Biden entraîne les États-Unis plus profondément au Moyen-Orient

0
55

Source de la photographie : Becker1999 – CC BY 2.0

« Les États-Unis ne veulent pas voir le conflit s’intensifier et n’intensifieront pas le conflit. »

– Haut responsable du Département d’État à la suite de quatre jours de bombardements américains en Syrie, en Irak et au Yémen, le 5 février 2024.

“Nous ne considérons pas cela comme une escalade.”

– Un haut responsable du Département d’État discutant de l’attentat à la bombe, le 5 février 2024.

“Je ne suis absolument pas d'accord avec votre description du conflit plus large.”

– Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, nie tout lien entre la guerre israélienne à Gaza et les bombardements américains au Moyen-Orient, le 29 janvier 2024.

Les responsables américains ne reconnaissent peut-être pas le lien entre la guerre de Gaza et la campagne de bombardement américaine, mais il ne fait aucun doute que le militarisme israélien est pertinent dans les attaques croissantes des Houthis contre les navires commerciaux dans la mer Rouge ainsi que dans les attaques croissantes de l'Iran. a soutenu des milices contre les installations américaines en Jordanie, en Syrie et en Irak.

En conséquence de ces développements, les États-Unis ont adopté une position plus ferme contre l’Iran et ont suggéré la possibilité d’une alliance de sécurité élargie avec l’Arabie saoudite en échange d’une reconnaissance diplomatique d’Israël par l’Arabie saoudite. Ces mesures nécessiteraient un engagement plus profond des États-Unis au Moyen-Orient, dans un contexte d’instabilité et d’incertitude accrues, à un moment où nous devrions chercher un moyen de réduire notre présence.

Le cinquième voyage du secrétaire d'État Antony Blinken au Moyen-Orient et dans le golfe Persique depuis le début de la guerre à Gaza, le 7 octobre 2023, n'a pas été plus fructueux que les quatre premiers. Ces voyages n’ont pas réussi à amener Israël à réduire ses bombardements intensifs sur les zones civiles de Gaza et à permettre à l’aide humanitaire de passer ; forger un accord pour un organe directeur unifié et dirigé par les Palestiniens pour la Cisjordanie et Gaza ; créer une voie vers un État palestinien ; ou normaliser les relations entre Israël et l’Arabie saoudite. Le président Biden, quant à lui, a admis lors d’une discussion sur les frappes militaires américaines contre les Houthis le mois dernier : « Est-ce qu’ils arrêtent les Houthis ? Non. Vont-ils continuer ? Oui.”

Les États-Unis ont fait preuve de trop d’efforts politiques et diplomatiques en recherchant une réforme globale au Moyen-Orient. Toute notre attention doit être concentrée sur un cessez-le-feu à Gaza et sur la libération de plus de 100 otages israéliens. [At least 32 of the remaining 136 hostages captured by Hamas have died, according to Israeli intelligence.] Au lieu de cela, l’administration Biden est engagée dans des discussions qui ne mènent nulle part, comme le transfert du pouvoir au sein de l’Autorité palestinienne à un nouveau Premier ministre plus jeune et la mise en place d’une force arabe de maintien de la paix à Gaza pour y soutenir une nouvelle administration palestinienne.

Israël fera tout ce qui est en son pouvoir pour bloquer ces mesures, et tant que nous aurons affaire au Premier ministre Benjamin Netanyahu, un obscurantiste anti-américain, il y a peu de chances de succès. Biden n’a pas voulu faire pression sur Israël, ce qui signifie qu’il y a peu de possibilités de faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient. Netanyahu a fait tout son possible pour embarrasser les présidents américains dans le passé, et ses promesses faites à l’administration Biden de limiter les bombardements de haute intensité sur Gaza d’ici la fin janvier ont déjà été rompues.

L’histoire de la politique américaine au Moyen-Orient a été largement marquée par l’échec, ce qui est particulièrement regrettable à ce stade où aucun intérêt vital en matière de sécurité n’est en jeu. Le président Eisenhower a commencé cette série d’échecs en 1953, lorsqu’il a sanctionné le renversement d’un gouvernement iranien légitime. Le président Reagan a approuvé une présence américaine au Liban en 1982, à la suite d'une malheureuse invasion israélienne, qui a exposé les Marines américains à une attaque terroriste. Le président Bush a concocté une invasion trompeuse de l'Irak en 2003, qui a ouvert la porte à l'influence de l'Iran à Bagdad et a déclenché le cycle d'instabilité qui domine désormais la région. Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël ; fermé le consulat américain à Jérusalem-Est ; arrêté l'aide aux Palestiniens ; reconnu les hauteurs du Golan comme faisant partie d'Israël; et a approuvé l'emprise permanente d'Israël sur la Cisjordanie. Son abrogation de l’accord sur le nucléaire iranien a brusquement mis fin à une opportunité de négociations politiques sérieuses avec Téhéran.

Depuis la révolution en Iran et l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, les États-Unis s’appuient massivement sur leur puissance militaire pour affirmer leur influence au Moyen-Orient et dans le golfe Persique. En coulisses, des hommes politiques et des experts américains sont favorables à un changement de régime en Iran ainsi qu’au recours à la force militaire contre l’Iran. Trop de dirigeants américains n’ont jamais oublié notre propre situation d’otages en Iran en 1979 et ont depuis lors voulu riposter. Comme le général à la retraite Anthony Zinni l’a fait remarquer un jour : « Si vous avez aimé l’Irak, alors vous adorerez l’Iran. »

Deux étapes sont essentielles pour protéger les intérêts de sécurité des États-Unis. Premièrement, les États-Unis doivent faire pression sur Israël pour obtenir un cessez-le-feu. La seule façon de faire pression sur Israël serait d’imposer de véritables conditions aux transferts d’armes américains ou de refuser les systèmes meurtriers que seul Washington fournit. Les États-Unis ne disposent d’aucun outil d’influence non militaire sur Israël, l’assistance militaire est donc notre seule source d’influence.

Deuxièmement, il est temps de redoubler d’efforts diplomatiques avec l’Iran. Le directeur de la CIA, William Burns, a l'expérience des relations avec les dirigeants iraniens et est clairement le diplomate le plus efficace de l'administration Biden. Les efforts visant à aliéner l’Iran doivent cesser.

L’activité diplomatique américaine actuelle repose sur des discussions avec des États arabes clés tels que l’Arabie saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis, qui ne mènent nulle part. De plus, ces négociations impliquent la possibilité d’un traité de défense avec l’Arabie Saoudite, qui introduireait une queue supplémentaire pour faire remuer le chien américain au Moyen-Orient. Ces développements pourraient même conduire à une reprise des discussions sur la formation d’une « OTAN arabe », évoquée par Trump et son agressif conseiller à la sécurité nationale, John Bolton. L’administration Biden comprend sans doute les limites de la force militaire dans la région, mais la confrontation avec l’Iran et le soutien continu à Netanyahu ne pourraient que conduire au déploiement de forces américaines supplémentaires. Le résultat final sera de maintenir les États-Unis au Moyen-Orient, dans notre propre champ de bruyères.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/02/09/biden-is-dragging-the-united-states-deeper-into-the-middle-east/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire