Comprendre le paysage politique des Fidji | Drapeau rouge

0
76

Le Premier ministre des Fidji et chef du coup d’État de 2006, Frank Bainimarama, a été battu aux élections de 2022 dans le pays, mais a jusqu’à présent refusé de céder.

L’ancien Premier ministre Sitiveni Rabuka, chef des coups d’État de 1987, a obtenu une majorité électorale grâce à une coalition de l’establishment politique post-indépendance des Fidji. Alors que la perte de Bainimarama a légitimement conduit à des célébrations à Suva, la victoire de Rabuka n’a rien à célébrer pour les travailleurs, les pauvres et la population indienne historiquement opprimée de Fidji. Cette élection représentait l’élite politique fidjienne, ancienne et nouvelle, en compétition pour mettre en œuvre leurs visions rivales du capitalisme fidjien.

L’impact de la pandémie, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la forte inflation ont nui à la popularité déjà déclinante de Bainimarama. Selon la Banque mondiale, 20 % de la population urbaine et 41 % de la population rurale vivaient dans la pauvreté en 2020. Le tourisme, responsable d’un tiers du PIB des Fidji et d’un quart de tous les emplois, a été paralysé par le COVID-19. L’économie s’est contractée de 15 %. Les fermetures initiales des frontières de Bainimarama ont fait de lui le visage public des difficultés économiques des Fidji. Le pays a maintenant subi plus de 700 décès sur une population de moins d’un million d’habitants.

Bainimarama a également arrêté des rivaux politiques et persécuté des journalistes et des syndicalistes. L’ancien établissement a utilisé ses mouvements contre les chefs héréditaires des Fidji pour le dépeindre comme hostile à tous les Fidjiens indigènes.

Alors que le parti FijiFirst de Bainimarama était toujours en tête des sondages de 2022, son vote est tombé à 42,5%, lui refusant la majorité qu’il avait remportée en 2014 et conservée en 2018.

FijiFirst est lié à une coalition de l’Alliance populaire de Rabuka et du Parti de la Fédération nationale. L’impasse a pris fin lorsque Rabuka a obtenu le soutien de SODELPA, les descendants du parti au pouvoir post-indépendance des Fidji, dont il s’est séparé après avoir perdu la direction du parti.

Une semaine après l’élection, Bainimarama n’a pas encore cédé et a maintenant déployé des troupes à Suva, la capitale. Le nouveau parlement des Fidji ne s’est pas réuni pour nommer un nouveau Premier ministre car le président Williame Katonivere, nommé l’année dernière, ne l’a pas encore convoqué.

Le règne de seize ans de Bainimarama a bouleversé le statu quo politique aux Fidji et dans l’ensemble du Pacifique. Bien que son coup d’État en 2006 ait été le quatrième des Fidji, c’était le premier décrété contre son établissement politique indigène plutôt qu’un seul soutenu par lui. Dans les années qui ont suivi, Bainimarama a tenté de stabiliser et de “moderniser” le capitalisme fidjien en restructurant l’appareil d’État et en restreignant les libertés civiles.

De manière significative, au milieu des tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine, il a initié des liens diplomatiques plus étroits avec Pékin et a extrait de plus grandes dépenses des deux puissances rivales en les opposant l’une à l’autre. Avec l’engagement de Rabuka de réorienter Fidji vers ses partenaires traditionnels, l’Australie et les États-Unis, les élections pourraient avoir des ramifications plus larges pour l’impérialisme dans le Pacifique.

La Grande-Bretagne a annexé Fidji en 1874, assurant le contrôle de l’impérialisme australien sur le groupe d’îles. L’administration coloniale et les capitalistes étrangers se sont alliés à des sections de la chefferie indigène pour protéger à la fois la domination coloniale et l’industrie capitaliste. Ces chefs ont collaboré à la suppression des clans qui se sont rebellés contre la domination coloniale et ont servi de tampon entre l’administration coloniale et les Fidjiens ordinaires.

Mais cette situation posait d’autres problèmes à une colonie destinée à produire du coton et du sucre. L’asservissement des Fidjiens et d’autres insulaires du Pacifique pour répondre à la demande de main-d’œuvre bon marché dans les plantations risquait de provoquer une rébellion locale.

Au lieu de cela, plus de 60 000 travailleurs indiens sous contrat ont été importés. Au fil des décennies, ils sont devenus la majorité de la population et sont devenus le noyau de la classe ouvrière urbaine et agricole de Fidji. Au début du XXe siècle, le militantisme de la main-d’œuvre indienne dans les champs de canne à sucre et dans le secteur public a commencé à attirer la sympathie des Fidjiens indigènes et la colère de la classe dirigeante.

Le racisme est devenu une forme de plus en plus importante de diviser pour mieux régner. Les chefs fidjiens ont usé de leur autorité traditionnelle pour décourager la solidarité. À la suite de la première grève multiraciale du pays en 1959 (parmi les travailleurs du pétrole), ils ont convaincu les employés fidjiens de reprendre le travail et ont encouragé les syndicats dissidents et racialement exclusifs. La pauvreté fidjienne a été imputée au nombre croissant d’Indiens dans le pays, en particulier les petits agriculteurs louant des terres indigènes et une couche croissante de marchands et de propriétaires d’entreprises.

Un parlement racialement divisé composé d’« électorats communaux » accordait un poids disproportionné aux électorats ruraux fidjiens, désavantageant à la fois la majorité indienne du pays et la classe ouvrière urbaine fidjienne en plein essor. En 1946, après que les Indiens aient refusé de se battre pendant la Seconde Guerre mondiale, une hystérie raciste a culminé lorsque l’hôtelier et parlementaire européen AA Ragg a dénoncé la “grande augmentation des habitants non fidjiens” et plaidé pour que les Fidji soient “conservées comme un pays fidjien”.

Ces arguments ont alimenté le chauvinisme ethnique fidjien, habillé dans le langage des «droits indigènes», y compris les pogroms anti-indiens et les appels à l’expulsion des Indiens du pays. Les « tensions raciales » souvent présentées comme caractéristiques de la société fidjienne ne sont pas naturelles, mais les créations conscientes du capitalisme diviser pour régner.

Après l’indépendance en 1970, les capitaux étrangers ont continué à dominer l’économie tandis que les chefs des Fidji dominaient la politique. Leur règne reposait sur trois piliers clés interconnectés.

Le premier était le Grand Conseil des chefs non élu, un organe intégré à l’État fidjien depuis 1876. Le deuxième était le système électoral communal. Le troisième était le Parti de l’Alliance – le véhicule électoral des chefs fidjiens, qui comprenait également des Blancs de la classe dirigeante et une couche croissante de propriétaires d’entreprises indiens modérés. Sa base était parmi les Fidjiens ruraux.

Pendant des décennies, le principal parti d’opposition était le Parti de la Fédération nationale, représentant les classes moyennes indiennes avec une base parmi les Indiens ruraux et urbains. Cette configuration a renforcé la division de la politique fidjienne selon des critères raciaux.

Dans les années 1970, les travailleurs avaient subi des défaites importantes et certains syndicats se sont éclatés selon des critères raciaux. Le Congrès des syndicats de Fidji a conclu un accord tripartite en 1976 avec le gouvernement et les employeurs, arguant qu’il donnerait aux travailleurs une plus grande influence sur l’économie. Mais au début des années 80, les travailleurs reculaient sous les attaques croissantes de la classe dirigeante. Le Congrès des syndicats a été contraint d’abandonner la configuration tripartite, mais au lieu de procéder à des grèves nationales planifiées, sa direction autour de Mahendra Chaudhry s’est orientée vers le parlement, fondant le Parti travailliste fidjien en 1985.

Le manque de contrôle de la chefferie sur l’industrie a rendu le contrôle du parlement crucial pour son poids dans la société fidjienne moderne. L’Alliance a perdu les élections de 1987 au profit d’une coalition du Parti travailliste fidjien et du Parti de la Fédération nationale. En représailles, il a soutenu deux coups d’État dirigés par le colonel Sitiveni Rabuka. Rabuka a justifié ses coups d’État en affirmant qu’il rétablirait la suprématie des Fidjiens indigènes. Les chefs firent entrer Rabuka dans leurs rangs, réorganisèrent l’Alliance en Soqosoqo ni Vakavulewa ni Taukei (parti SVT) et a regagné le gouvernement avec Rabuka comme Premier ministre.

Mais la vie des Fidjiens ordinaires a continué de se détériorer et, en 1999, le Parti travailliste et le Parti de la Fédération nationale ont de nouveau remporté le gouvernement, Chaudhry devenant le premier Premier ministre indien des Fidji. En 2000, les chefs ont soutenu un coup d’État civil et le « mouvement Taukei » suprémaciste fidjien pour renverser le gouvernement de Chaudhry. Le SVT est devenu le Parti libéral social-démocrate (plus tard rebaptisé SODELPA) et a pris ses fonctions.

Le commodore Frank Bainimarama s’est fait connaître lors de ce coup d’État. Il ne faisait pas partie de la chefferie, mais avait plutôt gravi les échelons de l’armée. Fidèle à l’État, il a survécu à une tentative de mutinerie et a aidé à mettre fin au coup d’État. En 2006, le gouvernement SDL a décidé de gracier ses dirigeants. Chaque coup d’État avait provoqué des troubles économiques et sociaux, et craignant que la grâce ne risque de déstabiliser davantage une économie déjà affaiblie, Bainimarama a renversé le gouvernement SDL et s’est lui-même emparé du pouvoir.

Le régime de Bainimarama a démantelé une grande partie de la configuration politique post-indépendance, qui avait entravé le développement et la stabilité à long terme du capitalisme fidjien. En 2012, il a aboli le Grand Conseil des chefs et en 2021 a introduit des réformes agraires qui ont sapé les conseils fonciers traditionnels et rendu la terre plus accessible aux capitaux étrangers.

La constitution de 2013 a aboli le système électoral communal et Bainimarama a depuis promu une identité nationale « multiraciale ». Cela lui a valu le soutien de la population indienne, sapant la base du Parti de la Fédération nationale et du Parti travailliste fidjien. Il a attiré l’ire des chefs de Fidji, ainsi que de Rabuka et de la SODELPA, qui se sont engagés à rétablir le Grand Conseil des chefs et le système communal, et à réaffirmer la « suprématie fidjienne » indigène s’ils sont élus.

Source: https://redflag.org.au/article/understanding-fijis-political-landscape

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire