ONU : Plus de 100 millions de personnes déplacées de force dans le monde | Actualités du HCR

0
87

Ce chiffre combine les réfugiés, les demandeurs d’asile et près de 60 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Plus de 100 millions de personnes ont été chassées de chez elles dans le monde, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), citant de nouvelles données sur ceux qui fuient la violence, les conflits, la persécution et les violations des droits de l’homme.

La guerre en Ukraine a été l’un des facteurs qui ont poussé des millions de personnes à fuir, a déclaré le HCR lundi, ajoutant que des conflits prolongés dans des endroits comme l’Éthiopie et la République démocratique du Congo (RDC) étaient également à l’origine de ces chiffres élevés.

“C’est un record qui n’aurait jamais dû être établi”, a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, dans un communiqué. “Cela doit servir de signal d’alarme pour résoudre et prévenir les conflits destructeurs, mettre fin à la persécution et s’attaquer aux causes sous-jacentes qui forcent des personnes innocentes à fuir leur foyer”.

Le chiffre de 100 millions représente plus de 1 % de la population mondiale. Seuls 13 pays ont une population supérieure au nombre de personnes déplacées de force dans le monde.

En 2012, ce chiffre était de 41 millions alors qu’en 2019, il atteignait 79,5 millions.

En 2020, plus de 82 millions de personnes dans le monde ont été déplacées de force avec la pandémie de COVID-19 exacerbant certains facteurs préexistants.

Les données du HCR incluent les réfugiés, les demandeurs d’asile et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. La semaine dernière, un organisme humanitaire a déclaré que les personnes déplacées à l’intérieur du pays avaient atteint un record de près de 60 millions de personnes à la fin de l’année dernière.

Le nombre de personnes déplacées de force a atteint 90 millions à la fin de 2021, stimulé par la violence en Afghanistan, au Burkina Faso, en RDC, en Éthiopie, au Myanmar et au Nigeria, a indiqué le HCR.

La Russie a envahi l’Ukraine le 24 février et depuis lors, plus de huit millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays, tandis que plus de six millions de réfugiés ont traversé les frontières.

Grandi a appelé à l’action pour s’attaquer aux causes du déplacement, affirmant que l’aide humanitaire ne faisait que traiter les conséquences.

“Pour inverser cette tendance, la seule réponse est la paix et la stabilité afin que des innocents ne soient pas obligés de jouer entre danger aigu chez eux ou fuite précaire et exil”, a-t-il ajouté.

Le HCR fournira les données complètes sur les déplacements forcés en 2021 dans son rapport annuel sur les tendances mondiales, qui doit être publié le 16 juin.

“Une souffrance humaine sans précédent”

Un rapport conjoint publié la semaine dernière par l’Observatoire des déplacements internes (IDMC) et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a indiqué qu’environ 38 millions de nouveaux déplacements internes ont été signalés en 2021. Certains d’entre eux étaient le fait de personnes forcées de fuir plusieurs fois au cours de l’année.

Ce chiffre marque le deuxième plus grand nombre annuel de nouveaux déplacements internes en une décennie après 2020, qui a connu un mouvement record en raison d’une série de catastrophes naturelles.

L’année dernière, les nouveaux déplacements internes, spécifiquement dus au conflit, ont atteint 14,4 millions – marquant un bond de 50% par rapport à 2020, selon le rapport.

“Le chiffre de 100 millions de déplacés qui donne à réfléchir aujourd’hui est la preuve indiscutable que les dirigeants mondiaux laissent tomber les personnes les plus vulnérables du monde à une échelle jamais vue auparavant”, a déclaré le secrétaire général du NRC, Jan Egeland, dans un communiqué.

“Nous assistons à un fléau sans précédent de souffrance humaine.”

Il a déclaré que le système d’aide ne serait pas en mesure de soutenir 100 millions de personnes dans le besoin sans davantage de ressources.

“C’est deux fois le nombre de personnes par rapport à il y a dix ans, sans doubler le financement pour l’égaler”, a déclaré Egeland.

Les catastrophes naturelles ont continué de représenter la plupart des nouveaux déplacements internes, provoquant 23,7 millions de mouvements de ce type en 2021.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/23/un-more-than-100-million-people-forcibly-displaced-in-the-world

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire