Braconnage et trafic d’espèces sauvages liés à la Chine au Mexique

0
300

RÉSUMÉ

Le trafic d’espèces sauvages du Mexique vers la Chine reçoit peu d’attention internationale, mais il se développe, aggravant les menaces à la biodiversité mexicaine posées par le braconnage préexistant pour d’autres marchés, y compris les États-Unis. Étant donné que les groupes criminels mexicains contrôlent souvent de vastes territoires au Mexique qui deviennent des zones interdites pour les représentants du gouvernement et les défenseurs de l’environnement, la visibilité sur l’étendue du braconnage, de l’exploitation forestière illégale et du trafic d’espèces sauvages au Mexique est limitée. Il est cependant probable que l’ampleur du braconnage et du trafic, y compris vers la Chine, soit plus importante qu’on ne le pense généralement.

Les espèces terrestres et marines, ainsi que le bois, récoltés illégalement au Mexique pour les marchés chinois menacent de plus en plus la biodiversité du Mexique. Parmi les espèces braconnées au Mexique et passées en contrebande en Chine, parfois via les États-Unis, figurent des reptiles, des concombres de mer, des totoaba, des ormeaux, des requins, et de plus en plus probablement des jaguars ainsi que diverses espèces de palissandre.

Le commerce légal d’espèces sauvages du Mexique vers la Chine, comme les concombres de mer et les peaux de crocodiliens, fournit une couverture pour le blanchiment des animaux braconnés. La pêche illégale représente une proportion stupéfiante de la production de poisson du Mexique, mais même l’industrie légitime de la pêche et de l’exportation fournit un moyen d’acheminer vers la Chine les produits marins capturés illégalement.

Le commerce légal d’espèces sauvages facilite également de plus en plus les activités de blanchiment d’argent des groupes criminels mexicains, divers produits d’espèces sauvages étant utilisés par les groupes criminels mexicains comme mécanisme de transfert de valeur aux commerçants chinois en échange de précurseurs chimiques de drogues illégales telles que le fentanyl et la méthamphétamine, qui sont puis produit au Mexique à partir des précurseurs. En effet, au Mexique, bien plus que dans d’autres parties du monde, le braconnage et le trafic d’espèces sauvages pour les marchés chinois sont de plus en plus étroitement liés au trafic de drogue, au blanchiment d’argent et au transfert de valeur dans les économies illicites. Pourtant, la relation entre les commerçants chinois d’espèces sauvages et les groupes criminels organisés mexicains connaît également des changements importants.

Les groupes criminels organisés à travers le Mexique, en particulier le cartel de Sinaloa, cherchent à monopoliser la pêche légale et illégale tout au long de la chaîne d’approvisionnement verticale. Au-delà de la simple exigence d’une partie des bénéfices, ils dictent aux pêcheurs légaux et illégaux combien les pêcheurs peuvent pêcher, insistant sur le fait que les pêcheurs ne vendent la récolte qu’aux groupes criminels et que les restaurants, y compris ceux qui s’adressent aux touristes internationaux, n’achètent que du poisson des groupes criminels. Les groupes criminels organisés mexicains fixent les prix auxquels les pêcheurs peuvent être indemnisés et les restaurants sont payés pour les produits marins des cartels. Les groupes criminels forcent également les usines de transformation à transformer le poisson apporté par les groupes criminels. Et ils facturent des frais d’extorsion aux exportateurs de fruits de mer.

Cette prise de contrôle des pêcheries par des groupes criminels mexicains met davantage les commerçants chinois en contact direct avec eux et modifie les schémas relationnels. Alors qu’il y a une décennie et demie, les commerçants chinois de produits sauvages légaux et de produits sauvages illégaux traitaient directement avec les chasseurs, les braconniers et les pêcheurs locaux, de plus en plus, les groupes criminels organisés mexicains se sont insérés de force en tant qu’intermédiaires, dictant que les producteurs doivent vendre à eux et qu’ils revendront eux-mêmes aux commerçants et trafiquants chinois qui acheminent le produit des frontières mexicaines vers la Chine.

À l’inverse, comme dans l’exploitation forestière illégale, l’intérêt des commerçants chinois pour une espèce animale ou végétale et les efforts pour s’approvisionner au Mexique à grande échelle pour les marchés chinois attirent l’attention des groupes criminels mexicains.
Le gouvernement chinois, pour la plupart, rejette la responsabilité de la Chine dans le braconnage et le trafic d’espèces sauvages au Mexique et insiste sur le fait que ces problèmes incombent plutôt au gouvernement mexicain à résoudre. La coopération en matière de prévention et de répression a été minime et sporadique. Le gouvernement chinois n’a pas tenu à officialiser la coopération Chine-Mexique ou Chine-Mexique-États-Unis contre le trafic d’espèces sauvages, préférant une coopération informelle au cas par cas.

Néanmoins, sous une pression internationale intense, le gouvernement chinois est allé au-delà des saisies de la vessie natatoire totoaba introduite en contrebande en Chine depuis le Mexique et, en 2018, a organisé plusieurs raids d’interdiction contre les marchés de détail. Ces raids ont mis fin aux ventes ouvertement visibles et flagrantes de produits sauvages illégaux. Ces commerces de détail se sont déplacés à huis clos et sur des plateformes en ligne privées. Mais il ne semble pas que la Chine ait maintenu ses efforts pour contrer le commerce de détail illégal désormais plus caché et organiser des raids contre les ventes clandestines.

Les organismes mexicains de protection de l’environnement et d’application de la loi sur l’environnement s’affaiblissent à la suite des actions de l’administration Andrés Manuel López Obrador, alors même que les ressources naturelles mexicaines sont de plus en plus menacées par le crime organisé et les trafiquants d’espèces sauvages. Les agences environnementales mexicaines manquent de mandats, de personnel et d’équipement pour prévenir et arrêter la criminalité environnementale. Les responsables gouvernementaux, les commerçants légaux de produits fauniques et même les forces de l’ordre au Mexique sont systématiquement corrompus et intimidés par le crime organisé et le mauvais état de droit facilite le braconnage, l’exploitation forestière illégale et le trafic d’espèces sauvages vers la Chine.

Prévenir des dommages bien plus importants à la biodiversité du Mexique dus à la récolte et au braconnage illégaux et au trafic d’espèces sauvages et de bois nécessite une attention urgente au Mexique avec des ressources beaucoup plus dédiées, ainsi qu’une coopération internationale significative, pour identifier et démanteler les réseaux de contrebande et les marchés de détail.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire