Comment la Chine a pris le contrôle de l’OMC dans le dos de l’Occident

0
49

L’année dernière a marqué le 20e anniversaire de l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce, un résultat qui a suivi 15 années de négociations ardues. Beaucoup croyaient alors – et certains le croient encore aujourd’hui – que l’accession de la Chine au forum commercial mondial était la salve finale d’un long voyage lancé par les réformes intérieures libérales de Deng Xiaoping dans les années 1970.

Aujourd’hui, cependant, nous devrions déplorer cette adhésion pour trois raisons particulièrement importantes qui ont été soulignées dans un récent rapport du Fondation de la dissidencele principal groupe de réflexion conservateur d’Espagne, et notre partenaire uruguayen CESCOS.

Premièrement, l’adhésion de la Chine à l’OMC doit être considérée comme une erreur politique, car les espoirs qui ont inspiré le soutien de l’Occident à cette adhésion – que l’accueil de la Chine créerait une sorte de “dépendance de chemin” vers l’ouverture politique et des relations commerciales transparentes – ont clairement échoué. se matérialiser. En plus d’être opaque, le bilan de la Chine en tant que membre de l’OMC est celui de manœuvres constantes contre les règles mêmes de l’OMC et les intérêts des autres États membres. Sans parler du système « capitaliste d’État » autoproclamé de la Chine, qui, de par sa conception, aliène les partenaires commerciaux en plaçant toujours les intérêts étroits de la Chine avant le libre-échange mondial.

Pendant ce temps, l’objectif de façonner la Chine selon les normes et les valeurs de l’Occident a produit le résultat opposé. L’OMC a fini par importer une partie de la réglementation protectionniste de la Chine, ce qui a gravement sapé la mission principale de l’institution de faire progresser le commerce ouvert. Il n’est donc pas étonnant que la confiance sur laquelle fonctionne l’OMC se soit nettement estompée. Concrètement, l’institution a fonctionné comme un «parapluie institutionnel» qui blanchit les pratiques de la Chine vis-à-vis la communauté internationale.

Enfin et surtout, le détournement des institutions internationales par la Chine menace de plonger l’ordre mondial dans une crise structurelle. Selon l’historien britannique Niall Ferguson, cet ordre mondial n’a jamais été véritablement mondial, mais plutôt régional et peu ordonné. Était-ce même libéral? Il y a de bonnes raisons de penser que ce n’était pas le cas puisque les institutions qui forment l’épine dorsale du système ont souvent déployé des moyens plutôt illibéraux pour atteindre des objectifs libéraux. Le fait que ces institutions aient été détournées par des membres illibéraux est la raison pour laquelle on ne devrait pas leur faire confiance pour remplir leur mission. À quel point ils se sont éloignés de l’objectif pour lequel ils ont été fondés, cela révèle soit de l’incompétence, soit de la malveillance, les deux devant être manipulés avec précaution. Le rôle de l’Organisation mondiale de la santé dans la couverture de la Chine pendant la pandémie de Covid-19 en est l’exemple le plus récent.

Qu’il ait fait confiance à la Chine par naïveté ou par stupidité, l’Occident est aussi coupable, d’autant plus que mettre un terme à cette infiltration des institutions internationales critiques est encore à portée de main. Deux décennies de commerce déloyal ne suffisent-elles pas ? Combien d’avertissements imprudents l’Occident émettra-t-il avant que la Chine ne prenne complètement le contrôle du système ? Nous avons été aveuglés – ou avons choisi de ne pas voir – comment Pékin s’est emparé de la croissance et de la prospérité découlant de relations économiques ouvertes sans précédent avec l’Occident pour construire le régime le plus technologiquement sophistiqué et répressif de l’histoire de l’humanité. C’est le développement géopolitique le plus important des 20 dernières années. Pendant ce temps, le Parti communiste chinois a eu la capacité de coopter les ressources de l’ordre mondial libéral de l’après-guerre froide et s’est heurté à une indifférence et une neutralité irresponsables de la part de la plupart des acteurs clés du monde démocrate.

Et qui en a profité ? Les géants américains de la technologie, ainsi que les milliardaires de Wall Street et de la Silicon Valley qui y investissent, ont constamment fait pression sur les administrations américaines successives qui s’étaient par ailleurs engagées à contenir le régime chinois. La raison en est évidente : la Chine les a rendus immensément riches.

La bureaucratie de l’OMC prétend que la solution réside dans l’application des « règles du jeu ». Pourtant, la Chine a été accueillie en 2001 en vertu de ces mêmes règles, de sorte que cette approche semble insuffisante. Peu importe le nombre de cases cochées par la Chine pour apaiser les scrupules de l’OMC, l’institution restera détournée à moins et jusqu’à ce que Pékin renonce à son régime autocratique. Si ce n’est pas le cas, aucune case cochée n’empêchera une Chine de plus en plus totalitaire de sortir victorieuse.

Il existe d’autres options. Le long jeu est d’exiger que la Chine abandonne son régime politique actuel, avec toutes les implications économiques que cela peut poser. L’idée plus large selon laquelle l’OMC peut s’adapter à une variété de systèmes économiques et politiques devrait être purement et simplement écartée. La thèse de la Chine devrait précisément s’opposer à cette idée. Mais puisque l’OMC elle-même a besoin de mettre de l’ordre dans sa propre maison, envisagez une dernière voie de réforme – les coutumes et pratiques juridiques implicites de l’OMC devraient être traduites en termes de traités explicites qui lient la Chine. Cela devrait simplement fonctionner comme une solution temporaire pendant que la Chine transforme son système politique. Cela ne serait en aucun cas considéré comme un compromis final entre l’Occident et la Chine, ou tout autre régime politique non démocratique. En d’autres termes, la «démocratisation» devrait être impérative.

L’OMC et les institutions de Bretton Woods, quant à elles, doivent rester vigilantes, relever la barre pour les nouveaux pays candidats et faire appliquer leurs directives et règlements. Ce qui est en jeu n’est pas seulement le déplacement de l’hégémonie occidentale par la Chine, mais la survie même de l’ordre international libéral, aussi imparfait soit-il. En outre, un ensemble de règles plus strictes est requis pour les entreprises technologiques multinationales qui ont profité du modèle chinois sans répercussions nationales, fiscales ou autres.

Il est grand temps que l’Occident se réveille, apprenne de ses erreurs et s’engage à mettre un terme aux abus de la Chine au sein de l’OMC. Si nous n’agissons pas rapidement et continuons à laisser la Chine truquer le commerce mondial, nous ne devrions pas blâmer hypocritement les pays qui s’inquiètent pour la survie de leurs économies face au néocolonialisme chinois.

Dans le monde d’aujourd’hui, nous pouvons avoir soit des marchés libres, soit du libre-échange, mais pas les deux. Surtout pas quand le second n’est pas gratuit du tout. Pas tant que la Chine y reste sans aucune repentance ni pénitence.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire