Comment l’enquête de John Durham a révélé l’escroquerie russe de Trump – Mother Jones

0
199

L’avocat spécial John Durham quitte le tribunal fédéral de Washington le mois dernier.Manuel Balce Ceneta/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Donald Trump a un mauvais timing. Vendredi, il a envoyé une lettre au conseil du prix Pulitzer réitérant sa demande d’annulation des prix décernés au New York Times et le Poste de Washington en 2018 pour leur couverture du scandale Trump-Russie. (Ce n’est pas ce qu’il a appelé.) Il a fondé cette demande sur la poursuite de l’avocat démocrate Michael Sussmann, qui a été inculpé par l’avocat spécial John Durham pour avoir prétendument menti au FBI lors d’une réunion en septembre 2016 lorsqu’il a partagé avec le bureau des recherches de données informatiques. cela suggérait qu’il pourrait y avoir un lien entre une entreprise liée à Trump et Alfa Bank, une grande entité financière russe. Trump a affirmé que l’affaire Sussmann montrait que “le canular de la Russie était un sale tour de campagne promulgué par Crooked Hillary Clinton et ses associés”. Cinq jours plus tard, le jury, après seulement quelques heures de délibération, a acquitté Sussman. Oops.

Le verdict rapide de non-culpabilité a été une gifle à l’enquête de trois ans de Durham, qui a été lancée par William Barr, alors qu’il était procureur général loyaliste de Trump, et qui s’est révélée être une croisade politique montée pour saper les différents Trump- Enquêtes sur la Russie. Durham a été chargé par Barr d’enquêter sur les origines de l’enquête du FBI sur l’attaque russe contre les élections de 2016 (qui, selon plusieurs enquêtes, a été menée pour aider Trump à gagner) et les interactions entre les associés de Trump et les agents russes. En termes simples, le travail de Durham consistait à découvrir que Trump avait été mis en place par le bureau. Lorsque le ministère de la Justice a publié fin 2019 un rapport concluant que le FBI avait des motifs légitimes d’enquêter sur l’agression russe et la campagne Trump, Durham, dans un geste inhabituel, a publié une déclaration déclarant : « nous ne sommes pas d’accord avec certaines des conclusions du rapport car à la prédication et comment l’affaire du FBI a été ouverte. A-ha, se sont exclamés les Trumpistes. Durham était sur la bonne voie pour révéler que l’enquête du FBI était fausse dès le départ et Trump avait raison : tout n’était qu’un canular et une chasse aux sorcières.

Pourtant, après des années de labeur, Durham n’a rien produit pour suggérer que l’enquête sur la Russie était un coup dur de l’État profond contre Trump. Il a porté trois affaires qui n’ont rien à voir avec les origines de l’enquête. L’un impliquait un avocat du FBI qui avait modifié un e-mail utilisé pour obtenir un mandat de perquisition après le début de l’enquête. (L’avocat a plaidé coupable et a été condamné à un an de probation.) Un autre a conduit à l’inculpation d’Igor Danchenko, une source du soi-disant dossier Steele, pour avoir prétendument menti au FBI au sujet de ses sources. Son procès doit débuter en octobre. Cette poursuite n’a également rien à voir avec l’origine ou la légitimité de l’enquête du FBI, qui n’a pas été déclenchée par les rapports Steele. Le troisième était l’affaire Sussmann qui vient d’exploser au visage de Durham. Cela aussi n’était essentiellement pas lié à l’enquête principale du FBI, étant donné que la réunion en question a eu lieu des mois après que le bureau a commencé à examiner l’agression russe et que le FBI a rapidement rejeté le lien Trump-Alfa Bank.

Bien qu’il ait déclaré il y a plus de deux ans qu’il avait des raisons de remettre en question l’ouverture de l’enquête sur la Russie par le FBI, Durham n’a pas confirmé son affirmation. Son enquête n’a rien donné à cet égard. Ses poursuites sont toutes secondaires.

Mais Durham a rendu un grand service à Trump et à ses adeptes en leur fournissant du matériel qu’ils peuvent exploiter pour l’un de leurs passe-temps favoris : la déviation.

Depuis plus de cinq ans, Trump et ses sbires se sont efforcés de repousser le scandale Trump-Russie par le déni et la distraction. Ils ont tout fait pour détourner le sujet du fond de l’affaire : le Kremlin a attaqué l’élection de 2016 pour aider Trump ; pendant que cet assaut était en cours, le camp Trump a eu des interactions troublantes avec des agents russes et on lui a dit que le Kremlin avait l’intention d’aider secrètement Trump ; Trump a caché au public ses efforts pour conclure un accord de développement majeur à Moscou (pour lequel il a demandé l’aide de Vladimir Poutine) ; la campagne Trump a aidé et encouragé l’attaque russe en la niant et/ou en la minimisant ; et, en tant que président, Trump a tenté d’entraver l’enquête. Tous ces faits sont confirmés et prouvent de manière accablante que Trump a commis un grand acte de trahison pour devenir président. Trump et ses défenseurs, cependant, ont tenté de changer de sujet : le dossier problématique de Steele, un mandat de perquisition obtenu de manière inappropriée, des théories du complot sans fondement sur le transfert en Ukraine des serveurs informatiques du Parti démocrate et, plus récemment, la réunion de Sussmann.

Regardez la lettre de Trump au conseil d’administration de Pulitzer. Il s’attarde sur les détails qui sont sortis lors du procès Sussmann au sujet de la campagne Clinton faisant la promotion de l’allégation d’Alfa Bank. Cette affaire, affirme Trump, montre que les clintoniens tentaient de diffuser des recherches de l’opposition à son sujet, en particulier des données douteuses sur un prétendu lien de serveur informatique entre son entreprise et Alfa Bank. Il déclare avoir été victime de “diffamations honteuses” de la campagne Clinton – et ces attaques secrètes ont servi de base à l’enquête du FBI. L’équipe Clinton, bien sûr, essayait de diffuser des informations négatives sur Trump, en particulier des informations inquiétantes sur une éventuelle connexion Trump-Russie. Mais cela n’avait rien à voir avec l’enquête déjà commencée par le FBI, qui a été lancée indépendamment de l’effort de Clinton.

Trump écrit: «Je vous demande à nouveau d’annuler le prix que vous avez décerné sur la base de nouvelles manifestement fausses, désobligeantes et diffamatoires. Si vous choisissez de ne pas le faire, nous vous verrons au tribunal. Mis à part le fait que Trump puisse poursuivre un comité des prix du journalisme pour le contenu qu’il honore, il s’engage encore une fois dans la déviation. Rien dans l’affaire Sussmann ne sape les enquêtes ou les reportages liés aux éléments centraux du scandale. Trump essaie de transformer le gruau léger que Durham a servi en un festin.

Dans le monde basé sur la réalité, Durham a en fait sapé Trump et son faux récit. Il n’a pas réussi à démontrer que l’enquête sur la Russie était une chasse aux sorcières ou un canular concocté par les ennemis de Trump. Ses petites caisses de bière ne remettent en cause aucune des principales conclusions des enquêtes, qui entachent à juste titre la victoire et la présidence de Trump en 2016. Le travail de Durham (jusqu’à présent) montre que les tentatives de Trump pour détourner l’attention du scandale n’ont été qu’une grosse arnaque. Trump crie à propos de Sussmann, du dossier Steele et d’autres questions afin que le public ne voie pas ce qui est clairement là : un dossier de méfaits, de mensonges et de trahisons. D’une certaine manière, Durham a rendu un service précieux. Son incapacité à découvrir des preuves d’un canular confirme que les dénégations et les détournements de Trump ont toujours été le véritable canular.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire