BoJo deviendra-t-il le héros involontaire de la révolution irlandaise ?

0
85

Source photo : thierry ehrmann – CC BY 2.0

Si les partisans d’une Irlande unie atteignent leur objectif, ils voudront peut-être ériger des statues de ceux qui ont le plus fait pour assurer le succès de leur cause. Un concurrent sérieux pour cet honneur sera Boris Johnson pour avoir déstabilisé le petit État créé par l’Accord du Vendredi Saint (GFA) et fait de la partition de l’Irlande un problème international.

Mettre fin aux troubles nécessitait des compromis entre catholiques et protestants, nationalistes et unionistes, gouvernements britannique et irlandais – et finalement entre la Grande-Bretagne et l’UE. Un rapport de force branlant mais potentiellement stable s’est créé en Irlande du Nord, qui s’effondre maintenant grâce aux manœuvres grossières du gouvernement britannique.

C’est un spectacle déprimant alors que Johnson et la secrétaire aux Affaires étrangères Liz Truss s’attaquent à ce qui a été l’une des plus grandes réalisations diplomatiques de la Grande-Bretagne. Se vautrant dans l’hypocrisie, ils prétendent voler au secours du processus de paix tout en le sapant en révoquant unilatéralement des éléments clés du protocole d’Irlande du Nord conçu pour préserver la GFA dans un monde post-Brexit.

Éviscérer le protocole

Un champ de mines de méfiance et de désaccord est systématiquement recréé. Cela ne signifie pas que la violence va bientôt éclater, mais que les problèmes les plus explosifs de la politique britannique et irlandaise sont en train d’être exhumés. Le règlement de paix est attaqué à plusieurs niveaux. Le Sinn Féin est devenu le plus grand parti lors des élections à l’Assemblée du 5 mai et 53 des 90 membres de l’Assemblée soutiennent le Protocole.

Mais Johnson s’allie effectivement avec le Parti unioniste démocrate (DUP) pour soutenir sa demande que des éléments clés du protocole relatifs à la frontière irlandaise soient abandonnés avant qu’ils n’entrent dans un exécutif de partage du pouvoir. Cela donne au gouvernement britannique une raison respectable d’éviscérer le protocole, ce qu’il veut faire de toute façon.

Compte tenu du soutien du gouvernement de Westminster, le DUP a tout intérêt à ne pas transiger avec les autres partis politiques, ce qui signifie approfondir les divisions sectaires. Malgré tous les discours dans les médias sur le déclin de l’identité religieuse, quelque 80 % de l’électorat a voté résolument vert ou orange lors du sondage du début du mois.

Une Irlande unie ?

Une coopération étroite entre les gouvernements britannique et irlandais était essentielle pour rétablir la paix en Irlande du Nord, mais cela est abandonné avec désinvolture. En pratique, les briques du mini-État nord-irlandais créé par la GFA sont délogées une à une et seront très difficiles à remplacer.

Le DUP et l’aile droite du Parti conservateur peuvent imaginer que quelque chose de plus proche de l’autorité britannique à part entière peut être restauré dans la province, ignorant largement le succès du Sinn Féin aux élections et dépouillé de l’ingérence de Dublin et de Bruxelles.

Mais en mettant en doute la réalité d’une administration de partage du pouvoir, le gouvernement pousse la communauté catholique, dont les résultats du recensement de juin pourraient montrer qu’elle constitue une majorité de la population, à se tourner de plus en plus vers une Irlande unie. L’effet du Brexit a déjà été de désillusionner de nombreux catholiques qui acceptaient auparavant l’union avec la Grande-Bretagne.

Les bouffonneries de Johnson – ses fausses promesses et ses demi-tours – délégitiment la domination britannique en Irlande du Nord. Les parlementaires conservateurs ont exprimé leur horreur cette semaine lorsque le gouvernement a présenté ses plans pour vider le protocole : “Le devoir du gouvernement est de faire respecter la loi”, a déclaré Simon Hoare, le président conservateur de la commission des affaires d’Irlande du Nord. “S’il essaie de se balancer, de se faufiler et de contourner ce devoir quand cela ne lui convient pas – si le gouvernement le fait, alors les gouvernés le feront aussi.”

Un culte de Johnson

Une critique similaire mais avec un accent différent a été formulée par l’ancien ministre conservateur Lord Patten qui a déclaré que “si Johnson a l’intention d’essayer de passer outre un accord qu’il a lui-même signé, je ne peux pas, en tant que conservateur, le soutenir”. Il a ajouté en guise d’explication que « nous n’avons pas de gouvernement conservateur. Ce que nous avons, c’est un gouvernement nationaliste anglais avec un culte de Johnson.

Ce n’est pas seulement le nationalisme anglais qui a le vent en poupe mais une version irresponsable de celui-ci qui voit le référendum de 2016 et la sortie de l’UE comme leur Crécy et Azincourt. Modifier le protocole est un aveu que le Brexit n’a pas été “fait” comme on l’a prétendu lors des élections de 2019, mais blâmer tout sur Bruxelles conserve ses attraits chauvins.

Mais quand il s’agit de l’avenir de l’Irlande du Nord, c’est un jeu dangereux. Il renforce le DUP, avec son histoire d’intransigeance sectaire et son aspiration à un retour à la domination protestante en Ulster. Ils ont peut-être accepté à contrecœur la GFA, mais le parti n’a jamais apprécié le partage du pouvoir. Avant de s’adoucir, Ian Paisley avait l’habitude de beugler son rejet de la construction de ponts à la communauté catholique. « Où vont les ponts ? » il avait l’habitude de demander. “De l’autre côté.”

Le DUP n’a jamais aimé l’accord et son chef, Sir Jeffrey Donaldson, a démissionné du Parti unioniste d’Ulster et a rejoint le DUP pour s’y opposer. La grande attraction du Brexit était qu’il rétablirait une frontière dite dure le long de la frontière de 300 milles entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Mais les dirigeants du DUP sont devenus des experts inégalés pour se tirer une balle dans le pied politique et se sont retrouvés avec l’inverse de ce qu’ils voulaient : une frontière commerciale entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne continentale.

Défi à Bruxelles

Comme beaucoup de gens qui se targuent de ne faire confiance à personne, les dirigeants du DUP ont fini par faire confiance à la mauvaise personne en la personne de Boris Johnson. Ils le font maintenant à nouveau avec crédulité et finiront probablement par le regretter, mais il y a plus à l’œuvre ici que l’entêtement et les vœux pieux de la part du DUP. Il y a plutôt un refus généralisé des syndicalistes d’accepter que leur vieux cri de guerre « Non à la reddition » ait pu fonctionner quand ils étaient forts, mais le rejet du compromis n’est plus dans leur intérêt. Ils auraient dû favoriser l’accord de paix parce qu’il a gelé en place un rapport de force qui ne peut que basculer davantage en leur défaveur à l’avenir.

Il est facile de voir pourquoi le Parti conservateur johnsonien et le DUP se voient beaucoup de bien, mais ils souffrent de la même faiblesse – qui est de surjouer leurs mains. Le DUP l’a fait pendant des années avant d’accepter à contrecœur le partage du pouvoir, puis d’essayer de faire chavirer l’arrangement par le biais du Brexit.

Le gouvernement britannique a à plusieurs reprises insufflé du défi à Bruxelles pour être contraint à des retraites humiliantes parce que l’UE a les gros bataillons et que la Grande-Bretagne n’en a pas. Certains membres du gouvernement peuvent espérer que la guerre en Ukraine modifiera cet équilibre des forces, mais il n’y a aucune raison pour que ce soit le cas.

Pendant ce temps, Boris Johnson gagne sa place dans le panthéon de ceux qui ont favorisé une Irlande unie en sapant le mini-État de partage du pouvoir en Irlande du Nord, qui est sa seule alternative.

+++

Assistons-nous à l’étrange mort de l’Irlande protestante ? Venant moi-même de cette partie du monde, j’ai un intérêt personnel dans ce processus, qui se poursuit depuis l’émancipation des catholiques en 1829.

L’accord du Vendredi saint a fourni une solution de compromis que les syndicalistes d’Irlande du Nord auraient dû saisir à deux mains comme une recette garantissant leur position de façon permanente. Mais le Parti unioniste démocrate n’a jamais été satisfait du partage du pouvoir et, par une ineptie comique, s’est retrouvé avec une frontière commerciale le long de la mer d’Irlande.

Le gouvernement Johnson – peut-être le plus irresponsable de l’histoire britannique – s’allie désormais efficacement avec le DUP pour couler le protocole d’Irlande du Nord sans aucune idée de ce qu’il mettrait à sa place. Avec un peu de chance, ce morceau de bravade se terminera par une autre descente humiliante de Johnson, mais là encore, l’Irlande du Nord n’est pas un endroit chanceux.

Le choix de Cockburn – Fergal Keane : Vivre avec le SSPT

J’ai regardé le documentaire fascinant de mon ami Fergal Keane sur la vie avec le SSPT (trouble de stress post-traumatique) avec un intérêt qui était en partie personnel. Fergal avait rapporté des guerres barbares pendant des décennies et souffrait du stress mental accumulé d’être témoin de leur sauvagerie. J’ai été témoin d’une douzaine de guerres ou plus entre 1972 et aujourd’hui – mon incertitude quant au nombre est due au fait qu’une guerre se glisserait dans une autre, donc je ne sais pas si je dois les compter une ou deux fois.

Je ne pense pas avoir été traumatisé par quoi que ce soit, pas même le massacre de Sabra-Chatila en 1982, lorsque 1 500 Palestiniens ont été massacrés par des miliciens chrétiens à Beyrouth sous les yeux de l’armée israélienne.

Je me souviens de la douce odeur des corps en décomposition des femmes et des enfants entassés dans les ruelles du bidonville dans lequel ils vivaient. D’autres cadavres ont été à moitié enterrés par des bulldozers qui semblaient avoir tenté de cacher le massacre en creusant des fosses communes mais avaient abandonné car il y avait trop de morts à dissimuler.

Il me semble que je peux visualiser assez clairement ces horreurs mais elles ne m’ont jamais donné de cauchemars. Je soupçonne que j’ai été traumatisé mais par un événement au début de mon enfance lorsque j’ai attrapé la polio et passé plusieurs mois dans un service d’un hôpital orthopédique à Cork où la cruauté physique et la violence verbale envers les enfants handicapés étaient monnaie courante.

L’expérience a semblé avoir engourdi ma réaction à la violence et m’a même attiré vers elle plus tard.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/23/will-bojo-become-the-unwitting-hero-of-irish-revolution/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire