Boy from Heaven: le thriller de Tarik Saleh se déroule dans Al-Azhar en Égypte | Actualités Arts et Culture

0
184

Cannes, France – Tarik Saleh, le réalisateur suédo-égyptien dont le nouveau film Boy from Heaven a été présenté en première dans la section compétition du Festival de Cannes cette semaine, se moque d’être qualifié d’audacieux et de courageux pour son travail.

« Je connais des Égyptiens et des Saoudiens qui sortent et disent la vérité. [They] aller en prison, se faire torturer, sortir et dire à nouveau la vérité. Ce sont des gens courageux », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« J’ai un passeport suédois. Je vis en Europe. j’ai tourné le film [that is set in Cairo] à Istanbul », dit-il.

Néanmoins, Boy from Heaven est sur le point d’ébouriffer les plumes avec sa représentation de la corruption, de l’hypocrisie et des luttes de pouvoir au sein de l’establishment religieux et de l’État égyptiens.

Le film est un thriller sur Adam (joué par Tawfeek Barhom), un jeune homme d’une communauté de pêcheurs du nord de l’Égypte qui reçoit une bourse pour étudier la pensée islamique à la prestigieuse université Al-Azhar du Caire avant d’être impliqué dans un complot visant à élire le prochain grand imam. C’est une histoire d’espionnage et de scandale, d’informateurs et d’assaillants, d’intrigues et de meurtres.

Le critique de cinéma Peter Bradshaw a salué «l’intersection entre un thriller complotiste et un drame humain plus général» dans le film.

“Boy from Heaven m’a un peu rappelé l’auteur anglais John Le Carré, qui écrit bien sûr sur l’espionnage et le coût humain de ce travail”, a-t-il déclaré à Al Jazeera. “[Saleh] défie également avec audace la corruption de l’Église et de l’État », déclare Bradshaw.

La dernière sortie de Saleh, The Nine Hilton Incident, a remporté le World Cinema Grand Jury Prize: Dramatic au Sundance Film Festival 2017, mais a été interdite en Égypte pour sa représentation de la corruption dans la police du pays.

Saleh pense que c’est son travail de faire des films sans penser aux retombées potentielles.

« Je crois qu’en tant qu’artiste, vous devez dire la vérité ; la vérité émotionnelle parce qu’il n’y a pas de vérité objective. Si vous êtes précis, et que vous essayez d’être honnête, et que vous ne spéculez pas, il y a une chance de dire quelque chose [of significance] par le cinéma », dit-il.

Tarik Saleh pose au 75e Festival de Cannes [Eric Gaillard/Reuters]

Le cadre du film dans l’un des établissements d’enseignement les plus renommés pour les musulmans sunnites le rend très inhabituel.

« Combien auraient connu Al-Azhar et le grand imam avant de voir le film ? demande Saleh.

Boy from Heaven essaie de présenter une vision globale du monde religieux, des verrues et de tout – le factionnalisme au sein de la foi en Al-Azhar, les divisions entre les libéraux et les conservateurs – mais ce n’est pas une attaque contre la foi islamique elle-même.

Saleh pense que les aspects les plus controversés seront dans sa représentation de l’ingérence de la sécurité de l’État dans l’establishment religieux et de l’abus de pouvoir – que ce soit par un individu ou une institution.

« Le pouvoir est une arme à double tranchant. Il peut facilement vous couper la main », affirme le protagoniste principal, Adam, dans le film.

Saleh pense qu’il a la responsabilité de raconter ce genre d’histoires.

« Les Égyptiens qui vivent en Égypte ne peuvent pas raconter l’histoire. C’est impossible. L’Égypte est une dictature militaire.

“Je suis quelqu’un d’autre que je n’aime pas être”

Élevé à Stockholm par une mère suédoise et un père égyptien, Saleh, 50 ans, se dit « musulman de tous les jours ».

« Je ne jeûne pas autant que je le devrais, je ne prie pas autant, je bois de l’alcool de temps en temps. Je connais cinq versets qu’il faut connaître pour pouvoir prier, mais je ne connais pas tout le Coran par cœur comme le faisaient mon grand-père et ma grand-mère », dit-il.

Son grand-père, d’ailleurs, a étudié à Al-Azhar – ce qui a éveillé la curiosité et l’envie de Saleh de faire un film sur l’université.

Saleh a travaillé en étroite collaboration avec un imam pendant qu’il écrivait le scénario du film parce qu’il voulait qu’il soit théologiquement correct et qu’il était conscient de l’omniprésence de l’islamophobie dans la culture populaire. « Nous avons eu des discussions incroyables. J’ai aimé lui poser toutes les questions interdites et il a eu ces belles explications », dit-il.

Saleh tient à souligner que Boy from Heaven est fictif. Le seul personnage réel dans le film est le président Abdel Fattah el-Sissi, mais même lui n’est présent que sous forme de photographie sur le mur. Le véritable grand imam d’Al-Azhar, Cheikh Ahmed Mohamed el-Tayeb, est quelqu’un que Saleh a décrit lors d’une conférence de presse comme une “voix sophistiquée de la raison dans une région pleine de voix folles et de dirigeants mégalomanes”.

Al-Azhar lui-même est un établissement d’enseignement moderne qui enseigne également des matières comme la médecine et l’informatique et qui compte des étudiantes.

“Ce que j’ai fait, c’est marier l’histoire avec la façon dont les choses sont aujourd’hui pour créer une réalité parallèle”, dit-il.

Saleh pense que l’être humain doit constamment se poser la question qui forme la dernière ligne de son film : « Qu’as-tu appris ? C’est la ligne qui a motivé Barhom à assumer le rôle principal.

« C’est un voyage. Il s’agit de grandir dans ces endroits qui pourraient vous priver un peu de jeunesse, mais vous arrivez à un point où vous êtes la meilleure version de vous-même, pour faire face à tout ce que la vie vous réserve », a déclaré Barhom lors d’une conférence de presse.

Garçon du ciel
La dernière ligne du film – “Qu’avez-vous appris?” – a motivé Barhom à assumer le rôle principal [Still from Boy from Heaven/Atmo]

En fin de compte, Saleh pense que le film a une résonance universelle, en ce sens qu’il s’agit de personnes aux prises avec le conflit entre ce en quoi elles croient et ce qu’elles doivent faire.

Il a dit que ce conflit s’applique à son propre travail et se décrit comme un réalisateur réticent qui fait des films parce que les autres ne le peuvent pas et parce qu’il ne fait pas confiance aux autres réalisateurs pour son écriture, ainsi que pour des raisons plus prosaïques.

« Je suis père de deux enfants. Je dois mettre de la nourriture sur la table. Et en tant que réalisateur, je suis bien payé, parce que les gens pensent que je suis doué pour ça », s’amuse-t-il.

Il a dit qu’il trouve être sur les plateaux de tournage un processus tortueux; il aime être avec les acteurs et l’équipe, mais déteste les commander.

« Je suis quelqu’un d’autre que je n’aime pas être », dit-il. « Je dois être comme un général qui sacrifie des gens et c’est très dur. C’est brutal. J’ai l’impression d’être un gars qui envoie simplement les gens mourir », dit-il.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/28/boy-from-heaven-cannes-film-festival-tarik-saleh-egypt-al-azhar

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire