Biden retarde la publication des enregistrements de l’assassinat de JFK – Mother Jones

0
108

Arnie Sachs/CNP/Zuma

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

L’administration Biden a annoncé vendredi soir juste avant 21h30 qu’elle retarderait à nouveau la publication tant attendue de documents secrets entourant l’assassinat en 1963 du président John F. Kennedy.

La décision contraste avec deux autres mesures de l’administration favorisant la publication de tranches potentiellement sensibles mais historiquement importantes de documents détenus dans les archives des gouvernements, entourant les actions de Trump le 6 janvier 2021 et les attentats du 11 septembre 2001.

L’administration a cité les préoccupations soulevées par l’archiviste des États-Unis selon lesquelles la pandémie avait eu un «impact significatif» sur la capacité des agences fédérales à examiner les documents JFK à la recherche de secrets militaires ou de défense qui pourraient encore être pertinents après plus d’un demi-siècle. Les fichiers restants devraient maintenant être partagés en deux lots, l’un attendu plus tard cette année et l’autre fin 2022.

Alors que le Congrès a adopté une loi en 1992 visant à libérer tous les dossiers JFK d’ici 2017, le processus n’est toujours pas terminé. Cette année-là, le président Donald Trump a accepté les demandes de Mike Pompeo, alors son directeur de la CIA, de retenir un ensemble de documents jusqu’au 26 octobre 2021, date limite que l’administration Biden vient de dépasser.

Kennedy a été abattu alors que son cortège traversait le centre-ville de Dallas, au Texas, le 22 novembre 1963. Une semaine plus tard, le président Lyndon B. Johnson a nommé une commission présidentielle pour enquêter sur la tragédie, dont les conclusions ont été publiées l’année suivante. Le rapport de la Commission Warren a conclu que Lee Harvey Oswald avait agi seul en tuant le président et que Jack Ruby, qui avait tué Oswald deux jours plus tard, avait également agi seul. Les conclusions de la commission ont laissé de nombreux Américains insatisfaits et ont déclenché une vague de théories du complot qui ont entravé tous les efforts visant à déclarer l’affaire réglée.

Ces conspirations étaient alimentées par les quelque 5 millions de pages de documents liés aux assassinats que le gouvernement fédéral a gardées secrètes au début des années 1990. Un film d’Oliver Stone sur l’assassinat de 1991 a suscité l’indignation du public face au statut des documents, ce qui a incité le Congrès à exiger qu’ils finissent tous par être publiés, à l’exception des « cas les plus rares » qui pourraient compromettre la sécurité nationale.

La CIA détient 70 pour cent des dossiers non publiés restants, dont beaucoup se rapporteraient à des opérations clandestines de renseignement américain à Cuba dans les années qui ont précédé la mort de Kennedy, le Intercepter signalé. Le gouvernement américain a tenté d’assassiner le leader cubain Fidel Castro à l’époque du meurtre de Kennedy, et la propagande de la CIA avait lié Oswald aux sympathies cubaines.

Ce qui reste inconnu sur la mort du 35e président a suscité des décennies de débat et de méfiance. Sûrement, un nouveau retard ne stimulera plus.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici