Changement climatique et accès à l’électricité

0
268

Comme les dirigeants l’ont convenu à la fin de l’année dernière lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, si le monde ne parvient pas à s’unir pour atténuer les impacts imminents du changement climatique, l’Afrique sera aux prises avec la sécheresse, l’élévation du niveau de la mer, les conflits potentiels sur l’accès à l’eau, et des phénomènes météorologiques violents de plus en plus fréquents, parmi d’autres catastrophes naturelles possibles.

La réponse mondiale au changement climatique doit intégrer le contexte historique des émissions. Comme cela a été largement noté, la Chine, l’Europe et les États-Unis sont les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre. Donner la priorité à la transition vers les énergies renouvelables et imposer des exigences de réduction des émissions plus élevées à l’UE, aux États-Unis et à la Chine allégera le fardeau des pays qui ont encore besoin d’une variété de méthodes de production d’électricité pour accroître l’accès à l’énergie.

Non seulement l’Afrique est la moins responsable des émissions de gaz à effet de serre, mais les forêts du bassin du Congo (derrière l’Amazonie) sont vitales pour absorber le CO2 émis par les autres continents. Garder les poumons du monde intacts doit être plus précieux que de les abattre. Le maintien de ces ressources naturelles est essentiel pour lutter contre le changement climatique mondial et nécessite un soutien externe pour valoriser et encourager correctement leur préservation.

Un autre grand défi est le manque d’accès à l’électricité. Aujourd’hui, près de 600 millions des 1,2 milliard d’Africains n’ont pas accès à l’électricité. En Afrique subsaharienne, 12 millions de nouvelles personnes entrent chaque année sur le marché du travail. Notre prospérité et notre paix dépendent de notre développement économique et de la création de suffisamment d’opportunités d’emplois rémunérateurs pour notre population croissante. Ce n’est pas quelque chose qui peut être fait dans l’obscurité. Sans parvenir à un accès universel à l’électricité, nous serons vulnérables au sous-développement, au chômage élevé, à une crise migratoire et à l’instabilité. Compte tenu de l’interaction étroite de ces défis ainsi que de leur menace pour l’ensemble de la région, nous devons trouver un moyen de résoudre les deux si notre continent veut réaliser un avenir pacifique et prospère.

Pour réduire le plus rapidement possible l’écart d’accès à l’énergie, l’Afrique doit utiliser une variété de sources d’énergie déjà utilisées par les États-Unis, l’UE et la Chine tout en éliminant progressivement le charbon. Un tel changement nécessite de mobiliser des financements de développement pour soutenir les projets de gaz naturel, hydroélectriques et géothermiques, ainsi que l’énergie éolienne et solaire.

Il est important de noter que le double standard pour les pays du Nord ayant un accès universel à l’énergie a été pleinement exposé à la COP 26. Par exemple, le chef du climat de l’UE, Frans Timmermans, a déclaré : «[The European Union] devra également investir dans les infrastructures de gaz naturel. Tant que nous le faisons dans l’optique de ne le faire que pendant un certain temps, je pense que c’est un investissement justifié. L’UE et les États-Unis, qui contrôlent des parts de vote importantes dans les plus grandes institutions financières internationales (IFI), ont ensuite mené une promesse de 20 pays de cesser de financer des projets gaziers à l’étranger. Sans le soutien des IFI, les nations africaines seront incapables de construire et d’entretenir l’infrastructure nécessaire pour utiliser notre gaz naturel. Ce contraste frappant entre les mots et les actions envoie le message que le gaz naturel est considéré comme un pont vers les énergies renouvelables dans le Nord global – où l’accès à l’électricité est sécurisé – tandis que le gaz naturel est un luxe inutile pour les Africains qui n’ont toujours pas accès à une électricité fiable.

Notre prospérité et notre paix dépendent de notre développement économique et de la création de suffisamment d’opportunités d’emplois rémunérateurs pour notre population croissante. Ce n’est pas quelque chose qui peut être fait dans l’obscurité.

Enfin, les nations africaines doivent capitaliser sur la révolution économique verte. La transition mondiale vers les énergies renouvelables signifiera une augmentation exponentielle de la production de batteries, de véhicules électriques et d’autres systèmes d’énergie renouvelable, qui dépendent des ressources naturelles de l’Afrique. Par exemple, la République démocratique du Congo représente 70 % du cobalt mondial, le minéral essentiel à la production de batteries. Alors que la demande de cobalt devrait au moins doubler d’ici 2030, il est inconcevable que les mineurs, qui fournissent au monde le matériau essentiel à la transition énergétique, retournent dans les foyers sans électricité. Nous devons tirer parti de notre contrôle sur ces marchés pour améliorer les conditions de travail, aller au-delà des exportations de matières premières vers la capacité de fabrication et de transformation, et capturer une plus grande partie des chaînes d’approvisionnement en énergie verte. Nous ne pouvons pas nous permettre de répéter les erreurs des révolutions économiques passées.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire