Comment les travailleurs peuvent-ils arrêter le génocide ?

0
115

Action directe, blocages, organisation de la base ? Tous les trois? Un travailleur d’armes rs21 sur la manière dont le mouvement de solidarité avec la Palestine pourrait travailler le plus efficacement possible pour mettre fin au commerce d’armes de la Grande-Bretagne vers l’occupation israélienne.

Les militants distribuent des dépliants aux travailleurs et organisent une veillée devant Thales, à Glasgow. Novembre 2023.

L’ampleur du mouvement de solidarité palestinien a choqué l’establishment. Les marches continuent de se développer, attirant de nouvelles forces réparties géographiquement dans la plupart des régions de Grande-Bretagne. À eux seuls, ils ne suffiront pas à mettre un terme au génocide. Cependant, ils ont mis fin à la carrière de Suella Braverman et changé le climat politique en Grande-Bretagne. Qui a dit que les marches A à B ne mènent à rien ?

Nous devons augmenter les enjeux

La Grande-Bretagne et Israël entretiennent des liens économiques et militaires profonds. Il était possible de faire pression sur le gouvernement britannique pour qu’il révoquer les licences d’armes à Israël en 2009, après les « actions disproportionnées d’Israël à Gaza » à cette époque. Les crimes commis par les Israéliens aujourd’hui sont bien plus horribles, mais ils font suite au plus grand revers militaire de l’histoire de l’État d’apartheid. La guerre est désormais posée en termes existentiels pour Israël, c’est pourquoi ils cherchent désespérément à diffamer le mouvement pro-palestinien croissant en le qualifiant d’antisémite.

Pour exercer davantage de pression sur le gouvernement britannique et contribuer à mettre fin au génocide, nous devons élever nos objectifs et développer une stratégie visant à cibler les liens économiques et militaires avec Israël. Récemment, il y a eu un débat sur les limites de ce qu’un petit groupe tel que RS21 peut réaliser. Cependant, l’argument ne devrait pas être posé de cette façon. Le problème consiste davantage à déterminer quelles sont les meilleures tactiques et à discuter avec des forces plus larges pour les soutenir.

Peu de temps après le début du conflit Les syndicats palestiniens a lancé un appel urgent pour mettre fin à toute complicité dans l’armement d’Israël. Il ne fait aucun doute qu’une grande partie de la société britannique est complice du génocide. En effet, de nombreux dirigeants du mouvement syndical sont complices de leur refus d’encourager et de soutenir le nouveau mouvement. Cependant, je tiens à affirmer qu’il est faux d’accuser de complicité les travailleurs impliqués dans la production ou la distribution d’équipements militaires. S’ils ont le potentiel d’arrêter la production et la distribution, nous avons besoin d’une approche différente.

Décisions tactiques

Il y a eu au moins trois réponses différentes à cet appel. Premièrement, des groupes comme Palestine Action (PA) ciblent régulièrement les usines d’armement et les locaux connexes avec une action directe pour tenter de détruire ou de fermer les installations. Plus récemment, nous avons assisté à des blocus d’usines d’armement pour empêcher quoi que ce soit d’entrer ou de sortir du site. Enfin, on a tenté d’appeler les travailleurs des usines à cesser de travailler sur les équipements destinés à être utilisés lors du génocide. Cette méthode est sans doute la plus puissante mais aussi la plus difficile à mettre en œuvre.

L’action directe de l’AP implique généralement quelques militants courageux et dévoués qui s’introduisent par effraction et prennent des mesures directes contre un site. Cependant, ce type d’action est souvent opposé à la fois aux travailleurs et à la direction, qui sont également blâmés pour leur part dans le génocide. Ne pas considérer les travailleurs comme des alliés potentiels dans la lutte pour la libération palestinienne peut conduire les travailleurs dans les bras de leurs employeurs.

À une occasion à Oldham, PA a réussi à obtenir le soutien de la communauté pour son action contre l’usine locale d’Elbit, ce qui a conduit à sa fermeture. Elbit a affirmé que la fermeture du site était prévue dans le cadre de son Stratégie de croissance au Royaume-Uni. Quoi qu’en disent les Israéliens, il est difficile de croire que cette fermeture n’est pas liée aux violations répétées de la sécurité et aux incursions sur les sites qui ont conduit à des annulations de contrats.

Plus récemment, l’AP a pris des mesures sur un certain nombre de sites liés à la production d’armes pour les Israéliens. À une occasion, les pompiers qui Les membres du FBU ont refusé de renvoyer les militants de l’AP occupant le site du gestionnaire immobilier d’une usine Elbit. Cet exemple montre comment les syndicalistes peuvent faire preuve de solidarité pratique envers les actions de l’AP contre la machine de guerre israélienne et contribuer à faire tomber les barrières entre l’AP et le mouvement syndical.

La deuxième approche, un blocus organisé en l’occurrence par Travailleurs pour une Palestine libre, impliqué environ 400 travailleurs dans fermeture du site BAE à Rochester. Cette tactique s’est inspirée des manifestants à Washington qui ont bloqué un navire transportant des armes vers Israël, et des militants australiens qui ont occupé un chantier naval pour perturber une ligne maritime israélienne. Ces blocus peuvent réussir à arrêter la production ou le transport d’armes pendant des périodes limitées.

Il est compréhensible que les militants du mouvement veuillent bloquer ou saboter les sites de production d’armes alors qu’il n’existe aucune organisation du mouvement syndical ou qu’il semble y avoir peu de chances d’une quelconque action de la part des travailleurs sur ces sites.

Cependant, il existe une riche tradition d’arrêt de la production d’armes en Grande-Bretagne, depuis les travailleurs impliqués dans la production d’armes pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux travailleurs de Rolls Royce qui ont été célèbre pour leur rôle dans l’immobilisation au sol d’avions destinés à être utilisés lors du coup d’État contre le gouvernement de gauche au Chili en 1973. D’autres histoires de résistance écossaises incluent les ingénieurs d’Édimbourg et l’équipage du train à Motherwell qui ont refusé de travailler sur ou de transporter du matériel militaire pendant la guerre. récentes guerres du Golfe.

Cette troisième approche s’inspire de ces histoires d’ouvriers qui ont refusé de travailler ou de transporter du matériel destiné à la guerre. Le RMT et Unite ont tous deux des positions positives sur la solidarité avec la résistance palestinienne. Ainsi, là où il y a une organisation du lieu de travail dans les sites de production ou de distribution, il est important de faire appel directement aux travailleurs pour empêcher que les armes ne parviennent aux Israéliens – en utilisant la force collective des travailleurs eux-mêmes.

Ces dernières semaines, les dockers de Barcelone ont refusé de charger et décharger du matériel militaire israélien, tandis qu’en Belgique, les travailleurs des transports ont pris des mesures similaires. Cependant, aujourd’hui en Grande-Bretagne, ce type de solidarité directe est difficile à trouver. L’exécutif du RMT s’est opposé à la livraison d’armes à Israël, mais cela n’a pas encore donné lieu à des actions sur le terrain.

Les militants du réseau Troublemakers at Work ont ​​convenu de publier un tract destiné aux travailleurs de l’industrie de l’armement. Il plaidait en faveur de la solidarité de la manière suivante : « Nous saluons la décision de l’exécutif du RMT de s’opposer à la livraison d’armes à Israël. Le TUC appelle à la fin de la vente d’armes et de la collaboration militaire avec Israël. Si vous estimez que vous ne pouvez pas travailler sur des produits ou des processus utilisés pour poursuivre le génocide à Gaza, veuillez contacter votre représentant syndical ou Les fauteurs de troubles au travail pour obtenir des conseils.’

L’argument a été délibérément présenté de cette façon, en reconnaissance du fait que le secteur de l’armement est dominé par une culture de partenariat de droite, qui n’a pas de tradition récente d’action non officielle ou illégale. Il n’existe pas non plus de réseau radical de représentants comme il y en avait eu dans les années 1970, qui ont abouti à l’action de Rolls Royce contre le coup d’État chilien.

Néanmoins, à la suite d’un dépliant sur un site Rolls Royce à Bristol, des représentants de haut niveau ont exigé une action de la part de la direction d’Unite dans le secteur de l’aérospatiale et de la construction navale (A&S). Les représentants des usines d’armement ont approuvé une déclaration condamnant les actions israéliennes avec le dernier paragraphe suivant : « Nous voulons nous assurer que nos membres ne soient pas ciblés ou blâmés pour ce qui se passe dans ce conflit. Si l’un de nos membres a des inquiétudes, des questions ou ne se sent pas en sécurité par rapport à son travail et aux produits dans lesquels il est impliqué, veuillez contacter vos représentants Unite pour obtenir des conseils et une assistance.

Ce qui est important ici, c’est que cette déclaration ouvre la porte au soutien des représentants et des membres qui souhaitent entreprendre ou organiser une action non officielle là où ils ne se sentent pas en sécurité ou où leur conscience les empêche de travailler sur des produits militaires destinés au génocide.

Le tract a depuis été distribué dans d’autres usines d’armement, mais il a été difficile de le mettre entre les mains des travailleurs. Généralement, cela s’est produit parce que la direction a réussi à créer un scénario « eux et nous » contre les militants. Cette division a parfois été renforcée par inadvertance par les tracts/manifestants ciblant les travailleurs en criant après eux et en les accusant d’être complices au lieu d’essayer de dialoguer avec eux.

L’une des leçons de cette initiative est qu’en travaillant avec des réseaux plus larges, les révolutionnaires peuvent avoir une influence disproportionnée au-delà de notre nombre limité. Une autre raison est que nous sommes souvent les seuls à plaider en faveur d’une approche visant à inciter les travailleurs de la base à agir et à faire pression sur les dirigeants syndicaux pour qu’ils ouvrent davantage d’espace à une action non officielle.

Pour nous appuyer sur ces exemples, nous devrons voir s’il est possible d’impliquer des forces plus larges dans la distribution de ces tracts. Il serait également judicieux de profiter des ouvertures offertes par les dirigeants de RMT et d’Unite A&S pour durcir les arguments sur la non-intervention sur les équipements destinés au génocide. Nous espérons que cela pourra déboucher sur une action directe au sein des usines.

Qu’il soit possible ou non d’encourager l’action de la base dès maintenant, il est important de lancer le processus de reconstruction des réseaux anti-guerre dans les industries de production et de distribution d’armes. De cette façon, nous pouvons contribuer à donner confiance aux travailleurs des usines d’armement qui sont en conflit sur la façon dont leur travail est utilisé pour perpétuer des crimes de guerre. Nous pouvons commencer à identifier les individus qui peuvent contribuer à renforcer la résistance au génocide au sein même des industries sur lesquelles le gouvernement et les employeurs comptent pour faire fonctionner leur machine de guerre.

Le 29 novembre est une journée internationale d’action de solidarité pour la Palestine et plusieurs autres plantes ont été ciblées pour être distribuées ce jour-là. Si vous souhaitez aider les travailleurs impliqués dans la production d’armes, veuillez contacter – [email protected]



La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire