Comment la peur d’une nouvelle souche de Covid a saisi le monde — RT World News

0
168

Une souche de coronavirus nouvellement identifiée et fortement mutée, surnommée «Omicron», déclenche l’alarme dans une grande partie du monde, provoquant une vague de restrictions de voyage au milieu des craintes que les vaccins existants ne soient pas en mesure d’arrêter la variante.

L’OMS désigne une nouvelle “variante préoccupante”

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a convoqué vendredi une réunion d’urgence pour discuter de la souche virale, qui était auparavant connue sous le nom de B.1.1.529, la déclarant une « variante préoccupante » en lui donnant le nouveau nom de “Omicron.”

Les preuves préliminaires suggèrent un risque accru de réinfection avec cette variante, par rapport à d’autres souches.




Bien que l’on sache encore peu sur Omicron, le scientifique en chef de l’OMS, Soumya Swaminathan, a noté qu’il portait “un certain nombre de mutations inquiétantes” qui pourrait rendre la souche plus infectieuse que tout ce qui a été observé auparavant. Le grand nombre de mutations a également fait craindre qu’Omicron ne soit résistant aux vaccins et traitements existants, d’autant plus que les vaccins actuellement disponibles ont perdu de leur efficacité au fil du temps contre d’autres variantes connues préoccupantes.

Un des facteurs déterminants majeurs de la transmissibilité du virus est l’évolution de sa « protéines de pointe » – des protubérances microscopiques qui permettent au coronavirus d’accéder et de détourner les cellules hôtes, provoquant une infection. Une souche détectée en Afrique du Sud en mai 2020 et surnommée « Beta », par exemple, présentait trois mutations importantes dans sa région de pointe, ce qui a contribué à la rendre entre 20 et 30 % plus infectieuse. Omicron, en revanche, aurait au moins 32 mutations de pointe.

Traverser les continents

La désignation de l’OMS est intervenue peu de temps après que les premiers cas d’Omicron ont été identifiés dans la nation africaine du Botswana le 11 novembre, avec des infections supplémentaires détectées en Afrique du Sud quelques jours plus tard. Depuis lors, Omicron représenterait désormais 90% des nouvelles infections dans la région sud-africaine du Gauteng, selon Tulio de Oliveira, directeur du Centre de réponse aux épidémies et d’innovation du pays.

Hong Kong a enregistré son premier cas Omicron jeudi, tandis qu’Israël a signalé une infection par un voyageur revenant du Malawi vendredi et surveille maintenant deux autres patients suspects, suggérant que la souche se propage rapidement bien au-delà de l’Afrique australe où elle a été repérée pour la première fois.

Omicron débarque en Europe

Bien qu’Israël et le Royaume-Uni aient déjà mis en place des interdictions de voyager par précaution dans plusieurs pays africains plus tôt cette semaine, en raison des inquiétudes concernant Omicron, la Belgique est devenue vendredi le premier pays européen à détecter la souche à l’intérieur de ses frontières. La découverte a déclenché des alarmes à travers le continent et au-delà, la Health Security Agency du Royaume-Uni jugeant Omicron “la pire variante que nous ayons vue jusqu’à présent.”




Alors que la nouvelle de la souche a fait la une des journaux pendant une grande partie de vendredi, l’Italie, la France, les Pays-Bas, le Danemark, l’Espagne, l’Allemagne et la République tchèque, entre autres pays européens, ont déclaré de nouvelles interdictions de voyager. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a quant à elle appelé à suspendre tous les voyages en avion à destination et en provenance des pays où des cas de la nouvelle variante ont été signalés jusqu’à ce que les responsables aient une meilleure compréhension de la souche.

La Russie a également rejoint la liste en croissance rapide des pays à imposer de nouvelles interdictions de voyager, aux côtés des États-Unis, des Philippines, de la Malaisie, du Japon, de Singapour, du Brésil et de Bahreïn.

Prochaines étapes

Bien qu’Omicron ait déjà fait des vagues importantes dans le monde entier, impactant les marchés boursiers mondiaux et les voyages internationaux, il reste encore beaucoup à apprendre sur la nouvelle variante et le danger qu’elle représente. Jeudi, moins de 100 séquences complètes du génome étaient disponibles pour examen, et le responsable technique de l’OMS sur Covid-19, le Dr Maria Van Kerkhove, a déclaré que cela pourrait prendre plusieurs semaines avant que beaucoup d’informations soient glanées sur la souche et ses mutations.

Cependant, l’une des priorités est de déterminer si Omicron est résistant aux vaccins actuellement disponibles, sur lesquels de nombreux pays ont misé pour freiner leurs épidémies et finalement mettre fin à la pandémie.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire