Biden veut un “procès pour crimes de guerre” pour Poutine — RT World News

0
229

La Russie est partie à la Cour pénale internationale. Les États-Unis ne sont pas

Le président américain Joe Biden s’est joint au tollé mondial suscité par le prétendu massacre de civils à Bucha ce week-end, exigeant une “procès pour crimes de guerre” pour le président russe Vladimir Poutine lors d’un point de presse lundi.

Il a poursuivi en mentionnant la nécessité de “recueillir les informations” et “obtenir tous les détails” devant « un véritable… procès pour crimes de guerre ».

Cela survient alors que les États-Unis cherchent à suspendre l’adhésion de la Russie au Conseil des droits de l’homme de l’ONU “en réponse aux allégations selon lesquelles les forces russes auraient commis des crimes de guerre à Bucha et ailleurs en Ukraine”, Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice américaine à l’ONU, a annoncé lundi, appelant les 140 nations qui ont voté le mois dernier pour condamner l’opération militaire russe en Ukraine à “faites correspondre nos paroles à l’action.”

La Cour pénale internationale (CPI) a ouvert une enquête en mars sur des allégations de crimes de guerre et d’autres infractions commises lors de l’offensive militaire russe en Ukraine, après avoir « avait déjà trouvé une base raisonnable pour croire que des crimes relevant de la compétence de la Cour avaient été commis », a déclaré le procureur de la CPI, Karim Khan, dans un communiqué publié à l’époque.




Des images graphiques de Bucha, une ville au nord-ouest de Kiev, sont apparues au cours du week-end montrant plusieurs corps vêtus de vêtements civils éparpillés. Kiev n’a pas tardé à blâmer les forces russes. Moscou a catégoriquement nié toute implication et affirme que l’incident a été mis en scène pour le bien des médias occidentaux, le représentant permanent adjoint de la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU, Dmitry Polyansky, l’appelant un “provocation flagrante par des radicaux ukrainiens.”

Malgré l’appel du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à “Sérieux scepticisme” et de multiples incohérences jetant le doute sur la véracité des preuves, les responsables américains des deux parties ont fait écho aux affirmations de Kiev et ont accusé les forces russes de “crimes de guerre,” avec le président du comité sénatorial des relations étrangères Bob Menendez (D-New Jersey) et le membre républicain de rang Jim Risch (R-Idaho) appelant à “responsabilité” et nommer Poutine comme le seul responsable. Le mois dernier, le Sénat américain a adopté une résolution considérant le président russe comme un criminel de guerre.

Cependant, les États-Unis ne sont pas un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, un traité de 2002 établissant l’organisation en tant que « une Cour pénale internationale permanente indépendante en relation avec le système des Nations Unies, compétente pour connaître des crimes les plus graves touchant l’ensemble de la communauté internationale ».

Alors que l’administration Obama entretenait une relation de travail avec la Cour en tant qu’observateur, la position des États-Unis envers l’organe juridique international a atteint son paroxysme sous le président Trump, qui a dénoncé la CPI comme faisant partie d’un « bureaucratie mondiale non élue, irresponsable » avec “pas de juridiction, pas de légitimité et pas d’autorité” dans un discours de 2018 aux Nations Unies.


La vérité sur Bucha est là-bas, mais peut-être trop gênante pour être découverte

En 2020, les États-Unis ont imposé des sanctions aux responsables de la CPI en représailles à son enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis par les États-Unis au cours de leur guerre de 20 ans en Afghanistan. Lorsque l’administration Biden a levé ces sanctions en 2021, elle a explicitement maintenu son insistance sur l’autonomie des États-Unis, le secrétaire d’État Antony Blinken exprimant la position de Washington. “objection de longue date aux efforts de la Cour pour affirmer sa compétence sur le personnel d’États non parties tels que les États-Unis et Israël.”

Moscou a lancé une offensive à grande échelle contre l’Ukraine fin février, suite à l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk signés en 2014, et à la reconnaissance éventuelle par la Russie des républiques du Donbass à Donetsk et Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France avaient été conçus pour régulariser le statut de ces régions au sein de l’État ukrainien.

La Russie a maintenant exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux régions rebelles par la force.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire