Chris Murphy, critique de longue date de la guerre saoudienne, vote pour soutenir la vente de missiles

0
61

Le Sénat ce soir a voté 67-30 contre une résolution visant à interdire une vente de missiles air-air de 650 millions de dollars à l’Arabie saoudite approuvée par le département d’État.

La résolution a été présentée le mois dernier par Sens. Rand Paul, R-Ky.; Bernie Sanders, I-Vt.; et Mike Lee, R-Utah. « Un message doit être envoyé à l’Arabie saoudite pour dire que nous n’approuvons pas leur guerre avec le Yémen », avait alors déclaré Paul. « En participant à cette vente, nous récompenserions non seulement un comportement répréhensible, mais exacerberions également une crise humanitaire au Yémen. »

Le sénateur Chris Murphy, D-Conn., qui s’est associé à Sanders et Lee en novembre 2018 pour invoquer la résolution des pouvoirs de guerre de 1973 pour interdire la participation des États-Unis à l’offensive de bombardement saoudienne au Yémen, n’a notamment pas soutenu ses collègues dans ce dernier effort.

Son vote d’opposition représente un changement important pour Murphy, qui a affirmé dans un e-mail à The Intercept le mois dernier expliquant son soutien à la vente : « J’ai été le principal critique de la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen.

“Il s’agit d’une véritable vente d’armes défensives”, a-t-il déclaré à The Intercept avant le vote. “Et avec le rythme accru des drones Houthis entrant sur le territoire saoudien, il est en fait important pour eux d’avoir la capacité de les tirer.” Les Houthis sont un mouvement chiite soutenu par l’Iran qui a poussé le gouvernement yéménite soutenu par les Saoudiens à quitter le pouvoir en 2014.

Les commentaires de Murphy répètent les arguments du département d’État selon lesquels les 280 missiles air-air avancés à moyenne portée construits par Raytheon, ou AMRAAM, qui seront utilisés sur les avions de chasse saoudiens, sont de nature défensive. Les opposants à la vente ont rejeté cette qualification, insistant sur le fait que l’arme permet aux Saoudiens de maintenir leur blocus des ports yéménites. L’étiquetage des missiles comme défensifs, cependant, permet à la Maison Blanche de prétendre que la vente est conforme à la politique du président Joe Biden plus tôt cette année d’interdire le soutien américain aux opérations offensives au Yémen.

Paul a également contesté la justification, déclarant à The Intercept aujourd’hui : “Je ne pense pas qu’aucune arme ne soit à des fins purement défensives.” Il a en outre soutenu que la Maison Blanche pourrait utiliser l’exportation pour obtenir des concessions des Saoudiens afin d’atténuer la crise humanitaire en cours au Yémen. « Si nous devions utiliser l’effet de levier pour ne pas leur vendre d’armes, je pense que nous pourrions mettre fin au blocus et empêcher beaucoup de gens de mourir de faim », a-t-il déclaré.

Murphy, qui a dirigé des réformes pour exercer une surveillance de la Maison Blanche par le Congrès pendant l’administration Trump, a affirmé que le pouvoir d’utiliser la vente d’AMRAAM comme levier devrait appartenir à Biden. “Je ne pense pas que le Congrès devrait retirer cette capacité au président”, a-t-il déclaré. “Je pense que le président devrait avoir cette vente et pouvoir l’utiliser dans des discussions avec les Saoudiens sur leur politique à l’avenir.”

Dans une déclaration avant le vote d’aujourd’hui, la Maison Blanche a continué de défendre la vente, affirmant que l’administration Biden “s’oppose fermement” à la résolution.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici