Le plan de relance de l’Italie montre pourquoi les dépenses publiques ne sont pas toujours « de gauche »

0
78

Le mois dernier, le Économiste a choisi l’Italie comme son “pays de l’année” – un prix décerné “non pas au pays le plus grand, le plus riche ou le plus heureux”, mais à celui qui “s’est le plus amélioré en 2021”. Les éloges de l’organe libéral ne visaient pas la victoire de l’Italie aux championnats d’Europe de football ou son record de médailles olympiques, mais carrément le soi-disant gouvernement des meilleurs du Premier ministre Mario Draghi.

L’administration de l’ancien chef de la Banque centrale européenne réunit les principaux partis de la gauche douce à la droite dure. Mais malgré tous les discours d’unité nationale derrière “Super Mario”, 2021 en Italie s’est terminée par une grève générale, appelée par les fédérations syndicales CGIL et UIL du pays. Le 16 décembre, les travailleurs ont marché à travers l’Italie pour protester contre le paquet budgétaire du gouvernement Draghi. Une mobilisation de cette ampleur ne s’était pas vue depuis sept ans plus tôt, lorsque les travailleurs se sont rassemblés contre le Jobs Act de Matteo Renzi.

Toutes les forces qui soutiennent l’administration Draghi, y compris les partis qui se disent de centre gauche, ont critiqué la grève, affirmant que les syndicats tentaient injustement de menacer un pays qui se remettait d’une crise.

En fait, les revendications des syndicats pour la grève du 16 décembre ont elles-mêmes adopté le langage de la relance nationale. On a appelé à de nouvelles politiques industrielles pour la transition écologique et numérique, à des solutions à la crise industrielle et à la lutte contre les délocalisations, un combat dans lequel on a appelé l’État italien à jouer un rôle moteur. Après l’annonce de la grève, de nombreux critiques syndicaux ont rétorqué que le paquet fiscal de Draghi pour le Plan national de relance et de résilience post-COVID (NRRP) est vraiment expansif, entraînant davantage de dépenses publiques.

Pourtant, à y regarder de plus près, les plans du gouvernement Draghi, s’appuyant sur les prêts et subventions offerts par le fonds Next Generation EU (NGEU) de l’Union européenne à la suite de la pandémie, montrent que les dépenses publiques ne sont pas intrinsèquement de gauche. Ce à quoi nous assistons plutôt, sous couvert d’investissements et de relance de masse, est un transfert massif de ressources du secteur public vers l’entreprise privée.

Offrant 390 milliards d’euros de subventions et 360 milliards d’euros de prêts, les fonds du NGEU sont certainement de grande envergure. Pourtant, cela ne fait que poser d’autres questions sur leur utilisation. Comment ces investissements vont-ils modifier la structure industrielle européenne ? Quelles répercussions auront-ils sur les chaînes d’approvisionnement, les chaînes de valeur mondiales et la division internationale du travail ? Cela augmentera-t-il ou diminuera-t-il les asymétries entre les différents pays européens ? Répondre à toutes ces questions nécessiterait une étude détaillée des informations dont nous ne disposons pas encore. Mais les mesures prises par le gouvernement italien sont déjà révélatrices.

Parmi les autres conditions du financement que l’Union européenne offre par le biais du NGEU, les États membres devaient préparer des plans nationaux de relance et de résilience établissant un programme pour une “croissance intelligente, durable et inclusive”. Cela correspond aux appels de l’UE pour que les plans de dépenses des gouvernements nationaux consacrent au moins 37 % de ces fonds à la transition verte et 20 % à la numérisation.

Pourtant, si l’objectif prétendu est de compenser l’incapacité du marché à faire face à la situation actuelle – comme le montre la querelle actuelle sur les vaccins – nous nous demandons ce que signifie réellement une solution plus «efficace» et qui en profite. Dans le cas du NRRP italien, l’objectif semble avoir été de préparer les conditions les plus favorables aux entreprises privées plutôt que de créer des emplois ou de répondre aux besoins de la communauté.

Les mesures prises pour faire face à la crise du COVID-19 en mars et avril 2020 se sont traduites par un solde net à financer de près de 255 milliards d’euros. La plupart des ressources ont été utilisées pour soutenir les entreprises avec des prêts non remboursables. Cependant, le gouvernement a pris soin de désavouer la possibilité d’intervenir directement dans les décisions des entreprises et donc d’avoir son mot à dire sur l’utilisation de ces vastes ressources.

De plus, aucune condition n’a été fixée pour l’utilisation de ces fonds, telles que des interdictions de licenciement, de délocalisation, etc. Ces moyens ont été mis en place dans le but affiché d’éviter les faillites et donc le chômage de masse. Mais le gouvernement n’a montré aucun intérêt à laisser les travailleurs contrôler l’utilisation de ces fonds publics par ces entreprises.

Le gouvernement italien a décidé d’utiliser la totalité du montant mis à la disposition de l’Italie dans le cadre du NGEU, à savoir 68,9 milliards d’euros de subventions et 122,6 milliards d’euros de prêts. Sans approfondir les conditions potentielles, elles existent sûrement et sont essentiellement liées à la mise en œuvre des recommandations politiques de la Commission européenne à l’Italie.

À cet égard, il convient de souligner le concept de politique industrielle qui ressort du PNRR italien, qui reflète parfaitement la définition préconisée par l’UE. L’État doit se limiter à faire les investissements qui ne sont pas suffisamment rentables pour que les entreprises privées les réalisent elles-mêmes — dans le cas du PNRR italien, ce qui signifie principalement l’infrastructure de réseau. En d’autres termes, le coût de ces investissements doit être socialisé, tandis que les bénéfices sont privatisés.

Dans le même temps, l’État italien est censé faire tout ce qui est nécessaire pour supprimer les obstacles au fonctionnement de la libre concurrence ; par exemple, en simplifiant les règles de passation des marchés, les inspections et les audits environnementaux. En ce qui concerne les achats internes – l’autoproduction de biens ou de services publics – le plan explique que “des règles spécifiques devraient être introduites pour obliger l’administration à donner des raisons valables de ne pas recourir au marché”.

Incapable d’imposer la libéralisation et la privatisation des services publics locaux, le gouvernement italien tente plutôt de rendre plus difficile pour l’État de faire appel à des prestataires de services publics plutôt que privés. Mais pourquoi le recours aux services en interne nécessiterait-il une explication détaillée — juste pour justifier d’oser ne pas s’appuyer sur le marché — alors que l’externalisation auprès des particuliers ne nécessite aucune explication du tout ?

Les organisations de travailleurs réagissant à de telles mesures devraient rejeter catégoriquement cette définition de la politique industrielle et en proposer une autre — exigeant une intervention directe de l’État dans l’économie (c’est-à-dire la planification). Concevoir une politique industrielle ne consiste pas à créer le meilleur environnement possible pour l’entreprise privée, mais à concevoir et mettre en œuvre des interventions publiques visant à créer des emplois et à répondre aux besoins de la communauté.

On observe également ces dynamiques dans les secteurs particuliers où se concentrent les investissements prévus dans le programme NGEU et dans le NRRP italien, à commencer par la digitalisation.

L’un des principaux objectifs est l’adoption des outils numériques par les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME). C’est particulièrement important pour l’Italie, qui est depuis longtemps en passe de devenir partie intégrante des chaînes de valeur européennes dirigées ailleurs, principalement en Allemagne.

Les grandes entreprises ont adopté des modèles de gestion allégée visant à éliminer toutes les activités qui ne produisent pas directement de valeur ajoutée et à maximiser la flexibilité de la chaîne d’approvisionnement. L’entreposage — et donc les coûts associés — doit être réduit au minimum ; les composants et les produits semi-finis achetés auprès de fournisseurs externes doivent se matérialiser sur la ligne au moment précis où ils sont nécessaires, pas une minute plus tard, pas une minute plus tôt. Les petites entreprises impliquées dans ces processus deviennent de facto des filiales de l’entreprise en tête de chaîne, qui dicte souvent les délais, les méthodes, les coûts et les systèmes d’organisation du travail.

Pour fonctionner, ces modèles commerciaux nécessitent l’adoption des technologies numériques par chaque maillon de la chaîne, faisant ainsi de la numérisation une préoccupation décisive pour les PME italiennes. En ce sens, l’investissement massif déclenché par le programme NGEU contribuera à achever le processus de restructuration du capitalisme européen déjà en cours depuis plusieurs décennies, à savoir le phénomène que Riccardo Bellofiore a appelé centralisation sans concentration.

Un autre mythe qu’il convient de dissiper est l’idée que l’innovation est toujours une bonne chose, quel que soit l’intérêt de qui elle est menée. Les gains de productivité impliquent une réduction du nombre d’heures de travail nécessaires pour produire certains biens et services. C’est une bonne chose si cela réduit le temps que les travailleurs doivent travailler pour le même salaire, mais pas si cela signifie simplement une rationalisation du processus de travail dans le but d’augmenter les profits. Les organisations qui visent à représenter la classe ouvrière devraient reconnaître ce fait et cesser de formuler leurs demandes comme si elles étaient des partenaires cherchant à aider à augmenter la rentabilité de l’entreprise.

Quant à l’effet sur le nombre d’emplois, les investissements susmentionnés ne devraient pas créer d’emplois supplémentaires en Italie, dont la part de marché dans la production de matériel et de logiciels de connectivité est pratiquement nulle. Il en va de même pour l’autre grand secteur sur lequel l’action publique va se concentrer : la transition énergétique. Dans ce cas aussi, compte tenu de la nécessité d’une transition vers les énergies renouvelables, il sera nécessaire d’installer des panneaux solaires, des éoliennes et des usines de production d’énergie hydrogène. Les panneaux solaires, par exemple, sont fabriqués par des entreprises chinoises et allemandes. Les turbines et autres composants des parcs éoliens sont également principalement produits par des entreprises allemandes. Nous voyons donc une plus grande dépendance aux importations, ce qui aggrave encore la balance commerciale de l’Italie.

En substance, l’administration Draghi a préparé un plan d’investissement massif visant à créer l’environnement le plus favorable possible pour les entreprises privées, et en particulier pour les grandes entreprises dirigées par des Allemands qui dépendent des PME italiennes plus en amont dans la chaîne d’approvisionnement.

Il ne s’agit pas ici d’opposer l’Italie et l’Allemagne sur des bases nationalistes, mais plutôt les grandes entreprises d’un côté et les travailleurs italiens et allemands de l’autre. La question est de savoir quelles priorités détermineront comment l’Europe sortira de cette crise.

Laisser l’entière liberté au marché, bien sûr, signifie laisser les décisions économiques entre les mains du capital, qui, par sa nature, recherche le profit, et non le bien-être de la communauté. Les organisations qui visent à représenter la classe ouvrière devraient donc mettre la planification au cœur du discours politique.

Tout objectif, contrairement à la maximisation du profit, et donc à l’exploitation capitaliste des travailleurs et de l’environnement, ne peut être poursuivi qu’à travers la gestion directe de l’activité économique par l’État. Et dans la mesure où cela passe aussi par l’innovation et les nouvelles technologies, il faut les juger par d’autres critères que « l’efficacité » définie en termes de profit privé.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire