La politique américaine à Taiwan pourrait provoquer une autre guerre stupide et dangereuse

0
63

Alors qu’une guerre fait rage en Europe, ravageant un pays tout en envoyant des ondes de choc économiques à travers le monde, les conditions d’une autre guerre, au potentiel tout aussi désastreux, pourraient brasser un continent. Et si cela éclate, nous pourrons un jour regarder en arrière et dire que cela ne serait probablement pas arrivé sans une série de provocations inutiles de la part des dirigeants de Washington.

La semaine dernière, la commission sénatoriale des relations étrangères a approuvé par dix-sept voix sur cinq le Taiwan Policy Act, qualifié par ses auteurs de “restructuration la plus complète de la politique américaine à l’égard de Taiwan depuis le Taiwan Relations Act de 1979”, qui devait fixer les règles de base. pour les relations des États-Unis avec Taïwan après que Washington a rétabli les relations diplomatiques avec le continent. Les principales dispositions du nouveau projet de loi impliquent un changement dans la politique américaine consistant à traiter Taiwan comme un “allié majeur non membre de l’OTAN” et à cette fin, autoriser une aide militaire de 6,5 milliards de dollars pour la formation, l’équipement et les armes, ainsi que préparer une série de sanctions. si une attaque chinoise contre le pays devait se matérialiser.

Le texte du projet de loi aurait été modifié après que l’administration de Joe Biden ait exprimé des inquiétudes quant au fait que son libellé d’origine détruirait la politique “Une Chine” qui sous-tend des relations stables et pacifiques entre Pékin et Washington depuis des décennies. Plutôt que d’être « désigné » comme un allié majeur non membre de l’OTAN, comme le texte du projet de loi l’a d’abord indiqué, Taïwan sera désormais « traité comme s’il était désigné » l’étiquette, et il n’y a plus de « direction » pour changer le nom de ce que est en fait l’ambassade américaine de Taïwan, mais plutôt une « recommandation ». Dans le même temps, les législateurs ont ajouté 2 milliards de dollars supplémentaires d’aide militaire à la somme initiale de 4,5 milliards de dollars.

Ces changements n’ont pas rassuré le gouvernement chinois, qui considère toujours le projet de loi comme un défi à la politique d’une seule Chine. Cet arrangement diplomatique prudent implique la reconnaissance par Washington de Pékin comme le seul gouvernement légitime de toute la Chine tout en restant agnostique sur la question de savoir quel gouvernement est souverain sur Taiwan et en s’opposant à l’absorption de l’île par la force sur le continent.

“Le principe d’une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines”, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, à la suite de l’approbation du projet de loi :

Si le projet de loi continue d’être débattu, avancé ou même promulgué, il ébranlera considérablement les fondements politiques des relations sino-américaines et entraînera des conséquences extrêmement graves pour les relations sino-américaines ainsi que pour la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Le projet de loi est encore loin d’être adopté, car il devra être adopté par l’ensemble du Sénat et de la Chambre et être promulgué par le président. Mais de nouveaux progrès ne sont pas hors de question, car il y a une adhésion bipartite significative à Washington pour une politique américaine plus conflictuelle envers la Chine. Le Taiwan Policy Act a été rédigé par le sénateur démocrate Bob Menendez (D-NJ) et le sénateur faucon républicain Lindsay Graham (R-SC) et adopté par un vote bipartite écrasant au sein du panel du Sénat. L’un de ses partisans est le sénateur Jeff Merkley (D-OR), généralement considéré comme l’une des voix les plus progressistes au Sénat, qui a dirigé sa propre délégation à Taiwan le mois dernier.

Selon ses partisans, la raison d’être du projet de loi est de servir de “dissuasion crédible” contre la Chine. Soi-disant, cela réduira le risque d’une “offensive militaire” de Pékin contre l’île en ne “montrant pas[ing] faiblesse face aux menaces chinoises » et « en augmentant le coût de la prise de l’île par la force afin qu’elle devienne trop risquée et irréalisable ».

Mais comme l’a dit Lyle Goldstein, ancien professeur de l’US Naval War College jacobin le mois dernier, le projet de loi pourrait facilement avoir l’effet inverse, amenant les dirigeants chinois à décider que l’invasion est maintenant leur meilleure option, car l’intensification constante du soutien militaire américain à l’île pourrait rendre le retard d’une éventuelle invasion plus coûteux pour elle. Même l’un des « oui » du comité sénatorial, le sénateur Mitt Romney (R-UT), a explicitement reconnu ce risque. “Nous faisons quelque chose de très provocateur et belliqueux”, a-t-il déclaré.

Ce n’est que la dernière provocation dirigée par les démocrates cette année contre la Chine, qui a depuis longtemps clairement indiqué qu’elle considère la question de la souveraineté sur Taiwan comme un intérêt national fondamental pour lequel elle est prête à entrer en guerre. La visite controversée de la représentante de la présidente de la Chambre Nancy Pelosi (D-CA) en août à Taïwan a attisé les tensions et déclenché des représailles chinoises sous la forme de menaces d’exercices militaires et de rupture du dialogue avec Washington. Depuis lors, au moins trois autres délégations de responsables américains ont reproduit le voyage de Pelosi, tandis que la marine américaine a poursuivi un long schéma d’envoi de navires de guerre dans les eaux chinoises.

Inutile de dire que toute décision de Pékin d’attaquer Taiwan constituera un choix de la part des dirigeants chinois, et ces dirigeants porteront à juste titre la responsabilité de ce qui suit. Mais les dirigeants américains porteront tout le poids de la responsabilité des conséquences de leur décision de s’engager dans une série d’actions « hautement provocatrices et belliqueuses » qui augmentent inutilement la probabilité d’une confrontation armée.

Et une attaque chinoise contre Taïwan serait désastreuse, pour plus que les seuls habitants de l’île. Nous avons déjà vu les effets mondiaux déstabilisants d’une confrontation entre grandes puissances en Europe. Ce serait bien pire lorsqu’il s’agit de la Chine, dont l’économie est bien plus centrale à l’économie mondiale à plusieurs égards. Contrairement à la Russie, la Chine est un prêteur majeur et le principal partenaire commercial d’une grande partie du globe. C’est aussi beaucoup plus directement lié à la fortune de l’économie américaine. (On estime que près d’un quart de million d’emplois ont été supprimés à la suite de la guerre commerciale de Donald Trump avec la Chine, dont l’impact commercial serait éclipsé par celui de toute guerre contre Taïwan.)

D’un point de vue purement stratégique, les mouvements américains sont déroutants. Même en temps normal, des observateurs avertis ont perçu ces dernières années un risque élevé que les États-Unis perdent toute guerre avec la Chine à propos de Taiwan. Aujourd’hui, ces perspectives seraient encore pires car les États-Unis se trouvent maintenant fortement engagés – en fait proches d’un cobelligérant – dans une guerre séparée contre une autre grande puissance. (Entre autres choses, cette guerre a vu les réserves d’armes américaines épuisées par un flux sans précédent d’expéditions d’armes vers l’Ukraine.) sera le États-Unis qui se trouve dissuadé d’entreprendre une action militaire dans le détroit de Taiwan. Pratiquement personne ne nierait que Taiwan est incomparablement plus important pour les dirigeants et le public chinois qu’il ne l’est pour les Américains.

Nous ne sommes pas encore à un point de non-retour dans ce conflit. Mais éviter le pire signifiera exercer une pression concertée non seulement sur l’administration Biden, mais également sur les législateurs démocrates et républicains, pour tracer une voie radicalement différente – c’est-à-dire plus saine – sur la politique envers la Chine. Si nous ne le faisions pas, les conséquences seraient incalculables.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire