement était un lieutenant-colonel, malgré un événement aussi sensible nécessitant généralement la supervision d’un commandant supérieur.

Anton Abu Akleh a rejeté d’emblée l’enquête de la police sur les troubles lors des funérailles de sa sœur.

« Nous nous moquons de ce qu’Israël dit ou fait, tout ressort clairement des photos. La police est l’agresseur », a-t-il dit. “Ils essaient de dissimuler leurs actions et leurs erreurs.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/16/israeli-probe-into-abu-aklehs-funeral-finds-police-misconduct

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire