L’utopie des petites entreprises de Schitt’s Creek

0
233

Le romantisme des petites entreprises est l’une des rares formes que peut prendre un soutien non critique au capitalisme à travers l’éventail politique. Aux États-Unis, les mamans et les papas représentent aux yeux des conservateurs et des libéraux une vision éthique d’une société de marché libérée de l’exploitation. Il n’est donc pas surprenant que les représentations culturelles de communautés idéalisées reposent souvent sur le trope du propriétaire de petite entreprise autosuffisant, en tant que protagoniste ou idéal.

Le succès de Le ruisseau Schitt, qui a été diffusée pour la première fois en 2015, si elle est mesurée en termes de récompenses, dépasse celle de toute autre émission de télévision canadienne. Ce succès est en partie dû à sa capacité à exploiter et à dramatiser les fantasmes sur les petites entreprises. L’an dernier, dans sa sixième et dernière saison, Le ruisseau Schitt était le champion incontesté de l’establishment hollywoodien. Il a balayé la catégorie comédie Emmy – la seule émission à le faire – et reste le seul programme canadien dans toutes les catégories à remporter des séries exceptionnelles.

Son ultime saison triomphale, diffusée durant la première année de l’épidémie de coronavirus et coïncidant avec la fin de la présidence de Donald Trump, témoignait d’une volonté collectivement partagée d’une image moins odieuse du capitalisme. L’année dernière a été une période traumatisante pour beaucoup, mais surtout pour les libéraux américains. Reconnaissant le rôle que Le ruisseau Schitt joué comme un baume pour les angoisses culturelles, la star et cocréateur Dan Levy a fait remarquer lors de son discours d’acceptation des Emmy Awards que son émission était « au cœur des effets transformationnels de l’amour et de l’acceptation. C’est”, a-t-il ajouté, “quelque chose dont nous avons plus besoin maintenant que nous n’en avons jamais eu besoin auparavant”.

Le ruisseau SchittLa popularité de ne reflète pas seulement la qualité de la série, mais témoigne du caractère séduisant de son monde fictif. Les commentateurs ont qualifié à juste titre sa représentation d’une communauté amicale et culturellement libérale d’« utopique ». Le ruisseau Schitt est aussi utopique dans sa description d’une économie apparemment sans exploitation, dirigée par des professionnels indépendants et des petites entreprises – un Shangri-la de la petite bourgeoise.

Le ruisseau Schitt commence par une descente des autorités fiscales dans le manoir de la riche famille Rose. À leur insu, leur comptable a frauduleusement mal géré leur domaine, qui était construit sur une chaîne de magasins de location de vidéos. « Mon âme a été kidnappée ! » proclame la toujours dramatique Moira (Catherine O’Hara) alors que sa collection de perruques est reprise. La famille nouvellement appauvrie de quatre personnes est obligée de vivre dans un motel dans la petite ville de Le ruisseau Schitt.

Une grande partie de la comédie de l’émission découle de l’affrontement entre les roses urbaines et gâtées et les habitants de la petite ville. Lorsque les Roses tentent d’acheter une voiture d’occasion, Moira craint que le vendeur ne les classe comme riches et essaie de les dépouiller : « Une humble histoire va dissuader cet homme de penser que nous sommes trop patriciens.

La participation d’O’Hara, ainsi que celle de la légende de la comédie canadienne Eugene Levy qui joue son mari Johnny, a été essentielle pour obtenir Le ruisseau Schittproduction de la Société Radio-Canada (SRC). Les acteurs canadiens contribuent à qualifier une production d’officiellement « canadienne » et le diffuseur d’État a le mandat de fournir 60 % de contenu canadien (affectueusement appelé « CanCon »). Il est toutefois préférable de remplir ces quotas avec des acteurs canadiens déjà connus sur le marché américain plus lucratif.

Le ruisseau Schitt est en grande partie la création de Dan Levy, le fils d’Eugène, qui joue David Rose. Dan Levy avait précédemment co-animé l’émission de commentaires de télé-réalité L’après-spectacle sur MTV Canada et a fait un bref passage en tant qu’acteur sur Degrassi : la prochaine génération, une émission qui comptait parmi son casting le rappeur Drake. Malgré la portée et l’influence importantes de la SRC, Levy a insisté sur la marginalité de l’émission produite au Canada. «Nous opérons dans une bulle isolée au Canada», a-t-il déclaré au New York Times en 2020.

C’est, bien sûr, une hyperbole. Au contraire, la proximité du Canada avec les États-Unis le rend hypersensible à ce qui est en vogue au sud du 49e parallèle. Ce sentiment de marginalité de la culture canadienne explique peut-être pourquoi le spectacle évite les références culturelles ou géographiques canadiennes. L’effet de cette élision est que Le ruisseau Schitt donne un sentiment étrange de n’être situé nulle part en particulier. Le mot utopie est, après tout, un néologisme grec inventé par le philosophe du XVIe siècle Thomas More et se traduit littéralement par « pas de place ».

Schitt’s Creek, la ville, est parfaitement libre de préjugés ou de chauvinismes de toutes sortes. Interrogé sur la représentation de l’homosexualité de David dans la série et sur l’absence de réaction négative dans la petite ville, Dan Levy a répondu : « Je n’ai aucune patience pour l’homophobie. . . . Si vous mettez quelque chose comme ça hors de l’équation, vous dites que cela n’existe pas et ne devrait pas exister.

Dan Levy est moins attentif à l’autre façon dont le monde de Le ruisseau Schitt est idéalisée : elle est apparemment exempte d’exploitation économique. L’activité économique n’est pas simplement invisible, comme c’est souvent le cas à l’écran. Plutôt, dans Le ruisseau Schitt, l’économie est la clé de la représentation de la belle vie et des arcs rédempteurs des personnages.

Tombé des sommets corporatifs de Rose Video, Johnny se rachète en devenant gérant et copropriétaire du Rosebud Motel avec Stevie (Emily Hampshire). Alexis, la fille des Roses (jouée par Annie Murphy) passe de fêtarde obsédée par elle-même à publicitaire indépendante, aidant sa mère Moira à décrocher un nouveau contrat d’acteur lucratif. De son côté, David Rose épouse son associé Patrick, copropriétaire de Rose Apothecary, une boutique de produits locaux haut de gamme. L’entreprise est si centrale dans le monde de Le ruisseau Schitt que la copropriété d’entreprise est la mesure des relations familiales, amicales et amoureuses.

Ronnie l’entrepreneur, Ted le vétérinaire, Twilla la serveuse, Bob le garagiste — tous ces personnages sont ou deviendront éventuellement des propriétaires d’entreprise. Lorsque Stevie envisage de renoncer à sa propriété du motel pour devenir hôtesse de l’air chez Larry Air, David lui dit : « Quel autre travail est meilleur que de posséder sa propre entreprise ? »

À son tour, la représentation de l’emploi renverse la dynamique de pouvoir habituelle entre les patrons et les travailleurs. L’exploitation devient partenariat dans le monde utopique de Le ruisseau Schitt. Roland intimide sa place dans un travail de bricoleur au Rosebud Motel même si Johnny, le patron, ne veut pas de lui là-bas. En peu de temps, Roland est copropriétaire d’une entreprise de motels en pleine expansion. Lorsque, au début de la série, David postule pour un poste de vendeur à la Blouse Barn, il découvre que le propriétaire du magasin recherche un « partenaire ». L’égalité de leurs positions lui permet d’insulter le patron lors de l’entretien : « Est-ce que la salle est surpeuplée ? Oui. Les mannequins sont-elles un peu trop plantureuses ? Absolument. Ça sent les gâteaux d’urinoir ici ? Peut-être.”

Certes, la série parodie les intrigues entrepreneuriales. Le désespéré Johnny Rose espère brièvement ouvrir une franchise de Screamnastique, “une combinaison de gymnastique hurlante . . . et un jus extrême. Ray, un personnage mineur de retour, est la cible de nombreuses blagues en raison de ses tentatives de tirer profit de tout, de la photographie de mariage et d’un bureau de licence aux arbres de Noël vendus à des «prix de surtension». Dans la logique de l’émission, cependant, ces entreprises sont risibles non seulement parce qu’elles sont de mauvais goût, mais parce qu’elles ne sont pas financièrement viables.

Le ruisseau Schitt puise dans les mythologies populaires sur les petites entreprises. Les libéraux et les conservateurs idéalisent souvent les propriétaires de petites entreprises comme étant travailleurs et indépendants. Cette vision du monde pourrait être particulièrement attrayante pour Dan Levy, le fils de la classe professionnelle aisée qui a cocréé Le ruisseau Schitt avec son père. Promouvoir les petites entreprises sur des médias sociaux est l’un des modes d’activisme préférés de Dan Levy.

Pour les travailleurs, cependant, les petites entreprises paient souvent moins, offrent moins d’avantages et offrent des lieux de travail plus dangereux que leurs homologues plus grandes. Les entreprises familiales sont le visage favorable aux relations publiques pour les entreprises au sens large – elles présentent les travailleurs qui se battent pour des salaires plus élevés ou de meilleures conditions comme des opposants aux familles bien intentionnées et travailleuses. Parce qu’elles sont plus vulnérables aux ravages du marché que leurs concurrents plus importants, les petites entreprises sont obligées d’exploiter impitoyablement leur personnel.

Dans le Manifeste communiste, Karl Marx et Friedrich Engels critiquaient une sorte d’utopisme qu’ils appelaient le « socialisme petit-bourgeois ». Croyant que tout le monde peut être chef d’entreprise, ces utopistes « souhaitent une bourgeoisie sans prolétariat ». Ce qui manque à ces rêveurs, c’est que le profit provient de l’exploitation et que la dynamique du marché concurrentiel oblige une entreprise à augmenter l’exploitation ou à risquer l’échec. Ce n’est pas un hasard s’il n’y a pas de concurrence dans Le ruisseau Schitt. Représenter les réalités du capitalisme briserait l’image utopique que les Lévy souhaitent présenter. Par conséquent, dans Le ruisseau Schitt, Walmart et Amazon sont notamment absents.

L’utopie des petites entreprises de l’émission en dit long sur les conceptions de soi des Canadiens. De nombreux Canadiens voient leur pays comme une version plus petite et plus conviviale de la nation plus grande et plus méchante au sud de la frontière. Dans l’industrie culturelle soutenue par l’État, dans laquelle Le ruisseau Schitt a été conçu, c’est en partie vrai. Mais l’idéal d’un capitalisme plus douillet séduit aussi les progressistes américains dont l’imagination économique est incapable de concevoir des changements systématiques plus spectaculaires que la régulation du marché ou la politique anti-monopole.

Le ruisseau SchittL’appel de ‘s aux libéraux américains a clairement contribué à en faire un succès auprès des critiques et des jurys de récompenses. Même ainsi, l’auto-parodie des Levy joue parfois sur les contradictions entre les idéaux utopiques de la série et les réalités capitalistes. Bénévole à la réception du motel, Moira déclare : « Nous sommes tous en train de pitcher ces jours-ci. Comme les communistes. Ou des acteurs non syndiqués. Avec chaleur et humour, Le ruisseau Schitt fournit un fantasme divertissant d’un monde meilleur. Sa vision d’une arcadie harmonieuse manque peut-être d’analyse de classe, mais son succès réside dans l’honnêteté avec laquelle il dépeint les fantasmes libéraux.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire