Comment fonctionnerait un « divorce national » ?

0
62

Photo de Kelly Sikkema sur Unsplash

À la fin de l’année dernière, la représentante américaine Marjorie Taylor Greene (R-GA) a lancé un sondage sur Twitter demandant à ses partisans de se prononcer sur un “divorce national entre les États” républicains” et “démocrates” (puisque son compte Twitter a depuis été suspendu, je ‘ Je m’appuie sur un reportage du New York Post pour le décrire). Les résultats non scientifiques : 43 % étaient favorables au dit « divorce national », 48 % s’y opposaient, 9 % se déclaraient indécis.

Le discours sur le « divorce national » n’a fait qu’augmenter depuis lors, et bien sûr, il n’y a rien de nouveau dans le concept. Comme vous vous en souvenez peut-être dans les cours d’histoire du secondaire, des centaines de milliers de personnes sont mortes dans une guerre lors de la dernière tentative d’une telle chose au milieu du XIXe siècle.

Je n’ai rien contre la sécession en tant que telle. Si les gens ne veulent pas rester affiliés à un régime, ils devraient être libres de mettre fin à la relation. En fait, l’homonyme du centre des médias pour lequel j’écris, William Lloyd Garrison, a encouragé la sécession du NORD : « Pas d’union avec les propriétaires d’esclaves !

D’autre part, la notion d’un tel « divorce » au niveau des États existants soulève de sérieuses questions que la plupart des partisans ne semblent pas intéressés à aborder.

D’abord et avant tout, le lien perçu ou le dégoût pour un parti politique particulier ne semble pas être un bon moyen de diviser le territoire.

Différents sondeurs utilisent différentes formules pour calculer les « tendances partisanes » des États, mais utilisons le résultat de l’élection présidentielle de 2020 comme proxy. Le Wyoming est l’État le plus « rouge », remporté par le républicain Donald Trump avec 69,9 % des voix. La meilleure performance du démocrate Joe Biden (à l’exclusion du district de Columbia, qui n’est pas un État, où il a obtenu 92,1 %) a été dans le Vermont, où il a obtenu 66,6 %.

Ainsi, même dans les États les plus “rouges” ou “les plus bleus”, environ 1/3 des électeurs (sans parler de la population totale) ne sont pas “rouges” ou “bleus”. La sécession les enfermerait dans des États à parti unique de facto, au lieu de leur offrir une représentation dans les organes nationaux où leurs partis préférés ont une voix.

Même en agitant à la main tout cela, il y a d’autres problèmes de “roues et boulons” auxquels penser.

Par exemple, qu’advient-il de la « dette nationale » de Washington lorsque les États partent ? Est-ce qu’il est simplement mis en défaut ? Ou est-ce qu’il se sépare… et si oui, comment ? Prorata par population ? Pondéré selon que l’État était un « donateur » ou un « bénéficiaire » global des largesses fédérales ?

Qu’en est-il des moyens militaires ? Le Nouveau-Mexique devient-il soudainement la deuxième plus grande puissance nucléaire du monde parce que tant d’armes nucléaires américaines sont stockées à la base aérienne de Kirtland, ou chaque État reçoit-il quelques ogives, ainsi qu’une distribution proportionnelle d’avions, d’hélicoptères, de chars, etc. .?

Oh, et nous devrions probablement discuter des frontières et des voyages. Les anciens États-Unis fonctionneront-ils comme les 26 pays européens de l’espace Schengen qui autorisent les voyages mutuels sans passeports ni contrôles aux frontières, ou un vol New York-Los Angeles avec escale à Denver se transformera-t-il en un cauchemar douanier équivalent à voyager de Moscou à Buenos Aires via Mozambique ?

Les divorces deviennent compliqués même lorsqu’ils sont à l’amiable. Celui-ci en vaudrait-il la peine ? Peut-être devrions-nous tous consulter nos avocats d’abord.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/19/how-would-a-national-divorce-work/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire