Avons-nous vraiment besoin d’un roman d’Hillary Clinton ? (La réponse est non)

0
35

Hillary Clinton, patronne des surperformants, a une nouvelle ligne de touche : écrire des thrillers. Son premier effort, État de terreur, est co-écrit avec la romancière à succès Louise Penny. Le roman est le genre de livre que vous achèteriez à l’aéroport pour le lire dans un avion, sauf que, bien que je n’aie pas été dans cette situation depuis un moment, je me souviens bien que même les aéroports vendent de meilleurs livres que celui-ci.

Il est possible d’écrire de bons thrillers avec une mauvaise politique. Pendant la guerre froide, la plupart des romans du genre avaient le genre de politique conservatrice anticommuniste que nous avons à jacobin considérerait « mauvais », mais certains d’entre eux étaient toujours des lectures amusantes sur la plage. (Bien que les meilleurs thrillers à ce jour soient ceux de la série Millennium [The Girl with the Dragon Tattoo] par feu Stieg Larsson, une journaliste féministe trotskiste suédoise qui a autrefois formé des femmes combattantes de la guérilla dans le Front de libération du peuple érythréen.) Le roman de Clinton et Penny n’est pas de cet acabit. Le problème est, État de terreur n’est pas passionnant, pour la même raison que les démocrates Clinton n’excitent pas l’électorat en ce moment : ils sont trop obsédés par Donald Trump et la droite.

Il y a quelques spoilers dans la critique qui suit. Cela n’a pas d’importance parce que – et je ne saurais trop insister là-dessus – vous n’avez pas besoin de lire ce livre.

État de terreur s’articule autour de deux personnages principaux : Ellen Adams, secrétaire d’État américaine dans une administration démocrate, dont la vie intérieure est rendue de manière assez charmante (lors des réunions de sécurité mondiale de haut niveau, elle fantasme de prendre un verre de chardonnay avec son homologue canadien, également une femme ) et Betsy Jameson, la meilleure amie d’Ellen, qui s’inspire de la meilleure amie d’Hillary Clinton, Betsy Ebeling, décédée en 2019. L’intrigue tourne autour d’une crise mondiale : au milieu de multiples attaques terroristes, un marchand d’armes pakistanais et un terroriste menacent L’Amérique et le monde avec des bombes nucléaires. Finalement, il s’avère qu’il ne travaille pas pour l’Iran ou al-Qaïda. Au lieu de cela, il s’est associé à des forces de l’extrême droite américaine qui ont infiltré l’État profond et même la Maison Blanche. Le roman se termine par une catastrophe – une attaque nucléaire et un coup d’État intérieur de droite – évité de justesse.

Le roman laisse entendre que l’extrême droite menace la civilisation et la démocratie plus qu’al-Qaïda ; c’est probablement correct, et un message sonore. Mais l’intrigue du roman est ridicule. Le vrai danger que pose l’extrême droite n’est pas lié à une quelconque relation avec des terroristes de l’ombre, ni à l’infiltration de l’État sécuritaire ou de la Maison Blanche démocrate. Le danger réside dans l’habileté de la droite à prendre le pouvoir en sapant les processus démocratiques ordinaires – en érodant les droits de vote, par exemple – et en utilisant nos structures antidémocratiques existantes, comme le Collège électoral. Ce qui est également dangereux à propos de l’extrême droite, c’est son attrait global pour les gens ordinaires (un problème qui est, à l’honneur des auteurs, mentionné une fois dans le roman). D’un autre côté, à l’heure actuelle, Joe Manchin, un démocrate, est plus une menace existentielle pour les civilisations mondiales que Trump, car Manchin bloque l’action sur le changement climatique, un problème qui, malgré sa centralité dans les discussions actuelles sur la sécurité nationale à l’intérieur et en dehors du gouvernement, n’est pas mentionné dans ce roman. Les pandémies ne sont pas non plus discutées.

Bien sûr, les auteurs de thrillers sont autorisés à proposer des histoires et des avenirs alternatifs absurdes et à repousser les limites du réalisme. Mais il est clair que pour ces auteurs, État de terreurLe scénario de est réaliste. Les remerciements, à la fin du livre, précisent ceci :

Enfin, c’est une œuvre de fiction mais l’histoire qu’elle raconte est bien trop actuelle. A nous de faire en sorte que son intrigue reste fictive.

C’est juste le problème : l’idée d’un coup d’État nucléaire de Trump est réelle pour ces personnes. Cette illusion – que tout le monde partage son obsession pour Trump et est aussi rivé par cette fixation qu’eux-mêmes – n’est pas seulement un défaut littéraire dans État de terreur. Il ressort clairement de cette dernière élection qu’il s’agit également d’un malentendu politique flagrant de la part des alliés politiques de Clinton.

Les démocrates centristes pensent que le mot « Trump » est un scénario du pire qui peut encore effrayer les gens. Mais en Virginie, par exemple, les électeurs leur ont juste montré que cela ne pouvait pas fonctionner. Terry McAuliffe et les démocrates ont continué à évoquer le spectre de Trump, essayant de lier le candidat républicain Glenn Youngkin, un titan du capital-investissement alimenté par Koch, à l’ex-président impopulaire. L’effet était d’ennuyer et d’ennuyer de nombreux électeurs, de réduire la participation démocrate et d’enflammer les électeurs de droite. (Alors que les problèmes de participation étaient essentiels, un sondage de sortie de CNN a révélé que 5% des électeurs de Youngkin avaient voté pour Biden l’année dernière, une statistique qui devrait amener les démocrates centristes à tout repenser, bien que ce ne soit pas le cas.) Dans leur fixation sur Trump, Les véritables réalisations des démocrates (comme le projet de loi bipartite sur les infrastructures ou le programme de vaccination) ont été perdues, de même que les dispositions sociales et environnementales populaires du projet de loi Build Back Better.

Aussi inquiétant, les démocrates ont ignoré la détresse légitime des parents face aux fermetures d’écoles publiques, qui (bien que nécessaires jusqu’à un certain point) ont énormément compliqué la vie des familles, privé les parents et les enfants de l’une des rares institutions publiques gratuites que le système américain offre habituellement, et a créé un environnement fertile pour la panique raciste sur les programmes scolaires (la transphobie aussi). Sans parler de la colère légitime face à l’arrogance de l’élite démocrate : Obama, faisant campagne pour McAuliffe, a qualifié les controverses scolaires de « guerres culturelles bidons », tandis que le génie politique McAuliffe a déclaré qu’il ne pensait pas que les parents devraient avoir leur mot à dire sur ce que leurs enfants apprennent à l’école.

L’électorat était passé de Trump. Pourtant, plutôt que de donner aux électeurs de Virginie une raison positive de voter démocrate, les centristes ont brandi l’amulette de Trump et espéraient que la peur de l’extrême droite pousserait les électeurs aux urnes.

Les démocrates feraient mieux d’abandonner, sinon 2022 sera beaucoup plus effrayant que le roman d’Hillary.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici