Qu’est-ce qui serait différent dans une économie socialiste ?

0
61

La Bourse de New York est peut-être la première expression institutionnelle de l’économie capitaliste. Il est difficile d’évoquer une image du capitalisme américain sans inclure le panneau Wall Street au coin de Broad, ou le paysage de rue en pierre de la bourse avec ses drapeaux américains, ou la statue en bronze du « taureau qui charge » à Bowling Green.

Wall Street est pour certains un merveilleux emblème de l’exceptionnalisme américain. Pour la plupart d’entre nous, c’est une image de désolation morale et de criminalité. En effet, depuis qu’elle est devenue le centre de la finance américaine au XIXe siècle, Wall Street a été à plusieurs reprises la cible de protestations de travailleurs qui la reconnaissent comme un lieu où leurs ennemis s’organisent pour les arnaquer et détruire leur vie.

Ainsi, lorsque vous pensez au « socialisme », vous pourriez, non sans raison, évoquer des images de la prise d’assaut et de l’incendie des bourses partout. Pourtant, une économie socialiste conserverait probablement la machinerie de Wall Street, mais à des fins remodelées. Pour comprendre pourquoi et comment une économie socialiste pourrait fonctionner, il est important de saisir d’abord à quel point l’économie capitaliste est remarquable. Avant elle, aucune société humaine ne s’est approchée du développement de la science, des technologies et des capacités industrielles que nous tenons maintenant pour acquises.

Prenez la production de l’une des choses les plus importantes pour la survie humaine : la nourriture. Avant le capitalisme, les économies étaient principalement agraires, l’existence continue d’une population donnée étant presque entièrement dépendante des rendements des cultures saisonnières. La survie était une proposition d’année en année, la famine juste une inondation, une sécheresse, une récolte ratée. “Une mauvaise année comme 1817 pourrait, même dans la paisible Suisse, produire un excédent réel de décès sur les naissances”, notait le regretté historien Eric Hobsbawm dans son livre de 1962. L’âge de la révolution.

Aujourd’hui, grâce au capitalisme, la rareté appartient au passé. La quantité de nourriture disponible pour un individu en France, par exemple, est estimée à plus du double de ce qu’elle était avant la révolution de 1789, même si la population a plus que doublé, passant de 28 millions à 68 millions. Partout dans le monde, le volume a augmenté de près de 50 % au cours des 60 dernières années, passant de moins de 2 200 calories par personne et par jour à plus de 2 900, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. L’apport calorique quotidien recommandé étant compris entre 2 000 et 2 500 par jour suggère qu’il y a plus qu’assez de nourriture disponible pour tout le monde sur la planète.

Il y a un problème évident, n’est-ce pas ? Partout dans le monde, des milliards de personnes souffrent de la faim. À l’extrême, l’organisation humanitaire Action contre la faim estime que plus de 800 millions de personnes sont sous-alimentées. Même dans les pays les plus riches, il y a un problème. En Australie, par exemple, plus d’un adulte sur six et plus d’un million d’enfants sautent régulièrement des repas, selon Foodbank, une organisation caritative.

Ce détail mineur – plus qu’assez produit mais des milliards de personnes en difficulté – se reproduit dans presque tous les domaines : logement, revenus, soins de santé, éducation, etc. Le problème est que, alors que le capitalisme excelle à produire des masses de choses, il échoue lamentablement dans les répartir de manière équitable.

« L’ouvrier est la source de toute richesse », un article du Coopérateur du Lancashire remarquable de l’Angleterre du XIXe siècle. « Qui a récolté toute la nourriture ? L’ouvrier à moitié nourri et appauvri. Qui a construit toutes les maisons, les entrepôts et les palais qui sont possédés par les riches, qui ne travaillent ni ne produisent jamais rien ? L’ouvrier. Qui file tout le fil et fabrique tout le tissu ? La fileuse et la tisserande… [Yet] l’ouvrier reste pauvre et démuni, tandis que ceux qui ne travaillent pas sont riches.

Les choses n’ont pas beaucoup changé depuis ces premières années du capitalisme. Selon le groupe financier Credit Suisse, les 1 % d’adultes les plus riches de la planète possèdent ensemble près de 300 000 milliards de dollars australiens de richesse personnelle, soit environ 46 % de la richesse personnelle totale du monde. Mais les 55 % les plus pauvres, soit près de 3 milliards de personnes, ne possèdent que 1,3 % de la richesse, soit en moyenne moins de 2 000 dollars australiens par personne.

Ce n’est pas seulement que la répartition de la richesse personnelle est inégale, c’est que l’infrastructure productive – les usines, les mines, les immeubles de bureaux, les terres arables, les systèmes de télécommunications, les réseaux de transport, etc. – est détenue et contrôlée par les riches et utilisé pour les enrichir davantage.

L’un des premiers objectifs d’une économie socialiste serait de placer toutes ces ressources économiques importantes sous la propriété et le contrôle collectifs des travailleurs. Ce faisant, la majorité de la population gagnerait la capacité de décider quelles devraient être les priorités de la production et de la distribution.

Cela nous ramène à ces bourses. Chaque jour, l’Australian Securities Exchange à Sydney exécute près de 2 millions de transactions. Le système est remarquablement efficace pour jumeler les acheteurs et les vendeurs d’un large éventail d’instruments financiers. Dans l’ensemble, ce ne sont que des personnes riches qui s’enrichissent en achetant et en vendant des droits de propriété sur des entreprises et d’autres choses. Eux, ou leurs courtiers, se connectent simplement, regardent ce qui est disponible à l’achat et échangent.

Dans une économie socialiste, ce type de technologie, au lieu d’être utilisé pour relier les commerçants capitalistes du monde entier, pourrait être utilisé pour relier chaque lieu de travail et chaque banlieue d’une ville, chaque ville d’un pays et chaque pays du monde. Au lieu d’échanger sans cesse des droits de propriété sur différentes entreprises, les échanges seraient de simples déclarations de besoins et de disponibilités. Autrement dit, une région donnée ferait savoir au système combien elle avait produit de certains biens et combien de certains autres biens sa population avait besoin pour la semaine (ou la journée, selon le cas). Le système équilibrerait alors toutes les revendications et la société saurait immédiatement où il y avait des excès et où il y avait des pénuries et modifierait la production en conséquence.

Cela semble si simple qu’il est tout à fait utopique. Mais c’est fondamentalement la façon dont le monde fonctionne déjà. Prenez les vastes chaînes d’approvisionnement mondiales reliant les fermes aux ports avec les fabricants de produits alimentaires avec les entrepôts avec les supermarchés – tout est coordonné jusqu’au dernier kilogramme entre les acheteurs et les vendeurs. Lorsqu’il s’agit de ce type de distribution, le capitalisme est en général incroyablement efficace.

Donc, pendant que vous lisez ceci, quelque part un responsable de chaîne de supermarché scanne une série de codes-barres et entre une quantité correspondante d’unités pour chaque article ; demain, un camion arrivera avec plusieurs palettes de ce qu’ils ont commandé. C’est aussi simple que ça. Si vous remontiez 200 ans dans le temps et essayiez d’expliquer cela à quelqu’un, il vous considérerait probablement comme complètement fou. Pourtant, nous sommes tous ici, vivant dans un monde dans lequel un étranger dans un camion se présente avec une montagne de marchandises après que quelqu’un ait pointé un pistolet laser sur une série de lignes noires sur un petit morceau de papier. Merveilleux.

Aujourd’hui, le processus est supervisé par le petit nombre de propriétaires des chaînes de production et de distribution qui autorisent leurs travailleurs à passer des commandes et à traiter les livraisons uniquement s’ils pensent que leur entreprise gagnera de l’argent. C’est la limite de l’économie capitaliste et de son efficacité. Mais il n’y a aucune raison technique pour que cette opération ne puisse pas être exécutée à la place pour répondre aux besoins humains. L’ensemble du processus est déjà effectué par les travailleurs – de la production de la nourriture à la conduite des camions en passant par l’empilement des étagères dans les magasins. Il suffirait que la production et la distribution soient placées sous le contrôle démocratique de ceux qui font tout le travail.

Sous le capitalisme, des patrons comme Jeff Bezos récoltent les fruits de leurs travailleurs appauvris et exploités, puis se retournent et disent : « Je veux aller dans l’espace » – et ça arrive. Sous le socialisme, les travailleurs récolteraient les fruits de leur propre travail et les communautés se retourneraient et diraient : « Nous avons besoin d’un hôpital » – et cela arriverait. Ce n’est pas matériellement ou techniquement différent; c’est juste un ensemble différent de priorités et de bénéficiaires.

Parallèlement à son incapacité à répartir équitablement les choses, le capitalisme génère une énorme quantité de déchets. Le premier est la montagne de choses qui sont jetées parce qu’elles ne sont pas vendues. Encore une fois, prenez de la nourriture. Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement, près de la moitié de tous les fruits et légumes produits dans le monde sont gaspillés. Aux États-Unis, c’est environ 30% de tous les aliments. De cela, jusqu’à un tiers du gaspillage se produit à la ferme et un quart au niveau de la vente au détail. C’est en fait travail supplémentaire pour garder les gens affamés – les producteurs et les vendeurs de denrées alimentaires doivent consacrer plus de temps à s’organiser pour jeter ou retirer les produits invendus, plutôt que de simplement permettre qu’ils soient distribués, de la manière habituelle, à ceux qui en ont besoin. De plus, ils ont gaspillé tout le travail à le produire en premier lieu pour le voir pourrir. C’était aussi un gaspillage massif de nutriments du sol et de précieuses ressources en eau.

Deuxièmement, il y a l’énorme quantité d’obsolescence planifiée dans la production capitaliste : beaucoup de choses sont conçues pour s’effondrer ou avec une courte durée de vie, de sorte que les gens reviennent et les rachètent encore et encore. L’obsolescence programmée à l’échelle industrielle serait née au début du XXe siècle avec le cartel Phoebus dans la fabrication de globes lumineux, qui a décidé de limiter la durée de vie des ampoules à environ 1 000 heures. L’idée est maintenant intégrée dans presque toutes les industries. C’est un tel gaspillage de main-d’œuvre et de ressources, mais c’est le modèle de production qui rapporte le plus d’argent aux entreprises. Dans de nombreux cas, il est moins coûteux de faire baisser les salaires et de produire de plus en plus de nouvelles choses que de créer des produits durables ou utilisables. (Saviez-vous que quelque 24 milliards de paires de chaussures sont vendues chaque année ?)

Troisièmement, il y a le gaspillage monumental d’industries entières et du travail qui leur est associé : des choses comme la profession juridique ou les ventes et le marketing. Une estimation du coût pour mettre fin à la faim dans le monde (en utilisant les moyens économiques capitalistes existants) est d’environ 33 milliards de dollars américains par an sur dix ans. Comparez cela à l’investissement dans le marketing : la société américaine de conseil et de recherche Forrester prévoit qu’il atteindra 4 700 milliards de dollars américains en 2025. Ce sont des milliards de dollars et des millions d’heures de travail, chaque année, dépensés par les entreprises qui tentent de nous convaincre d’acheter leurs produits, qui vont bientôt s’effondrer, plutôt que les produits de leurs concurrents, qui sont généralement les mêmes et s’effondrent également.

C’est de la folie.

Une économie socialiste se débarrasserait de la plupart de ces déchets presque du jour au lendemain en commençant par des questions simples auxquelles toute la population pourrait répondre : « Premièrement, de quoi avons-nous tous besoin ? Deuxièmement, que voulons-nous ? Troisièmement, de combien de ressources disposons-nous ? Quatrièmement, quelles sont nos priorités ? » Une énorme quantité d’espaces de bureaux, d’usines, de terres fertiles, de machines et, surtout, de temps de travail, serait libérée en partant de ces questions, plutôt que des questions des capitalistes (“Comment puis-je donner envie aux gens d’acheter ce produit , comment puis-je générer un profit ? »).

Pensez à tous les millions d’heures de travail gaspillées qui pourraient autrement être utilisées pour augmenter la production de choses en pénurie, ou pour réduire la semaine de travail en produisant des choses pour durer (réduisant ainsi le besoin de produire autant) ou en apportant à un plus grand nombre de travailleurs dans les industries productives et à réduire les heures de travail de chacun, tout en répondant aux besoins de chacun.

Enfin, une économie socialiste serait plus rationnelle. Les défenseurs du capitalisme parlent toujours de l’innovation de leur système. Comme indiqué ci-dessus, c’est le cas. Mais encore une fois, cela a de sérieuses limites. Prenez la dépendance économique actuelle au pétrole, au charbon et au gaz. En quoi est-ce vraiment innovant d’être marié à des sources d’énergie du XIXe siècle ? Encore une fois, le problème, ce sont les profits : les énormes entreprises déjà investies et déterminées à tirer chaque centime de l’économie des combustibles fossiles ne lâcheront tout simplement pas. Une économie socialiste, dirigée par la majorité dans l’intérêt de tous, ne permettrait tout simplement pas que notre planète soit saccagée pour que quelques-uns d’entre nous puissent vivre mieux que les autres.

Arriver à une économie socialiste ne sera pas simple – nous avons besoin d’une révolution ouvrière pour dépasser le capitalisme. Mais une fois que nous y serons, il sera assez facile d’utiliser les technologies et les processus existants pour faire fonctionner le monde selon la maxime : « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ». Le poète Bertolt Brecht l’a dit le mieux dans son poème « À la gloire du communisme » :

C’est raisonnable. Vous pouvez le saisir. C’est simple.

Vous n’êtes pas un exploiteur, donc vous comprendrez.

C’est bon pour toi. Regardez-le.

Les imbéciles l’appellent stupide, et les sales l’appellent sale.

C’est contre la saleté et contre la bêtise.

Les exploiteurs appellent cela un crime.

Mais nous savons :

C’est la fin de tous les crimes.

Ce n’est pas de la folie mais

La fin de la folie.

Ce n’est pas le désordre,

Mais commande.

C’est la chose simple

C’est difficile à faire.

Source: https://redflag.org.au/article/what-would-be-different-about-socialist-economy

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire