Aux journalistes assassinés à Gaza qui ont gardé les yeux ouverts pour que le monde puisse voir les crimes d'Israël

0
110

Vendredi 15 décembre, les journalistes arabes d'Al Jazeera, Samer Abudaqa et Wael Al-Dahdouh, faisaient partie des nombreuses personnes touchées par une frappe de drone israélien visant une autre école à Gaza. Encore une école à Gaza…

“Lors du bombardement d'aujourd'hui à Khan Younis, des drones israéliens ont tiré des missiles sur une école où des civils cherchaient refuge, faisant des victimes aveugles”, a déclaré Al Jazeera dans un communiqué. Blessé par des éclats d'obus au bras, Wael Al-Dahdouh a réussi à s'échapper du lieu de l'explosion et à marcher à pied jusqu'à l'hôpital Nasser.

Samer, en revanche, ne s’en est pas sorti – il n’y est pas parvenu. “Après la blessure de Samer”, poursuit le communiqué, “il a été laissé se vider de son sang pendant plus de 5 heures, alors que les forces israéliennes empêchaient les ambulances et les secouristes de l'atteindre, le privant ainsi des soins d'urgence indispensables”.

J'espère que Samer savait à quel point nous étions désolés et à quel point nous avions tort de laisser cela lui arriver, et je sais à quel point cela ne signifiait pas grand-chose alors qu'il restait là, luttant pour survivre parmi les morts et criant.

Mon cœur se brise à nouveau chaque fois que je me demande, souvent à travers les larmes, quelles pensées traversaient la tête de Samer au cours de ces dernières heures, ses dernières sur cette terre cruelle et insensible. Il est dans la nature de tout être vivant de s'efforcer, par-dessus tout, de continuer à vivre, de s'accrocher fermement à la lumière qui est en nous, à la lumière qui est nous, et de lutter désespérément pour conserver nos vies lorsque nos vies sont menacées. J'espère que Samer savait à quel point nous étions désolés et à quel point nous avions tort de laisser cela lui arriver, et je sais à quel point cela ne signifiait pas grand-chose alors qu'il restait là, luttant pour survivre parmi les morts et criant. J’espère qu’il savait à quel point le monde lui était reconnaissant, ainsi qu’à tous nos collègues des médias et collègues de travail assassinés, d’avoir donné leur vie pour nous montrer la vérité. J'espère qu'il savait que nous l'avions vu et que nous ne l'oublierons pas. J'espère, mais j'en doute, qu'il pourra trouver un dernier réconfort là-dedans alors qu'il se tordait de douleur, mortellement blessé, s'accrochant à la vie alors qu'elle saignait, de nouveau dans la terre, tandis que les forces militaires israéliennes utilisaient des bombes et des fusils pour empêcher quiconque de venir. aide le. Il était toujours le bébé de quelqu'un. Tout le monde est. Il l’était aussi. C'était le bébé de quelqu'un, et ils l'ont laissé mourir là, sur le sol cloqué, empêchant quiconque de l'aider.

Je ne peux pas imaginer le poids que Samer et tous nos confrères journalistes de Gaza ont dû ressentir sur leurs paupières lorsqu'ils les ont fermées pour de bon à chacun de leurs derniers instants… dans cet endroit qui s'efface sous nos yeux. Et nos yeux ne peuvent voir la destruction que parce qu’ils ont gardé les leurs ouverts.

Je ne peux pas imaginer le poids que Samer et tous nos confrères journalistes de Gaza ont dû ressentir sur leurs paupières lorsqu'ils les ont fermées pour de bon à chacun de leurs derniers instants, le poids de ne pas savoir si tout ce carnage, toutes ces pertes de vies humaines et l'humanité, resteraient dans les mémoires dans un avenir qu'ils savaient qu'ils ne vivraient pas assez longtemps, dans cet endroit qui est en train de s'effacer sous nos yeux. Et nos yeux ne peuvent voir la destruction que parce qu’ils ont gardé les leurs ouverts. Ce faisant, ils n’accomplissaient pas seulement leur devoir professionnel et civique de journalistes et mouraient d’envie pour documenter l’histoire telle qu’elle se passe, ils accomplissaient une mission encore plus sacrée au nom de l’humanité. Leurs reportages dans la ligne de mire ont fourni au monde le témoignage irréfutable de ceux qui refusent d’être effacés de l’histoire et de cette terre. Ils ont été un témoin sans faille des crimes génocidaires d'Israël.

Avec l'écrasante majorité des reportages sur cette « guerre » venant d'Israël lui-même, avec tant de soi-disant journalistes filtrant consciencieusement la réalité de la guerre d'Israël contre l'existence des Palestiniens à travers les propres points de discussion d'Israël ou les safaris du Hamas organisés par Tsahal, notre L’accès à la vie et à la mort à Gaza vient presque exclusivement des journalistes palestiniens impliqués dans le carnage – les mêmes martyrs portant un gilet et un casque qui sont pris pour cible et assassinés en masse. Chacune de ces belles âmes a été les yeux témoins d’un nettoyage ethnique à visée génocidaire se déroulant en temps réel ; leurs yeux ont montré la vérité d'une population, d'une patrie, d'une civilisation, en train de disparaître de Gaza ; et, un à un, leurs yeux se ferment.

« Au 19 décembre 2023 », selon le Comité pour la protection des journalistes, « au moins 68 journalistes et professionnels des médias figuraient parmi les plus de 19 000 tués depuis le début de la guerre le 7 octobre, avec plus de 18 000 Palestiniens morts à Gaza et dans les environs. Cisjordanie et 1 200 morts en Israël. Selon le Syndicat des journalistes palestiniens, le nombre réel est encore plus élevé.

Chacune de ces belles âmes a été les yeux témoins d’un nettoyage ethnique à visée génocidaire se déroulant en temps réel ; leurs yeux ont montré la vérité d'une population, d'une patrie, d'une civilisation, en train de disparaître de Gaza ; et, un à un, leurs yeux se ferment.

Nous savons pourquoi Israël fait cela, pourquoi il assassine sans relâche des journalistes, pourquoi il a tenté de manière si flagrante et délibérée de couper l'électricité, les communications et la connexion avec le monde au-delà de sa chambre de mort fermée. Ils ne veulent pas que nous voyions l’horreur, l’inhumanité, l’atrocité du rêve colonial d’Israël se réaliser, avec le plein soutien des États-Unis. Comme l'écrit Karren Attiah dans Le Washington Post« Le massacre des journalistes palestiniens est un effacement de ceux qui tentent d’enregistrer la première ébauche de l’histoire à Gaza. Tout comme la destruction d’œuvres d’art et d’archives, l’assassinat de journalistes constitue une attaque contre la mémoire, la vérité et la culture palestinienne. Le chèque en blanc tacite donné à Israël pour éliminer les cibles civiles, y compris les journalistes qu'il n'aime pas, met en danger quiconque couvre la région.»

Parce que nos collègues journalistes de Gaza ont gardé les yeux ouverts, parce qu'ils ont refusé de se laisser détourner ou de laisser le monde détourner le regard, ils ont, avec leurs dernières actions dans cette vie, éclaboussé le parchemin sur lequel Israël tentera de réécrire sa propre histoire avec des stries rouges qui ne pourront jamais être effacées.

« Ils tuent la vérité », affirme à juste titre la journaliste Abby Martin. « C'est de cela qu'ils ont peur : ils ont peur que les Américains se retournent contre ce projet colonial et génocidaire. [And that’s why] ils ne veulent pas que nous voyions la vérité. Ils ont peur de la tache humaine que chaque Palestinien massacré laissera dans les rues jonchées de décombres sur lesquelles sera construite leur utopie sanglante – et dans chaque histoire qu’ils raconteront par la suite, d’où elle vient. Mais parce que nos collègues journalistes de Gaza ont gardé les yeux ouverts, parce qu’ils ont refusé de se laisser détourner ou de laisser le monde détourner le regard, ils ont, avec leurs dernières actions dans cette vie, éclaboussé le parchemin sur lequel Israël tentera de réécrire sa propre histoire. avec des stries rouges qui ne pourront jamais être effacées.

Pour beaucoup de ces journalistes, il semble que la mort ait été plus rapide que pour Samer Abudaqa. Mais avec suffisamment de temps, j'imagine, pour qu'un dernier frisson leur parcoure le dos lorsqu'ils se rendirent compte, dans leurs derniers instants de conscience, qu'ils entendaient le sifflement hurlant du ciel qui précède votre mort, avant que vos yeux ne soient forcés de se lever. fermé pour toujours. Mais dans chaque vidéo que vous voyez de ces courageux journalistes, de ces martyrs, dans chaque publication sur les réseaux sociaux, dans chaque interview qu'ils ont accordée lorsqu'ils peuvent se connecter avec le monde extérieur, vous pouvez dire dans leurs yeux qu'ils ont connu le tout ce temps, ce coup de sifflet pourrait être au-dessus de leurs têtes – et des dizaines d’entre eux ont eu raison.

Je ne peux pas comprendre leur force… de tenir un micro entre des doigts tremblants, debout devant l'abîme, et de garder une lumière et une caméra fixées sur le visage du mal et la vérité de la guerre génocidaire d'Israël jusqu'à leur dernier souffle.

Ce sont les conditions dans lesquelles nos collègues de Gaza, nos frères et sœurs, nos semblables, travaillent et meurent. Et le nombre de décès est sans précédent pour notre industrie. Ce sont de vrais saints et super-héros qui se battent et meurent pour la vérité, pour la vie, pour la dignité humaine, pour la liberté. Je suis impressionné par leur bravoure, par leur courage face à la mort. Je ne peux pas comprendre leur force… de tenir un micro entre des doigts tremblants, debout devant l'abîme, et de garder une lumière et une caméra fixées sur le visage du mal et la vérité de la guerre génocidaire d'Israël jusqu'à leur dernier souffle. Mais je leur en suis reconnaissant, plus reconnaissant que je ne pourrais jamais leur communiquer ; et je suis désolé aussi, plus qu'ils ne pourraient jamais l'imaginer. Tout ce que je peux faire pour honorer leur sacrifice, tout ce que nous pouvons faire, c'est promettre de ne jamais cesser de lutter pour la vie, pour la paix, pour mettre fin à cette folie insupportable – et, tant qu'il reste un peu de lumière en nous, de garder les yeux ouverts. , quel qu'en soit le prix.

Les proches, collègues et proches des journalistes palestiniennes Sari Mansour et Hasona Saliem, tuées dans l'exercice de leurs fonctions, pleurent lors des funérailles à Deir al-Balah, Gaza, le 19 novembre 2023. Photo d'Ali Jadallah/Anadolu via Getty Images.

Licence Creative Commons

Republiez nos articles gratuitement, en ligne ou sous forme imprimée, sous licence Creative Commons.

Source: https://therealnews.com/a-tribute-to-our-slain-journalist-colleagues-in-gaza

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire