Cinq tués par la police lors de manifestations anti-coup d’État au Pérou

0
69
Logo de l'expédition des peuples

Cette histoire a été initialement publiée dans Peoples Dispatch le 12 décembre 2022. Elle est partagée ici avec permission.

Depuis le 7 décembre, des dizaines de milliers de Péruviens ont manifesté dans différentes régions du pays pour rejeter le coup d’État parlementaire qui a chassé le président de gauche démocratiquement élu Pedro Castillo et conduit à son arrestation. Le 7 décembre, le Congrès unicaméral dominé par la droite du Pérou a approuvé la troisième motion de vacance (destitution) contre Castillo. Quelques heures après sa destitution, il a été arrêté et accusé d’avoir « enfreint l’ordre constitutionnel » pour avoir tenté de dissoudre le Congrès avant le vote sur la motion.

Résistance citoyenne

Depuis cinq jours, les manifestants organisent des mobilisations pacifiques et des barrages routiers sur tout le territoire national exigeant que l’ancien président Castillo soit immédiatement libéré et réintégré à la présidence du pays.

Dans la capitale Lima, malgré une forte répression policière, les manifestants ont maintenu une manifestation quasi permanente devant le Congrès. Une autre demande centrale des manifestants a été la dissolution effective du parlement contrôlé par la droite. Certains ont également exigé que de nouvelles élections soient organisées pour changer la législature du pays.

Les citoyens demandent également qu’une Assemblée constituante soit convoquée pour rédiger une nouvelle constitution pour remplacer l’actuelle néolibérale, qui a été rédigée et imposée en 1993 sous la dictature d’Alberto Fujimori.

Les manifestants ont également exprimé leur rejet de la nomination de la vice-présidente de Castillo, Dina Boluarte, comme nouvelle présidente. Ils demandent la démission de Boluarte, arguant qu’elle n’est pas une dirigeante élue. Ils l’ont également condamnée pour avoir conclu une alliance politique avec la droite pour gouverner.

Les citoyens demandent également qu’une Assemblée constituante soit convoquée pour rédiger une nouvelle constitution en remplacement de l’actuelle néolibérale, rédigée et imposée en 1993 sous la dictature d’Alberto Fujimori (juillet 1990-novembre 2000). Ils ont souligné qu’il est temps que cette demande de longue date du peuple péruvien soit prise en compte et satisfaite. Avant d’être renversé, Castillo avait déclaré que le Congrès resterait dissous jusqu’à l’installation de l’Assemblée constituante, tenant sa promesse de campagne présidentielle.

En plus de la capitale, des manifestations contre le coup d’État ont été enregistrées dans des régions du pays, notamment les provinces d’Andahuaylas, d’Arequipa, de Trujillo, d’Iquitos, de Madre de Dios, d’Ica, de Tacna et de Huacho.

Répression policière

La police a répondu à ces manifestations pacifiques par la violence et la répression. Les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes et même des balles réelles contre les manifestants.

Selon les informations des médias locaux et du bureau du médiateur national, au moins deux manifestants, âgés de 15 et 18 ans, ont été tués lors de la répression policière du dimanche 11 décembre dans la ville d’Andahuaylas, dans la région d’Apurímac. Lundi 12 décembre, dans la ville de Chincheros, l’hôpital local a confirmé que deux manifestants sont morts à la suite de la répression policière, dont Jonathan Lloclla Loayza, 16 ans et 26 ans. Un cinquième manifestant a été tué à Arequipa par la police.

Des vidéos sur les réseaux sociaux montraient la police renversant une femme et attaquant la presse. Lors de l’incident, plus de 20 personnes ont été grièvement blessées et plus d’une douzaine ont été arrêtées. L’hôpital de la ville a signalé que l’une des personnes décédées était décédée des suites d’une blessure par balle au cou.

Aux premières heures du dimanche matin, des habitants ont manifesté devant l’aéroport local d’Andahuaylas et ont bloqué l’entrée. Pour tenter de débloquer l’aéroport, les agents de la police ont brutalement réprimé la population. Des vidéos sur les réseaux sociaux montraient la police renversant une femme et attaquant la presse. Lors de l’incident, plus de 20 personnes ont été grièvement blessées et plus d’une douzaine ont été arrêtées. L’hôpital de la ville a signalé que l’une des personnes décédées était décédée des suites d’une blessure par balle au cou.

Le même jour, la police a aussi violemment réprimé les habitants d’Arequipa et d’Ica, qui avaient bloqué l’autoroute panaméricaine depuis le 7 décembre en signe de protestation. La police a rouvert l’autoroute, mais n’a pas réussi à démanteler d’autres barrages routiers maintenus par les habitants, principalement érigés par des communautés paysannes et autochtones, à travers les provinces.

Le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme au Pérou condamné “la mort d’un mineur et d’un jeune homme à Andahuaylas, Apurímac”, et a appelé à “une enquête rapide, impartiale et exhaustive sur les faits, permettant l’accès à la justice aux proches des victimes”. Le HCDH a également exhorté les citoyens et les autorités péruviens à maintenir le “calme” et à éviter “l’escalade des tensions”, soulignant que “le droit de réunion pacifique doit être garanti”.

Après la confirmation de deux décès à Andahuaylas, les manifestants ont intensifié les mesures de protestation à travers le pays. Les habitants d’Arequipa ont immédiatement organisé la fermeture de l’aéroport local par solidarité.

Les organisations sociales d’Apurímac ont appelé à une grève régionale illimitée, commençant à zéro heure le 12 décembre. Le Front agraire et rural du Pérou (FARP), une organisation faîtière regroupant plus d’une douzaine d’indigènes, de paysans, de mouvements de femmes et d’organisations sociales, aussi appelé pour une grève nationale illimitée à compter du mardi 13 décembre.

En réponse à la pression populaire croissante, aux premières heures du lundi 12 décembre, la présidente Boluarte a annoncé qu’elle enverrait un projet de loi au Congrès pour avancer les élections générales à avril 2024.

Elle a également déclaré «l’état d’urgence dans les zones de conflit social élevé», qui a été dénoncé comme une tentative claire de criminaliser les manifestations de divers mouvements sociaux.

Despotisme de la droite péruvienne

Le Congrès majoritaire de l’opposition de droite, qui a un taux d’approbation de 11%, a mené des tentatives presque constantes pour renverser Castillo et déstabiliser son gouvernement dès son entrée en fonction fin juillet 2021. Le 12 décembre, le Congrès a avancé ses attaques et a approuvé un projet de loi pour lever l’immunité de Castillo, ouvrant la voie à ses poursuites. La décision a été prise par 64 voix pour, 45 contre.

Castillo avait été provisoirement détenu pendant une période de sept jours. Suite à la levée de son immunité, le parquet peut désormais utiliser ses pouvoirs pour demander jusqu’à 36 mois de détention préventive pour Castillo.

Le bureau du procureur enquête sur Castillo pour les crimes de rébellion et de complot, d’abus d’autorité et de troubles à l’ordre public pour avoir annoncé la dissolution du Congrès. Castillo a allégué que le bureau est contrôlé par l’oligarchie.

L’activiste péruvienne Daniela Ortiz, dans une interview avec Du multipolaire le rédacteur en chef Ben Norton, a souligné que le coup d’État parlementaire contre Castillo visait à “mettre la droite au pouvoir”.

“Il ne s’agit pas de renverser Castillo, il s’agit de se mettre au pouvoir, car c’est quelque chose que nous avons déjà vu. Il n’est pas le premier président à être éliminé par la droite, il est en fait le troisième président. Et nous ne parlons pas de n’importe quelle droite. Nous parlons de la droite Fujimori qui veut être au pouvoir et continuer cette dictature que nous avons eue avec Alberto Fujimori. Maintenant, nous avons Keiko Fujimori, sa fille, et tous les gens de son parti, Force Populaire, qui visent essentiellement à prendre le pouvoir et à ne laisser personne au pouvoir exécutif. Cela se produit depuis de nombreuses années. La Force populaire contrôle le congrès et crée les lois pour pouvoir contrôler le pouvoir exécutif et ne pas laisser le peuple péruvien avoir le président que nous avons élu », a déclaré Ortiz.

Ortiz a ajouté que « la demande de fermeture du Congrès était une demande populaire. Bon nombre des marches, blocus et manifestations récents n’étaient pas contre Castillo, mais devaient le pousser à travailler sur l’agenda avec lequel il était entré… Et ce qui s’est passé, c’est qu’il a fait ce que les gens lui demandaient de faire… Beaucoup d’entre nous comprennent que le la détention de Castillo est absolument illégale. Même en vertu des règles qu’ils ont imposées.

Source: https://therealnews.com/five-killed-by-police-during-anti-coup-protests-in-peru

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire