Biden dit qu’il n’a «pas encore» décidé d’un voyage en Arabie saoudite | Nouvelles de Jamal Khashoggi

0
171

Les commentaires du président américain interviennent au milieu de l’opposition à une éventuelle visite de législateurs et de groupes de défense des droits de l’homme.

Le président américain Joe Biden dit n’avoir “pas encore” décidé s’il se rendra en Arabie saoudite, une semaine après avoir ouvert la porte à un éventuel voyage.

Le commentaire de samedi est venu au milieu de l’opposition au possible voyage des législateurs du Parti démocrate et des groupes de défense des droits de l’homme.

La semaine dernière, des responsables américains anonymes ont déclaré aux médias locaux que Biden prévoyait un voyage en Arabie saoudite, ainsi qu’un voyage en Europe et en Israël fin juin.

Cette visite marquerait le départ le plus distinct à ce jour de la promesse de l’administration Biden de “recalibrer” les liens avec son allié de longue date, l’Arabie saoudite, pour des violations présumées des droits de l’homme.

Biden a qualifié le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman de “paria” pour son rôle dans le meurtre d’un opposant politique et résident américain Jamal Khashoggi en Turquie en 2018.

Le gouvernement saoudien a nié toute implication du prince héritier.

Interrogé samedi par un journaliste à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, s’il utiliserait un éventuel voyage au Moyen-Orient pour conclure un accord visant à améliorer les relations saoudo-israéliennes, Biden a répondu : “Nous verrons.”

Toute visite potentielle en Arabie saoudite viserait probablement à renforcer les relations avec le pays à un moment où Biden tente de trouver des moyens de faire baisser les prix de l’essence aux États-Unis.

On craint que les prix élevés à la pompe à essence ne nuisent au Parti démocrate de Biden lors des prochaines élections de mi-mandat, au cours desquelles il se battra pour maintenir les majorités à la Chambre des représentants et au Sénat américains.

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré vendredi que les États-Unis n’ignoreraient pas la conduite qui a eu lieu avant la présidence de Biden, mais qu ‘”il était également important de réorienter – mais pas de rompre – les relations avec l’Arabie saoudite”, notant le rôle du pays en tant que partenaire stratégique de aux États-Unis pendant huit décennies.

Treize groupes de défense des droits de l’homme ont envoyé jeudi une lettre conjointe à Biden, affirmant qu’une rencontre entre le président américain et le prince héritier saoudien risque d’encourager de nouveaux abus et d’enraciner davantage l’impunité dans le royaume.

Ils ont déclaré que Biden devait veiller à ce que les autorités saoudiennes prennent des engagements concrets en matière de droits de l’homme avant une visite présidentielle américaine.

« Le président Biden devrait reconnaître que toute rencontre avec un responsable étranger lui confère une crédibilité instantanée sur la scène mondiale, intentionnelle ou non », a déclaré Lama Fakih, directrice pour le Moyen-Orient à Human Rights Watch, l’un des groupes qui ont signé la lettre.

“Rencontrer Mohammed ben Salmane sans engagements en matière de droits humains justifierait les dirigeants saoudiens qui pensent qu’il n’y a pas de conséquences pour les violations flagrantes des droits”, a-t-elle déclaré.

Un des principaux législateurs du Parti démocrate, Adam Schiff, s’est également prononcé contre la visite prévue, affirmant que Biden ne devrait pas aller rencontrer le prince Mohammed.

“C’est quelqu’un qui a massacré un résident américain, l’a découpé en morceaux – et de la manière la plus terrible et la plus préméditée”, a déclaré Schiff, qui préside le comité du renseignement de la Chambre des représentants, à l’émission Face the Nation de CBS la semaine dernière.

“Jusqu’à ce que l’Arabie Saoudite fasse un changement radical en termes de [its] droits de l’homme, je ne voudrais rien avoir à faire avec lui », a déclaré Schiff à propos du prince héritier.

Dans une lettre ultérieure, Schiff et cinq autres législateurs éminents ont déclaré que tout engagement avec l’Arabie saoudite doit viser à “recalibrer la relation pour servir les intérêts nationaux de l’Amérique”.

La lettre n’exhortait pas Biden à annuler le voyage, mais soulevait six domaines sur lesquels le président américain devait se concentrer avec les Saoudiens, notamment les marchés mondiaux du pétrole, la guerre au Yémen et le meurtre de Khashoggi.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/12/biden-not-yet-decided-on-sa

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire