Canada. Appels à lutter contre l’islamophobie, 1 an après l’attentat de Londres | Actualités sur l’islamophobie

0
100

Les communautés musulmanes “sont encore sous le choc” de l’attaque meurtrière contre une famille musulmane à London, en Ontario, l’année dernière, selon un avocat.

Montréal Canada – Les dirigeants de la communauté musulmane au Canada renouvellent leurs appels à lutter contre l’islamophobie alors qu’ils commémorent le premier anniversaire d’une attaque meurtrière contre une famille musulmane qui, selon les autorités, était motivée par la haine.

Plus de 150 délégués rencontrent lundi des parlementaires dans la capitale, Ottawa, pour exiger des mesures concrètes pour lutter contre l’islamophobie et les crimes haineux, a déclaré Fatema Abdalla, porte-parole du groupe de défense du Conseil national des musulmans canadiens (NCCM).

Une marche contre l’islamophobie aura également lieu lundi soir, a indiqué le NCCM dans un communiqué.

“Les communautés musulmanes sont encore sous le choc de cet incident”, a déclaré Abdalla à Al Jazeera lors d’un entretien téléphonique à propos de l’attaque meurtrière à London, en Ontario, le 6 juin de l’année dernière.

« Cette attaque brutale a modifié à jamais la relation que la communauté musulmane entretient avec le Canada. Les musulmans ont peur de traverser la rue ; ils ont peur de se rassembler dans les masjids [mosques] sans avoir à regarder par-dessus leur épaule.

Salman Afzaal, 46 ans, sa femme de 44 ans, Madiha Salman, leur fille de 15 ans, Yumna, et sa grand-mère de 74 ans, Talat Afzaal, ont été tués lorsqu’un chauffeur les a renversés avec une camionnette alors qu’ils ils étaient sortis se promener. Le fils de neuf ans du couple, Fayez, a été grièvement blessé.

Le chef de la police a déclaré à l’époque que les victimes étaient « visées en raison de leur foi islamique ».

L’attaque a renouvelé le chagrin et le traumatisme des membres de la communauté musulmane à travers le Canada, dont beaucoup étaient encore sous le choc après un assaut meurtrier en 2017 contre une mosquée de Québec qui a fait six morts et un coup de couteau mortel dans une autre mosquée de Toronto en 2020.

Pendant des années, les dirigeants de la communauté musulmane ont appelé les autorités à lutter contre le racisme, la violence motivée par la haine et la prévalence des groupes d’extrême droite au Canada.

Des chercheurs en 2020 ont découvert que le nombre de groupes haineux opérant dans le pays avait triplé ces dernières années, la rhétorique anti-musulmane étant l’un des sujets “les plus saillants” parmi les extrémistes de droite en ligne.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s’est engagé à s’attaquer au problème en organisant un sommet national sur l’islamophobie en juillet de l’année dernière.

Dimanche, Trudeau et d’autres représentants du gouvernement ont assisté à une marche à Londres pour se souvenir de la famille Afzaal et s’unir contre la haine.

« Cet après-midi à Londres, des milliers de personnes se sont présentées pour honorer la famille Afzaal ; être là pour Fayez, qui a survécu ; et de marcher contre l’islamophobie. En mémoire de #OurLondonFamily, nous devons continuer à travailler ensemble et à utiliser tous les outils dont nous disposons pour combattre cette haine », Trudeau a écrit sur Twitter.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau défile à London, Ontario, le 5 juin 2022 [Chris Helgren/Reuters]

L’année dernière, le CNMC a présenté une liste de 61 recommandations pour lutter contre l’islamophobie à tous les niveaux de gouvernement, notamment par l’élaboration d’une stratégie fédérale de lutte contre l’islamophobie et la fourniture de fonds pour aider les victimes de crimes motivés par la haine.

Le groupe a également exhorté les provinces canadiennes à s’assurer que leurs directions antiracistes disposent de ressources suffisantes et a appelé les municipalités à financer les efforts communautaires pour résoudre le problème.

Abdalla du NCCM a déclaré que bien que certaines mesures positives aient été prises au cours de la dernière année – y compris la réintroduction d’une législation qui permettrait une surveillance civile de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) – d’autres mesures sont nécessaires.

«Nous pensons que cela commence par le haut. Nous devons voir le changement et nous devons le voir maintenant, et l’un des principaux moyens d’y parvenir est d’informer notre société canadienne des dommages réels causés par l’islamophobie », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

Pendant ce temps, le suspect de l’attaque de Londres, Nathaniel Veltman, fait face à quatre chefs de meurtre au premier degré, un chef de tentative de meurtre et des accusations de terrorisme. Son procès doit débuter en septembre 2023, les médias canadiens ont signalé.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/6/canada-calls-to-tackle-islamophobia-1-year-after-london-attack

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire