Cauchemar américain – CounterPunch.org

0
56

Source photo : Meme Star27 – CC BY-SA 4.0

Un père a caché son jeune fils dans une benne à ordures alors qu’il cherchait le reste de sa famille au milieu de tirs rapides…

Une zone de guerre ? Non. Juste un autre jour aux États-Unis. Jour de l’Indépendance, dans une nation dont la Cour suprême a l’intention de démolir l’indépendance de la moitié de la population, tout en accordant encore plus de droits à ceux qui veulent la terroriser.

Même à l’étranger, je sais que beaucoup de mes amis américains se sentent anxieux. Beaucoup sont en deuil. Avec chaque liberté civile rognée, ils se sentent impuissants alors qu’ils regardent leur pays glisser régulièrement sur une colline escarpée vers un cauchemar christo-fasciste. Des vacances comme le 4 juillet ne font qu’aggraver ce chagrin. L’absurdité des drapeaux et des hymnes vantant la «liberté» et la «liberté» alors que ces termes mêmes sont dépouillés de toute valeur qu’ils auraient pu avoir autrefois. Et maintenant, encore une autre fusillade de masse à ajouter à une liste sans cesse croissante.

En vérité, il y a toujours eu des moments aux États-Unis où les Américains ont cherché à échapper à leur république. Mais j’ai remarqué une hausse au cours des cinq dernières années. Et j’ai eu beaucoup de contacts avec moi pour savoir comment réussir à fuir. Pourtant, je vois encore tant d’Américains faire tout ce qu’ils peuvent pour soutenir le cadavre de la démocratie américaine tout en le maquillant et en le parfumant pour masquer sa putrescence. Une sorte de théâtre kabuki de la démocratie avec tous les accessoires appropriés pour la mascarade. Indépendamment de l’effort, l’écriture semble être sur le mur. Les États-Unis sont un État en faillite où la démocratie est essentiellement morte en tout sauf en apparence.

Si nous voulons être honnêtes, il était inévitable que la misère que l’Empire américain a apportée à des millions de personnes dans le Sud global finirait par revenir à la maison. Combien de dirigeants démocratiquement élus ont été renversés par les États-Unis ? Combien de coups d’Etat et de complots fomentés par la CIA ? Lumumba ? Mosadegh ? Allende ? Combien d’Américains ont même entendu parler de ces personnes ? Combien de champs de la mort ont été inondés du sang d’innocents grâce aux guerres de conquête américaines ? Corée? Viêt Nam ? Cambodge? Laos? Panama? Guatemala? Irak? Libye?

Et en réalité, le Sud global comprend également des millions d’Américains qui ont été relégués dans les zones sacrifiées du capitalisme. Ceux qui résident aux marges de l’empire. Oublié et ridiculisé pour être pauvre. Abattus par des policiers militarisés dans la rue ou à leur domicile ou incarcérés parce qu’ils sont noirs. Brutalisé, effacé et privé de ses droits parce qu’il est autochtone. Mis en cage et fouetté par des voyous bottés pour être sans papiers. Décrié et criminalisé pour être sans abri.

Rien de tout cela est nouveau. Après tout, les États-Unis ont été construits sur le sol d’un charnier. Sa perruque poudrée, son nettoyage ethnique, sa possession d’esclaves, ses fondateurs ont conçu la farce qui allait devenir «l’expérience américaine». La suprématie blanche a imprégné ses racines puisque sa «révolution» n’avait pour but que de maintenir une économie d’esclavage et de génocide. En fait, ses maisons gouvernantes ont été construites par le travail forcé. Une guerre sanglante a dû être menée pour mettre fin à l’esclavage, et même après la fin de la guerre, elle a codifié le racisme dans la ségrégation tout en terrorisant les Noirs avec la menace de lynchage pendant des décennies. À commencer par la décimation du bison, sa diversité écologique a été violée sans relâche pour un gain matériel. L’exploitation capitaliste est la religion sacro-sainte de la terre. En fait, la seule chose qui a rendu l’Amérique “exceptionnelle” a été sa capacité à convaincre tant de ses sujets que sa cruauté est vertueuse et ordonnée par la main bienveillante du Divin.

Pourtant, même avec ce passé rance, les gens ordinaires se sont révoltés contre une telle oppression tyrannique. Les travailleurs ont protesté contre leur exploitation, tombant souvent sous le massacre des troupes fédérales et étatiques. Les esclaves se sont révoltés, souffrant souvent horriblement pour cela. Les femmes, les personnes noires et brunes, les autochtones, les homosexuels et d’autres segments marginalisés de la société se sont unis dans la solidarité pour exiger leurs droits humains. Des gens de tous horizons se sont regroupés pour exiger des protections environnementales. Et bien des fois, ils ont réussi à forcer la main au pouvoir.

Mais au cours des dernières années, ces batailles durement gagnées ont été brutalement attaquées par une extrême droite qui s’est sentie à la fois menacée et enhardie. Alors que les droits et libertés civiques sont rendus inertes, les armes à feu prolifèrent. Les fusillades de masse se sont normalisées. L’adhésion aux milices blanches augmente. Le logement et les soins de santé sont de plus en plus alloués aux riches comme un luxe. La démographie de l’État change, tandis que les leviers du pouvoir dans cet État sont séquestrés par une minorité de plus en plus réduite de la classe dirigeante. Et c’est l’essence du fascisme : l’humain, le vivant et la terre ne sont rien, l’arme, la richesse et le pouvoir sont tout. Avec la seule opposition semblant résider dans le Parti démocrate incompétent, détenu par les grandes entreprises et totalement inefficace, il n’est pas étonnant que tant de personnes se sentent impuissantes face à un autoritarisme aussi flagrant et éhonté.

De nombreux Américains blancs et libéraux se sentent anxieux aujourd’hui parce qu’ils ont enfin un avant-goût de la brutalité que leur classe dirigeante, avec la capitulation de la bourgeoisie, a infligée à des millions de personnes pendant des décennies. Ils sont en deuil et cela peut être un catalyseur positif. Il a le pouvoir d’unir les gens dans la solidarité contre l’injustice. Mais cela peut aussi être paralysant. Au dire de tous, la montée d’un fascisme encore plus audacieux aux États-Unis est inévitable. On ne peut qu’espérer que la montée de son ennemi juré le soit également.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/06/american-nightmare/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire