Chansons froides pour Kit – CounterPunch.org

0
124

Affiche Henry, National Theatre Live/Donmar Warehouse.

Comment amener les enfants à creuser le barde? La pandémie a dévasté le théâtre et le cinéma, mais au moment où Covid a frappé, les jeunes étaient déjà en pleine retraite vers les petits écrans et les clickbait.

Deux ans après avoir regardé des histoires jouées sur scène ou à l’écran dans des auditoriums sombres en compagnie d’autres personnes, de nombreux amateurs de théâtre chevronnés pourraient avoir du mal à reprendre l’habitude.

Une initiative lancée il y a plus de dix ans par le National Theatre britannique, NT en direct diffuse des pièces de Londres et, occasionnellement, d’autres villes. Beaucoup de ces émissions mettent en vedette les principaux acteurs anglophones de l’époque. Covid a détruit deux ans de ce projet, bien que le National Theatre sur la rive sud de Londres ait monté certaines productions, y compris une puissante reprise en 2021 du drame sur le sida, Le cœur normal par Larry Kramer, décédé quelques mois plus tôt. Kramer a écrit la pièce dans les années 1980 pendant les premières années horribles de la crise, et l’indignation du dramaturge militant face à la maladie et l’insensibilité des autorités homophobes de New York n’avaient rien perdu de son intensité tragique et brûlante. (Kramer a fait une apparition posthume en mai dans un long article du New York Times sur les stratagèmes et manœuvres cachés du maire Ed Koch alors que le sida faisait de plus en plus de victimes). La renaissance de Le cœur normal au Théâtre National a été présenté au milieu de la deuxième année d’une autre pandémie. Les huissiers ont indiqué aux membres du public que les masques étaient nécessaires tout au long de la représentation. La plupart des gens les ont enlevés dès qu’ils ont pris place.

Quelle sera la résonance d’un tel mépris des règles lorsque les choses reviendront à la “normale” ?

NT en direct a recommencé en janvier avec Tom Stoppard’s Léopoldstadt, sa pièce la plus récente et, selon l’auteur octogénaire, probablement sa dernière. La troisième offre de la saison tronquée de ce printemps était Henry V de Shakespeare, non diffusé depuis le National lui-même mais de l’autre côté de la Tamise au Donmar Warehouse de 250 places, un théâtre dirigé pendant un certain temps par Sam Mendes, qui a remporté un Oscar du meilleur réalisateur pour le très surestimé beauté américaine.

Qu’il s’agisse d’un espace intime ou du grand Olivier Theatre du National, certains anciens abonnés resteront à l’écart du NT et de NT Live, même lorsque la menace Covid reculera enfin pour de bon, si jamais elle le fait. Les jeunes générations susmentionnées sont assez satisfaites de leurs écrans de la taille d’une pochette d’allumettes et de leurs divertissements de la longueur de TikTok. Trois heures de plus pour une pièce de Shakespeare ? On peut voir, sinon entendre, le chœur des pouces répondre : tldw.

Une stratégie pour susciter l’intérêt pour les classiques consiste à recruter une célébrité pour diriger le casting. Ainsi Kit Harington pose ses boots noires sur les planches pour une tenue moderne camo-et-fusil d’assaut Henri V.

C’est une histoire d’invasion et la production a été planifiée avant que Poutine n’envoie ses armées en Ukraine. En accédant au trône d’Angleterre, le prince Hal devenu roi Henri décide qu’il doit également régner sur la France. Il est étayé – et ennuyé – par les contorsions rationalisantes d’un archevêque de Canterbury à la Rumsfeld qui expose sa revendication héréditaire.

Le look de cette dernière incarnation du Henry évoque Zelensky, bien que le chef anglais d’autrefois soit l’agresseur – plus comme Poutine mettant ses munitions là où se trouve sa bouche.

Harington est une grande star, atteignant la gloire et la fortune en jouant Jon Snow dans Jeu des trônes. Après ce long passage, il a choisi les rôles qu’il voulait dans le théâtre légitime. On craint un peu que le nom de son personnage GoT – je n’ai jamais vu un seul épisode – capture quelque chose de la gamme et de l’affect de Harington en tant qu’acteur : froid. Son beau visage de chaume et ses yeux majestueux projettent une ligne de base d’inquiétude majestueuse, les rafales d’humour qui soulagent parfois son air inquiet sont rapidement dispersées par des vents glacials. Le vocabulaire émotionnel du monosyllabique “Jon Snow” semble inadéquat pour le pentamètre fleuri de “William Shakespeare”.

La production par Max Webster de cette pièce sur l’intervention militaire intervient de manière agressive dans le texte. Les scènes de la cour française et des positions militaires sont traduites en français et prononcées de manière convaincante par la distribution multilingue, qui a servi dans de multiples rôles de part et d’autre de la Manche et des lignes de bataille franco-anglaises. Cette approche polyglotte a conduit à des parallèles et des juxtapositions fascinants, aucun plus puissant que l’archevêque cynique de Jude Akuwudike par rapport à son roi français grave et inquiet. Le chœur aux cheveux verts (Millicent Wong) a parfois fait irruption en mandarin. Llewellyn a craché du gallois vraisemblablement au vitriol qui n’était pas sous-titré comme les autres langues étrangères.

Que vous perceviez ce morceau de Babel comme un effet de distanciation audacieux ou un gadget de diversité dépend de vos inclinations. Étant donné l’option, je prendrai l’anglais riche et exigeant de l’original sur les flambées d’inclusivité linguistique.

En affrontant Henry V, Harington se mesure sur la plate-forme du NT face à Laurence Olivier et Kenneth Branagh. Ces Chevaliers du Royaume et Titans de la scène britannique ont réalisé des films de la pièce de 1944 et 1989 respectivement. Tous deux sont mis en costume d’époque : vivement dans le technicolor du film d’Olivier ; dans le brouillard et la boue de Branagh. En revanche, la version moderne de Harington présente Henry comme un méchant, un prédateur sexuel et un criminel de guerre. Cette production ne renverse pas Henry de son socle mais pulvérise beaucoup de graffitis sur son héritage héroïque.

Ces films illustres et désormais facilement décriés font un usage abondant de la musique. Les médiévismes du milieu du siècle de Sir William Walton ont renforcé l’hôte anglais d’Azincourt dans toute sa gloire technicolor impériale tardive et antifasciste.

Branagh a enrôlé Patrick Doyle, qui a ensuite marqué un autre film de Harry (Potter, c’est-à-dire). Le compositeur a sanctifié les débats les plus austères de 1989 avec un hymne séveux latin de victoire, Pas pour nous, Seigneur.

Le feu de couverture sonore pour Henry de Harington vient de Patrick Mackay, qui sert de la musique accessoire sans incident. Plus intéressants sont les intermèdes sur scène. Après les chants joyeux de Sweet Caroline acclamant le dissolu prince Hal alors qu’il sniffe de la coke et délire toute la nuit au début de la pièce, la campagne française, ses solennités et ses horreurs, est encadrée par des acteurs chantants qui utilisent des fragments évocateurs des premiers classiques choraux britanniques modernes. Ceux-ci viennent des mauvais siècles – élisabéthain, restauration, plutôt que Plantagenêt Angleterre. Pourtant pourvus d’un canevas d’électronique par Doyle, ces favoris (comme dans le corpus Ave verum de William Byrd) rendent la musique sacrée du répertoire des cathédrales anglaises comme une malédiction fantomatique plutôt que comme une bénédiction.

La plus longue et mémorable de ces interpolations musicales est une Cold Song électrifiée et électrisante d’Henry Purcell. Chanté par le baryton résolu et expressif Adam Maxey (qui livre également ses lignes parlées avec une bravoure bluffante et une méfiance au poignard en français et en anglais comme les ducs d’Orléans et de Bedford), ce joyau figé de l’avant-garde de la fin du XVIIe siècle garde rayonne une température extrême à l’opposé de la chaleur de la guerre.

Malgré ces moments musicaux inventifs, voire révélateurs, je n’ai pas pu m’empêcher d’aspirer parfois dans la contemporanéité sombre et chaotique de la production Donmar à un récit plus comique : un Brexit-in-Reverse avec un Boris-Johnson-blondement blond- type livrant ces fameuses premières lignes britanniques comme “We few, we happy few” avec un sourire narquois et un gloussement.

J’ai raté la diffusion originale de NT Live en avril, deux mois après le début de la guerre d’Ukraine. Par un samedi froid et couvert de juin dernier lors d’une projection en matinée à Ithaca, New York, j’ai compté une douzaine de têtes pour la plupart grises dans le Big Dark. Nous étions peu nombreux et, malgré quelques dégâts collatéraux interventionnistes, heureux.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/cold-songs-for-kit/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire